Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:29

Chapitre VI. ------------------------------------------------------

Son retour а Paris ne lui causa point de plaisir ; c'était le soir, а la fin du mois d'août, le boulevard semblait vide, les passants se succédaient avec des mines renfrognées, çа et lа une chaudière d'asphalte fumait, beaucoup de maisons avaient leurs persiennes entièrement closes ; il arriva chez lui ; de la poussière couvrait les tentures ; et, en dоnant tout seul, Frédéric fut pris par un étrange sentiment d'abandon ; alors il songea а Mlle Roque.

L'idée de se marier ne lui paraissait plus exorbitante. Ils voyageraient, ils iraient en Italie, en Orient ! Et il l'apercevait debout sur un monticule, contemplant un paysage, ou bien appuyée а son bras dans une galerie florentine, s'arrêtant devant les tableaux. Quelle joie ce serait que de voir ce bon petit être s'épanouir aux splendeurs de l'Art et de la Nature ! Sortie de son milieu, en peu de temps, elle ferait une compagne charmante. La fortune de M. Roque le tentait, d'ailleurs. Cependant, une pareille détermination lui répugnait comme une faiblesse, un avilissement.

Mais il était bien résolu (quoi qu'il dût faire) а changer d'existence, c'est- а-dire а ne plus perdre son coeur dans des passions infructueuses, et même il hésitait а remplir la commission dont Louise l'avait chargé. C'était d'acheter pour elle, chez Jacques Arnoux, deux grandes statuettes polychromes représentant des nègres, comme ceux qui étaient а la préfecture de Troyes. Elle connaissait le chiffre du fabricant, n'en voulait pas d'un autre. Frédéric avait peur, s'il retournait chez eux, de tomber encore une fois dans son vieil amour.

Ces réflexions l'occupèrent toute la soirée ; et il allait se coucher quand une femme entra.

-- " C'est moi " , dit en riant Mlle Vatnaz. " Je viens de la part de Rosanette. "

Elles s'étaient donc réconciliées ?

-- " Mon Dieu, oui ! Je ne suis pas méchante, vous savez bien. Au surplus, la pauvre fille... Ce serait trop long а vous conter. "

Bref, la Maréchale désirait le voir, elle attendait une réponse, sa lettre s'étant promenée de Paris а Nogent ; Mlle Vatnaz ne savait point ce qu'elle contenait. Alors, Frédéric s'informa de la Maréchale.

Elle était, maintenant, avec un homme très riche, un Russe, le prince Tzernoukoff, qui l'avait vue aux courses du Champ de Mars, l'été dernier.

-- " On a trois voitures, cheval de selle, livrée, groom dans le chic anglais, maison de campagne, loge aux Italiens, un tas de choses encore. Voilа, mon cher. "

Et la Vatnaz, comme si elle eût profité а ce changement de fortune, paraissait plus gaie, tout heureuse. Elle retira ses gants et examina dans la chambre les meubles et les bibelots. Elle les cotait а leur prix juste, comme un brocanteur. Il aurait dû la consulter pour les obtenir а meilleur compte ; et elle le félicitait de son bon goût :

-- " Ah ! c'est mignon, extrêmement bien ! Il n'y a que vous pour ces idées. "

Puis, apercevant au chevet de l'alcôve une porte :

-- " C'est par lа qu'on fait sortir les petites femmes, hein ? "

Et, amicalement, elle lui prit le menton. Il tressaillit au contact de ses longues mains, tout а la fois maigres et douces. Elle avait autour des poignets une bordure de dentelle et, sur le corsage de sa robe verte des passementeries, comme un hussard. Son chapeau de tulle noir, а bords descendants, lui cachait un peu le front ; ses yeux brillaient lа-dessous ; une odeur de patchouli s'échappait de ses bandeaux ; la carcel posée sur un guéridon, en l'éclairant d'en bas comme une rampe de théâtre, faisait saillir sa mâchoire ; -- et tout а coup, devant cette femme laide qui avait dans la taille des ondulations de panthère, Frédéric sentit une convoitise énorme, un désir de volupté bestiale.

Elle lui dit d'une voix onctueuse, en tirant de son porte-monnaie trois carrés de papier :

-- " Vous allez me prendre ça ! "

C'était trois places pour une représentation au bénéfice de Delmar.

-- " Comment ! lui ? "

-- " Certainement ! "

Mlle Vatnaz, sans s'expliquer davantage, ajouta qu'elle l'adorait plus que jamais. Le comédien, а l'en croire, se classait définitivement parmi " les " sommités de l'époque " . Et ce n'était pas tel ou tel personnage qu'il représentait, mais le génie même de la France, le Peuple ! Il avait " l'âme humanitaire ; il comprenait le sacerdoce de l'Art ! " Frédéric, pour se délivrer de ces éloges, lui donna l'argent des trois places.

-- " Inutile que vous en parliez lа-bas ! -- Comme il est tard, mon Dieu ! Il faut que je vous quitte. Ah ! j'oubliais l'adresse : c'est rue Grange- Batelière, 14. "

Et, sur le seuil :

-- " Adieu, homme aimé ! "

-- " Aimé de qui ? " se demanda Frédéric. " Quelle singulière personne ! "

Et il se ressouvint que Dussardier lui avait dit un jour, а propos d'elle : " Oh ! ce n'est pas grand'chose ! " comme faisant allusion а des histoires peu honorables.

Le lendemain, il se rendit chez la Maréchale. Elle habitait une maison neuve, dont les stores avançaient sur la rue. Il y avait а chaque palier une glace contre le mur, une jardinière rustique devant les fenêtres, tout le long des marches un tapis de toile ; et, quand on arrivait du dehors, la fraоcheur de l'escalier délassait.

Ce fut un domestique mâle qui vint ouvrir, un valet en gilet rouge. Dans l'antichambre, sur la banquette, une femme et deux hommes, des fournisseurs sans doute, attendaient, comme dans un vestibule de ministre. A gauche, la porte de la salle а manger, entrebâillée, laissait apercevoir des bouteilles vides sur les buffets, des serviettes au dos des chaises ; et parallèlement s'étendait une galerie, où des bâtons couleur d'or soutenaient un espalier de roses. En bas, dans la cour, deux garçons, les bras nus, frottaient un landau. Leur voix montait jusque-lа, avec le bruit intermittent d'une étrille que l'on heurtait contre une pierre.

Le domestique revint. " Madame allait recevoir Monsieur " ; et il lui fit traverser une deuxième antichambre, puis un grand salon, tendu de brocatelle jaune, avec des torsades dans les coins qui se rejoignaient sur le plafond et semblaient continuées par les rinceaux du lustre ayant la forme de câbles. On avait sans doute festoyé la nuit dernière. De la cendre de cigare était restée sur les consoles.

Enfin, il entra dans une espèce de boudoir qu'éclairaient confusément des vitraux de couleur. Des trèfles en bois découpé ornaient le dessus des portes ; derrière une balustrade, trois matelas de pourpre formaient divan, et le tuyau d'un narghilé de platine traоnait dessus. La cheminée, au lieu de miroir, avait une étagère pyramidale, offrant sur ses gradins toute une collection de curiosités : de vieilles montres d'argent, des cornets de Bohême, des agrafes en pierreries, des boutons de jade, des émaux, des magots, une petite vierge byzantine а chape de vermeil ; et tout cela se fondait dans un crépuscule doré, avec la couleur bleuâtre du tapis, le reflet de nacre des tabourets, le ton fauve des murs couverts de cuir marron. Aux angles, sur des piédouches, des vases de bronze contenaient des touffes de fleurs qui alourdissaient l'atmosphère.

Rosanette parut, habillée d'une veste de satin rose, avec un pantalon de cachemire blanc, un collier de piastres, et une calotte rouge entourée d'une branche de jasmin.

Frédéric fit un mouvement de surprise ; puis dit qu'il apportait " la chose en question " , en lui présentant le billet de banque.

Elle le regarda fort ébahie ; et, comme il avait toujours le billet а la main, sans savoir où le poser :

-- " Prenez-le donc "

Elle le saisit ; puis, l'ayant jeté sur le divan :

-- " Vous êtes bien aimable. "

C'était pour solder un terrain а Bellevue, qu'elle payait ainsi par annuités. Un tel sans-façon blessa Frédéric. Du reste, tant mieux ! cela le vengeait du passé.

-- " Asseyez-vous ! " dit-elle, " lа, plus près. " Et, d'un ton grave : " D'abord, j'ai а vous remercier, mon cher, d'avoir risqué votre vie. "

-- " Oh ! ce n'est rien ! "

-- " Comment ! mais c'est très beau ! "

Et la Maréchale lui témoigna une gratitude embarrassante ; car elle devait penser qu'il s'était battu exclusivement pour Arnoux, celui-ci, qui se l'imaginait, ayant dû céder au besoin de le dire.

-- " Elle se moque de moi, peut-être " , songeait Frédéric.

Il n'avait plus rien а faire, et, alléguant un rendez-vous, il se leva.

-- " Eh non ! Restez ! "

Il se rassit et la complimenta sur son costume.

Elle répondit, avec un air d'accablement :

-- " C'est le Prince qui m'aime comme ça ! Et il faut fumer des machines pareilles " , ajouta Rosanette, en montrant le narguilé. " . Si nous en goûtions ? voulez-vous ? "

On apporta du feu ; le tombac s'allumant difficilement, elle se mit а trépigner d'impatience. Puis une langueur la saisit ; et elle restait immobile sur le divan, un coussin sous l'aisselle, le corps un peu tordu, un genou plié, l'autre jambe toute droite. Le long serpent de maroquin rouge, qui formait des anneaux par terre, s'enroulait а son bras. Elle en appuyait le bec d'ambre sur ses lèvres et regardait Frédéric, en clignant les yeux, а travers la fumée dont les volutes l'enveloppaient. L'aspiration de sa poitrine faisait gargouiller l'eau, et elle murmurait de temps а autre :

-- " Ce pauvre mignon ! ce pauvre chéri ! "

Il tâchait de trouver un sujet de conversation agréable l'idée de la Vatnaz lui revint.

Il dit qu'elle lui avait semblé fort élégante.

-- " Parbleu ! " reprit la Maréchale. " Elle est bienheureuse de m'avoir, celle-lа ! " sans ajouter un mot de plus, tant il y avait de restriction dans leurs propos.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:30

Tous les deux sentaient une contrainte, un obstacle. En effet, le duel dont Rosanette se croyait la cause avait flatté son amour-propre. Puis elle s'était fort étonnée qu'il n'accourût pas se prévaloir de son action ; et, pour le contraindre а revenir, elle avait imaginé ce besoin de cinq cents francs. Comment se faisait-il que Frédéric ne demandait pas en retour un peu de tendresse ! C'était un raffinement qui l'émerveillait, et, dans un élan de coeur, elle lui dit :

-- " Voulez-vous venir avec nous aux bains de mer ? "

-- " Qui cela, nous ? "

-- " Moi et mon oiseau ; je vous ferai passer pour mon cousin, comme dans les vieilles comédies. "

-- " Mille grâces ! "

-- " Eh bien, alors, vous prendrez un logement près du nôtre. "

L'idée de se cacher d'un homme riche l'humiliait.

-- " Non ! cela est impossible. "

-- " A votre aise ! "

Rosanette se détourna, ayant une larme aux paupières. Frédéric l'aperçut ; et, pour lui marquer de l'intérêt, il se dit heureux de la voir, enfin, dans une excellente position.

Elle fit un haussement d'épaules. Qui donc l'affligeait ? Etait-ce, par hasard, qu'on ne l'aimait pas ? "

-- " Oh ! moi, on m'aime toujours ! "

Elle ajouta :

-- " Reste а savoir de quelle manière. "

Se plaignant, " d'étouffer de chaleur " , la Maréchale défit sa veste, et, sans autre vêtement autour des reins que sa chemise de soie, elle inclinait la tête sur son épaule, avec un air d'esclave plein de provocations.

Un homme d'un égoïsme moins réfléchi n'eût pas songé que le Vicomte, M. de Comaing ou un autre pouvait survenir. Mais Frédéric avait été trop de fois la dupe de ces mêmes regards pour se compromettre dans une humiliation nouvelle.

Elle voulut connaоtre ses relations, ses amusements ; elle arriva même а s'informer de ses affaires, et а offrir de lui prêter de l'argent, s'il en avait besoin. Frédéric, n'y tenant plus, prit son chapeau.

-- " Allons, ma chère, bien du plaisir lа-bas ; au revoir ! "

Elle écarquilla les yeux ; puis, d'un ton sec :

-- " Au revoir ! "

Il repassa par le salon jaune et par la seconde antichambre. Il y avait sur la table, entre un vase plein de cartes de visite et une écritoire, un coffret d'argent ciselé. C'était celui de Mme Arnoux ! Alors, il éprouva un attendrissement, et en même temps comme le scandale d'une profanation. Il avait envie d'y porter les mains, de l'ouvrir. Il eut peur d'être aperçu, et s'en alla.

Frédéric fut vertueux. Il ne retourna point chez Arnoux.

Il envoya son domestique acheter les deux nègres, lui ayant fait toutes les recommandations indispensables ; et la caisse partit, le soir même, pour Nogent. Le lendemain, comme il se rendait chez Deslauriers, au détour de la rue Vivienne et du boulevard, Mme Arnoux se montra devant lui, face а face.

Leur premier mouvement fut de reculer ; puis, le même sourire leur vint aux lèvres, et ils s'abordèrent. Pendant une minute, aucun des deux ne parla.

Le soleil l'entourait ; -- et sa figure ovale, ses longs sourcils, son châle de dentelle noire, moulant la forme de ses épaules, sa robe de soie gorge- de-pigeon, le bouquet de violettes au coin de sa capote, tout lui parut d'une splendeur extraordinaire. Une suavité infinie s'épanchait de ses beaux yeux ; et, balbutiant, au hasard, les premières paroles venues :

-- " Comment se porte Arnoux ? " dit Frédéric.

-- " Je vous remercie. "

-- " Et vos enfants ? "

-- " Ils vont très bien. "

-- " Ah !... ah.

-- Quel beau temps nous avons, n'est-ce pas ? "

-- " Magnifique, c'est vrai ! "

-- " Vous faites des courses ? "

-- " Oui. "

Et avec une lente inclination de tête :

-- " Adieu ! "

Elle ne lui avait pas tendu la main, n'avait pas dit un seul mot affectueux, ne l'avait même pas invité а venir chez elle, n'importe ! il n'eût point donné cette rencontre pour la plus belle des aventures ; et il en ruminait la douceur tout en continuant sa route.

Deslauriers, surpris de le voir, dissimula son dépit, -- car il conservait par obstination quelque espérance encore du côté de Mme Arnoux ; et il avait écrit а Frédéric de rester lа-bas, pour être plus libre dans ses manoeuvres.

Il dit cependant qu'il s'était présenté chez elle, afin de savoir si leur contrat stipulait la communauté ; alors, on aurait pu recourir contre la femme ; " et elle a fait une drôle de mine quand je lui ai appris ton mariage. "

-- " Tiens ! quelle invention ! "

-- " Il le fallait, pour montrer que tu avais besoin de tes capitaux ! Une personne indifférente n'aurait pas eu l'espèce de syncope qui l'a prise. "

-- " Vraiment ? " s'écria Frédéric.

-- " Ah ! mon gaillard, tu te trahis ! Sois francs, voyons ! "

Une lâcheté immense envahit l'amoureux de Mme Arnoux.

-- " Mais non !... je t'assure !... ma parole d'honneur ! "

Ces molles dénégations achevèrent de convaincre Deslauriers. Il lui fit des compliments. Il lui demanda " des détails " . Frédéric n'en donna pas, et même résista а l'envie d'en inventer.

Quant а l'hypothèque, il lui dit de ne rien faire, d'attendre. Deslauriers trouva qu'il avait tort, et même fut brutal dans ses remontrances.

Il était d'ailleurs plus sombre, malveillant et irascible que jamais. Dans un an, si la fortune ne changeait pas, il s'embarquerait pour l'Amérique ou se ferait sauter la cervelle. Enfin il paraissait si furieux contre tout et d'un radicalisme tellement absolu que Frédéric ne put s'empêcher de lui dire :

-- " Te voila comme Sénécal. "

Deslauriers, а ce propos, lui apprit qu'il était sorti de Sainte-Pélagie, l'instruction n'ayant point fourni assez de preuves, sans doute, pour le mettre en jugement.

Dans la joie de cette délivrance, Dussardier voulut " offrir un punch " , et pria Frédéric " d'en être " , en l'avertissant toutefois qu'il se trouverait avec Hussonnet, lequel s'était montré excellent pour Sénécal.

En effet, le Flambard venait de s'adjoindre un cabinet d'affaires, portant sur ses prospectus : " Comptoir des vignobles. -- Office de publicité. -- Bureau de recouvrements et renseignements, etc. " Mais le bohème craignait que son industrie ne fоt du tort а sa considération littéraire, et il avait pris le mathématicien pour tenir les comptes. Bien que la place fût médiocre, Sénécal, sans elle, serait mort de faim. Frédéric, ne voulant point affliger le brave commis, accepta son invitation.

Dussardier, trois jours d'avance, avait ciré lui-même les pavés rouges de sa mansarde, battu le fauteuil et épousseté la cheminée, où l'on voyait sous un globe une pendule d'albâtre entre une stalactite et un coco. Comme ses deux chandeliers et son bougeoir n'étaient pas suffisants, il avait emprunté au concierge deux flambeaux ; et ces cinq luminaires brillaient sur la commode, que recouvraient trois serviettes, afin de supporter plus décemment des macarons, des biscuits, une brioche et douze bouteilles de bière. En face, contre la muraille tendue d'un papier jaune, une petite bibliothèque en acajou contenait les Fables de Lachambeaudie, les Mystères de Paris, le Napoléon, -- de Norvins, -- et, au milieu de l'alcôve, souriait, dans un cadre de palissandre, le visage de Béranger !

Les convives étaient (outre Deslauriers et Sénécal) un pharmacien nouvellement reçu, mais qui n'avait pas les fonds nécessaires pour s'établir ; un jeune homme de sa maison, un placeur de vins, un architecte et un monsieur employé dans les assurances. Regimbart n'avait pu venir. On le regretta.

Ils accueillirent Frédéric avec de grandes marques de sympathie, tous connaissant par Dussardier son langage chez M. Dambreuse. Sénécal se contenta de lui offrir la main, d'un air digne.

Il se tenait debout contre la cheminée. Les autres, assis et la pipe aux lèvres, l'écoutaient discourir sur le suffrage universel, d'où devait résulter le triomphe de la Démocratie, l'application des principes de l'Evangile. Du reste, le moment approchait ; les banquets réformistes se multipliaient dans les provinces ; le Piémont, Naples, la Toscane...

-- " C'est vrai " , dit Deslauriers, lui coupant net la parole, " ça ne peut pas durer plus longtemps ! " Et il se mit а faire un tableau de la situation.

Nous avions sacrifié la Hollande pour obtenir de l'Angleterre la reconnaissance de Louis-Philippe ; et cette fameuse alliance anglaise, elle était perdue, grâce aux mariages espagnols ! En Suisse, M. Guizot, а la remorque de l'Autrichien, soutenait les traités de 1815. La Prusse avec son Zollverein nous préparait des embarras. La question d'Orient restait pendante.

-- " Ce n'est pas une raison parce que le grand-duc Constantin envoie des présents а M. d'Aumale Il pour se fier а la Russie. Quant а l'intérieur, jamais on n'a vu tant d'aveuglement, de bêtise ! Leur majorité même ne se tient plus ! Partout, enfin, c'est, selon le mot connu, rien ! rien ! rien Et, devant tant de hontes " , poursuivit l'avocat, en mettant ses poings sur ses hanches, " ils se déclarent satisfaits ! "

Cette allusion а un vote célèbre provoqua des applaudissements. Dussardier déboucha une bouteille de bière. La mousse éclaboussa les rideaux, il n'y prit garde ; il chargeait les pipes, coupait la brioche, en offrait, était descendu plusieurs fois pour voir si le punch allait venir ; et on ne tarda pas а s'exalter, tous ayant contre le Pouvoir la même exaspération. Elle était violente, sans autre cause que la haine de l'injustice ; et ils mêlaient aux griefs légitimes les reproches les plus bêtes.

Le pharmacien gémit sur l'état pitoyable de notre flotte. Le courtier d'assurances ne tolérait pas les deux sentinelles du maréchal Soult. Deslauriers dénonça les jésuites, qui venaient de s'installer а Lille, publiquement. Sénécal exécrait bien plus M. Cousin ; car l'éclectisme, enseignant а tirer la certitude de la raison, développait l'égoïsme, détruisait la solidarité ; le placeur de vins, comprenant peu ces matières, remarqua tout haut qu'il oubliait bien des infamies :

-- " Le wagon royal de la ligne du Nord doit coûter quatre-vingt mille francs ! Qui le payera ? "

-- " Oui, qui le payera ? " reprit l'employé de commerce, furieux comme si on eût puisé cet argent dans sa poche.

Il s'ensuivit des récriminations contre les loups-cerviers de la Bourse et la corruption des fonctionnaires. On devait remonter plus haut, selon Sénécal, et accuser, tout d'abord, les princes, qui ressuscitaient les moeurs de la Régence.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:30

-- " N'avez-vous pas vu, dernièrement, les amis du duc de Montpensier revenir de Vincennes, ivres sans doute, et troubler par leurs chansons les ouvriers du faubourg Saint-Antoine ? "

-- " On a même crié : " A bas les voleurs ! " dit le pharmacien. " J'y étais, j'ai crié ! "

-- " Tant mieux ! le Peuple enfin se réveille depuis le procès Teste- Cubières ! "

-- " Moi, ce procès-lа m'a fait de la peine " , dit Dussardier, " parce que ça déshonore un vieux soldat ! "

-- " Savez-vous, continua Sénécal, " qu'on a découvert chez la duchesse de Praslin ?... "

Mais un coup de pied ouvrit la porte. Hussonnet entra.

-- " Salut, messeigneurs ! " , dit-il en s'asseyant sur le lit.

Aucune allusion ne fut faite а son article, qu'il regrettait, du reste, la Maréchale l'en ayant tancé vertement.

Il venait de voir, au théâtre de Dumas, le Chevalier de Maison-Rouge , et " trouvait ça embêtant " .

Un jugement pareil étonna les démocrates, -- ce drame, par ses tendances, ses décors plutôt, caressant leurs passions. Ils protestèrent. Sénécal, pour en finir, demanda si la pièce servait la Démocratie.

-- " Oui..., peut-être ; mais c'est d'un style... "

-- " Eh bien, elle est bonne, alors ; qu'est-ce que le style ? c'est l'idée ! "

Et, sans permettre а Frédéric de parler :

-- " J'avançais donc que, dans l'affaire Praslin... "

Hussonnet l'interrompit.

-- " Ah ! voilа encore une rengaine, celle-lа ! M'embête-t-elle ! "

-- " Et d'autres que vous ! " répliqua Deslauriers. " Elle a fait saisir rien que cinq journaux ! Ecoutez-moi cette note. "

Et, ayant tiré son calepin, il lut :

-- " Nous avons subi, depuis l'établissement de la meilleure des républiques, douze cent vingt-neuf procès de presse, d'où il est résulté pour les écrivains : trois mille cent quarante et un ans de prison, avec la légère somme de sept millions cent dix mille cinq cents francs d'amende. -- C'est coquet, hein ? "

Tous ricanèrent amèrement. Frédéric, animé comme les autres, reprit :

-- " La Démocratie pacifique a un procès pour son feuilleton, un roman intitulé la Part des Femmes. "

-- " Allons ! bon ! " dit Hussonnet. " Si on nous défend notre part des femmes ! "

-- " Mais qu'est-ce qui n'est pas défendu ? " s'écria Deslauriers. " Il est défendu de fumer dans le Luxembourg, défendu de chanter l'hymne а Pie IX ! "

-- " Et on interdit le banquet des typographes ! " articula une voix sourde.

C'était celle de l'architecte, caché par l'ombre de l'alcôve, et silencieux jusqu'а présent. Il ajouta que, la semaine dernière, on avait condamné pour outrages au Roi, un nommé Rouget.

-- " Rouget est frit ! " , dit Hussonnet.

Cette plaisanterie parut tellement inconvenante а Sénécal, qu'il lui reprocha de défendre " le jongleur de l'Hôtel de Ville, l'ami du traоtre Dumouriez " .

-- " Moi ? au contraire ! "

Il trouvait Louis-Philippe poncif, garde national, tout ce qu'il y avait de plus épicier et bonnet de coton ! Et, mettant la main sur son coeur, le bohème débita les phrases sacramentelles : -- " C'est toujours avec un nouveau plaisir... -- La nationalité polonaise ne périra pas.. -- Nos grands travaux seront poursuivis... -- Donnez-moi de l'argent pour ma petite famille... " Tous riaient beaucoup, le proclamant un gaillard délicieux, plein d'esprit ; la joie redoubla а la vue du bol de punch qu'un limonadier apportait.

Les flammes de l'alcool et celles des bougies échauffèrent vite l'appartement ; et la lumière de la mansarde, traversant la cour, éclairait en face le bord d'un toit, avec le tuyau d'une cheminée qui se dressait en noir sur la nuit. Ils parlaient très haut, tous а la fois ; ils avaient retiré leurs redingotes ; ils heurtaient les meubles, ils choquaient les verres.

Hussonnet s'écria :

-- " Faites monter des grandes dames, pour que ce soit plus Tour de Nesle, couleur locale, et rembranesque, palsambleu ! "

Et le pharmacien, qui tournait le punch indéfiniment, entonna а pleine poitrine :

J'ai deux grands boeufs dans mon étable,

Deux grands boeufs blancs...

Sénécal lui mit la main sur la bouche, il n'aimait pas le désordre ; et les locataires apparaissaient а leurs carreaux, surpris du tapage insolite qui se faisait dans le logement de Dussardier.

Le brave garçon était heureux, et dit que ça lui rappelait leurs petites séances d'autrefois, au quai Napoléon ; plusieurs manquaient cependant, " ainsi Pellerin... "

-- " On peut s'en passer " , reprit Frédéric.

Et Deslauriers s'informa de Martinon.

-- " Que devient-il, cet intéressant Monsieur ? "

Aussitôt Frédéric, épanchant le mauvais vouloir qu'il lui portait, attaqua son esprit, son caractère, sa fausse élégance, l'homme tout entier. C'était bien un spécimen de paysan parvenu ! L'aristocratie nouvelle, la bourgeoisie, ne valait pas l'ancienne, la noblesse. Il soutenait cela ; et les démocrates approuvaient, -- comme s'il avait fait partie de l'une et qu'ils eussent fréquenté l'autre. On fut enchanté de lui. Le pharmacien le compara même а M. d'Alton-Shée, qui, bien que pair de France, défendait la cause du Peuple.

L'heure de s'en aller était venue. Tous se séparèrent avec de grandes poignées de main ; Dussardier, par tendresse, reconduisit Frédéric et Deslauriers. Dès qu'ils furent dans la rue, l'avocat eut l'air de réfléchir, et, après un moment de silence :

-- " Tu lui en veux donc beaucoup, а Pellerin ? "

Frédéric ne cacha pas sa rancune.

Le peintre, cependant, avait retiré de la montre le fameux tableau. On ne devait pas se brouiller pour des vétilles ! A quoi bon se faire un ennemi ?

-- " Il a cédé а un mouvement d'humeur, excusable dans un homme qui n'a pas le sou. Tu ne peux pas comprendre ça, toi ! "

Et, Deslauriers remonté chez lui, le commis ne lâcha point Frédéric ; il l'engagea même а acheter le portrait. En effet, Pellerin, désespérant de l'intimider, les avait circonvenus pour que, grâce а eux, il prоt la chose.

Deslauriers en reparla, insista. Les prétentions de l'artiste étaient raisonnables.

-- " Je suis sûr que, moyennant, peut-être, cinq cents francs... "

-- " Ah ! donne-les ! tiens, les voici " , dit Frédéric.

Le soir même, le tableau fut apporté. Il lui parut plus abominable encore que la première fois. Les demi-teintes et les ombres s'étaient plombées sous les retouches trop nombreuses, et elles semblaient obscurcies par rapport aux lumières, qui, demeurées brillantes çа et lа, détonnaient dans l'ensemble.

Frédéric se vengea de l'avoir payé, en le dénigrant amèrement. Deslauriers le crut sur parole et approuva sa conduite, car il ambitionnait toujours de constituer une phalange dont il serait le chef ; certains hommes se réjouissent de faire faire а leurs amis des choses qui leur sont désagréables.

Cependant, Frédéric n'était pas retourné chez les Dambreuse. Les capitaux lui manquaient. Ce seraient des explications а n'en plus finir ; il balançait а se décider. Peut-être avait-il raison ? Rien n'était sûr, maintenant, l'affaire des houilles pas plus qu'une autre ; il fallait abandonner un pareil monde ; enfin, Deslauriers le détourna de l'entreprise. A force de haine il devenait vertueux ; et puis il aimait mieux Frédéric dans la médiocrité. De cette manière, il restait son égal, et en communion plus intime avec lui.

La commission de Mlle Roque avait été fort mal exécutée. Son père l'écrivit, en fournissant les explications les plus précises, et terminait sa lettre par cette badinerie : " Au risque de vous donner un mal de nègre. "

Frédéric ne pouvait faire autrement que de retourner chez Arnoux. Il monta dans le magasin, et ne vit personne. La maison de commerce croulant, les employés imitaient l'incurie de leur patron.

Il côtoya la longue étagère, chargée de faïences, qui occupait d'un bout а l'autre le milieu de l'appartement ; puis, arrivé au fond, devant le comptoir, il marcha plus fort pour se faire entendre.

La portière se relevant, Mme Arnoux parut.

-- " Comment, vous ici ! vous ! "

-- " Oui " , balbutia-t-elle, un peu troublée. " Je cherchais... "

Il aperçut son mouchoir près du pupitre, et devina qu'elle était descendue chez son mari pour se rendre compte, éclaircir sans doute une inquiétude.

-- " Mais... vous avez peut-être besoin de quelque chose ? " dit-elle.

-- " Un rien, madame. "

-- " Ces commis sont intolérables ! ils s'absentent toujours. "

On ne devait pas les blâmer. Au contraire, il se félicitait de la circonstance.

Elle le regarda ironiquement.

-- " Eh bien, et ce mariage ? "

-- " Quel mariage ? "

-- " Le vôtre ! "

-- " Moi ? Jamais de la vie ! "

Elle fit un geste de dénégation.

-- " Quand cela serait, après tout ? On se réfugie dans le médiocre, par désespoir du beau qu'on a rêvé ! "

-- " Tous vos rêves, pourtant, n'étaient pas si. candides !... "

-- " Que voulez-vous dire ? "

-- " Quand vous vous promenez aux courses avec... des personnes ! "

Il maudit la Maréchale. Un souvenir lui revint.

-- " Mais c'est vous-même, autrefois, qui m'avez prié de la voir, dans l'intérêt d'Arnoux ! "

Elle répliqua en hochant la tête :

-- " Et vous en profitez pour vous distraire. "

-- " Mon Dieu ! oublions toutes ces sottises ! "

-- " C'est juste, puisque vous allez vous marier. "

Et elle retenait son soupir, en mordant ses lèvres.

Alors, il s'écria :

-- " Mais je vous répète que non ! Pouvez-vous croire que, moi, avec mes besoins d'intelligence, mes habitudes, j'aille m'enfouir en province pour jouer aux cartes, surveiller des maçons, et me promener en sabots ! Dans quel but, alors ? On vous a conté qu'elle était riche, n'est-ce pas ? Ah ! je me moque bien de l'argent ! Est-ce qu'après avoir désiré tout ce qu'il y a de plus beau, de plus tendre, de plus enchanteur, une sorte de paradis sous forme humaine, et quand je l'ai trouvé enfin, cet idéal, quand cette vision me cache toutes les autres... "
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:30

Et, lui prenant la tête а deux mains, il se mit а la baiser sur les paupières, en répétant :

-- " Non ! non ! non ! jamais je ne me marierai ! jamais ! jamais ! "

Elle acceptait ces caresses, figée par la surprise et par le ravissement.

La porte du magasin sur l'escalier retomba. Elle fit un bond ; et elle restait la main étendue, comme pour lui commander le silence. Des pas se rapprochèrent. Puis quelqu'un dit au-dehors :

-- " Madame est-elle lа ? "

-- " Entrez ! "

Mme Arnoux avait le coude sur le comptoir et roulait une plume entre ses doigts, tranquillement, quand le teneur de livres ouvrit la portière.

Frédéric se leva.

-- " Madame, j'ai bien l'honneur de vous saluer. Le service, n'est-ce pas, sera prêt ? je puis compter dessus ? "

Elle ne répondit rien. Mais cette complicité silencieuse enflamma son visage de toutes les rougeurs de l'adultère.

Le lendemain, il retourna chez elle, on le reçut ; et, afin de poursuivre ses avantages, immédiatement, sans préambule, Frédéric commença par se justifier de la rencontre au Champ de Mars. Le hasard seul l'avait fait se trouver avec cette femme. En admettant qu'elle fût jolie (ce qui n'était pas vrai), comment pourrait-elle arrêter sa pensée, même une minute, puisqu'il en aimait une autre !

-- " Vous le savez bien, je vous l'ai dit. "

Mme Arnoux baissa la tête.

-- " Je suis fâchée que vous me l'ayez dit. "

-- " Pourquoi ? "

-- " Les convenances les plus simples exigent maintenant que je ne vous revoie plus ! "

Il protesta de l'innocence de son amour. Le passé devait lui répondre de l'avenir ; il s'était promis а lui-même de ne pas troubler son existence, de ne pas l'étourdir de ses plaintes.

-- " Mais, hier, mon coeur débordait. "

-- " Nous ne devons plus songer а ce moment-lа, mon ami ! "

Cependant, où serait le mal quand deux pauvres êtres confondraient leur tristesse ?

-- " Car vous n'êtes pas heureuse non plus ! Oh ! je vous connais, vous n'avez personne qui réponde а vos besoins d'affection, de dévouement ; je ferai tout ce que vous voudrez ! Je ne vous offenserai pas !... je vous le jure. "

Et il se laissa tomber sur les genoux, malgré lui, s'affaissant sous un poids intérieur trop lourd.

-- " Levez-vous ! " dit-elle, " je le veux ! "

Et elle lui déclara impérieusement que, s'il n'obéissait pas, il ne la reverrait jamais.

-- " Ah ! je vous en défie bien ! reprit Frédéric. "

-- " Qu'est-ce que j'ai а faire dans le monde ? Les autres s'évertuent pour la richesse, la célébrité, le pouvoir ! Moi, je n'ai pas d'état, vous êtes mon occupation exclusive, toute ma fortune, le but, le centre de mon existence, de mes pensées. Je ne peux pas plus vivre sans vous que sans l'air du ciel ! Est-ce que vous ne sentez pas l'aspiration de mon âme monter vers la vôtre, et qu'elles doivent se confondre, et que j'en meurs ? "

Mme Arnoux se mit а trembler de tous ses membres.

-- " Oh ! allez-vous-en ! je vous en prie ! "

L'expression bouleversée de sa figure l'arrêta. Puis il fit un pas. Mais elle se reculait, en joignant les deux mains.

-- " Laissez-moi ! au nom du ciel ! de grâce ! "

Et Frédéric l'aimait tellement, qu'il sortit.

Bientôt, il fut pris de colère contre lui-même, se déclara un imbécile, et, vingt-quatre heures après, il revint.

Madame n'y était pas. Il resta sur le palier, étourdi de fureur et d'indignation. Arnoux parut, et lui apprit que sa femme, le matin même, était partie s'installer dans une petite maison de campagne qu'ils louaient а Auteuil, ne possédant plus celle de Saint-Cloud.

-- " C'est encore une de ses lubies ! Enfin, puisque ça l'arrange ! et moi aussi du reste ; tant mieux ! Dоnons-nous ensemble ce soir ? "

Frédéric allégua une affaire urgente, puis courut а Auteuil.

Mme Arnoux laissa échapper un cri de joie. Alors, toute sa rancune s'évanouit.

Il ne parla point de son amour. Pour lui inspirer plus de confiance, il exagéra même sa réserve ; et, lorsqu'il demanda s'il pouvait revenir, elle répondit : " Mais sans doute " , en offrant sa main, qu'elle retira presque aussitôt.

Frédéric, dès lors, multiplia ses visites. Il promettait au cocher de gros pourboires. Mais souvent, la lenteur du cheval l'impatientant, il descendait ; puis, hors d'haleine, grimpait dans un omnibus ; et comme il examinait dédaigneusement les figures des gens assis devant lui, et qui n'allaient pas chez elle !

Il reconnaissait de loin sa maison, а un chèvrefeuille énorme couvrant, d'un seul côté, les planches du toit ; c'était une manière de chalet suisse peint en rouge, avec un balcon extérieur. Il y avait dans le jardin trois vieux marronniers, et au milieu, sur un tertre, un parasol en chaume que soutenait un tronc d'arbre. Sous l'ardoise des murs, une grosse vigne mal attachée pendait de place en place, comme un câble pourri. La sonnette de la grille, un peu rude а tirer, prolongeait son carillon, et on était toujours longtemps avant de venir. Chaque fois, il éprouvait une angoisse, une peur indéterminée.

Puis il entendait claquer, sur le sable, les pantoufles de la bonne ; ou bien Mme Arnoux elle-même se présentait. Il arriva, un jour, derrière son dos, comme elle était accroupie, devant le gazon, а chercher de la violette.

L'humeur de sa fille l'avait forcée de la mettre au couvent. Son gamin passait l'après-midi dans une école. Arnoux faisait de longs déjeuners au Palais-Royal, avec Regimbart et l'ami Compain. Aucun fâcheux ne pouvait les surprendre.

Il était bien entendu qu'ils ne devaient pas s'appartenir. Cette convention qui les garantissait du péril, facilitait leurs épanchements.

Elle lui dit son existence d'autrefois, а Chartres, chez sa mère ; sa dévotion vers douze ans, puis sa fureur de musique, lorsqu'elle chantait jusqu'а la nuit, dans sa petite chambre, d'où l'on découvrait les remparts. Il lui conta ses mélancolies au collège, et comment dans son ciel poétique resplendissait un visage de femme, si bien qu'en la voyant pour la première fois, il l'avait reconnue.

Ces discours n'embrassaient, d'habitude, que les années de leur fréquentation. Il lui rappelait d'insignifiants détails, la couleur de sa robe а telle époque, quelle personne un jour était survenue, ce qu'elle avait dit une autre fois ; et elle répondait tout émerveillée :

-- " Oui, je me rappelle ! "

Leurs goûts, leurs jugements étaient les mêmes.

Souvent celui des deux qui écoutait l'autre s'écriait :

-- " Moi aussi ! "

Et l'autre а son tour reprenait :

-- " Moi aussi ! "

Puis c'étaient d'interminables plaintes sur la Providence :

-- " Pourquoi le ciel ne l'a-t-il pas voulu ! Si nous nous étions rencontrés !... "

-- " Ah ! si j'avais été plus jeune ! " soupirait-elle.

-- " Non ! moi, un peu plus vieux. "

Et ils s'imaginaient une vie exclusivement amoureuse, assez féconde pour remplir les plus vastes solitudes, excédant toutes joies, défiant toutes les misères, où les heures auraient disparu dans un continuel épanchement d'eux-mêmes, et qui aurait fait quelque chose de resplendissant et d'élevé comme la palpitation des étoiles.

Presque toujours, ils se tenaient en plein air au haut de l'escalier ; des cimes d'arbres jaunies par l'automne se mamelonnaient devant eux, inégalement, jusqu'au bord du ciel pâle ; ou bien ils allaient au bout de l'avenue, dans un pavillon ayant pour tout meuble un canapé de toile grise. Des points noirs tachaient la glace ; les murailles exhalaient une odeur de moisi ; -- et ils restaient lа, causant d'eux-mêmes, des autres, de n'importe quoi, avec ravissement. Quelquefois, les rayons du soleil, traversant la jalousie, tendaient depuis le plafond jusque sur les dalles comme les cordes d'une lyre, des brins de poussière tourbillonnaient dans ces barres lumineuses. Elle s'amusait а les fendre avec sa main ; -- Frédéric la saisissait, doucement ; et il contemplait l'entrelacs de ses veines, les grains de sa peau, la forme de ses doigts. Chacun de ses doigts était, pour lui, plus qu'une chose, presque une personne.

Elle lui donna ses gants, la semaine d'après son mouchoir. Elle l'appelait " Frédéric " , il l'appelait " Marie " , adorant ce nom-lа, fait exprès, disait- il, pour être soupiré dans l'extase, et qui semblait contenir des nuages d'encens, des jonchées de roses.

Ils arrivèrent а fixer d'avance le jour de ses visites ; et sortant comme par hasard, elle allait au-devant de lui, sur la route.

Elle ne faisait rien pour exciter son amour, perdue dans cette insouciance qui caractérise les grands bonheurs. Pendant toute la saison, elle porta une robe de chambre en soie brune, bordée de velours pareil, vêtement large convenant а la mollesse de ses attitudes et а sa physionomie sérieuse. D'ailleurs, elle touchait au mois d'août des femmes, époque tout а la fois de réflexion et de tendresse, où la maturité qui commence colore le regard d'une flamme plus profonde, quand la force du coeur se mêle а l'expérience de la vie, et que, sur la fin de ses épanouissements, l'être complet déborde de richesses dans l'harmonie de sa beauté. Jamais elle n'avait eu plus de douceur, d'indulgence. Sûre de ne pas faillir, elle s'abandonnait а un sentiment qui lui semblait un droit conquis par ses chagrins. Cela était si bon, du reste, et si nouveau ! Quel abоme entre la grossièreté d'Arnoux et les adorations de Frédéric !

Il tremblait de perdre par un mot tout ce qu'il croyait avoir gagné, se disant qu'on peut ressaisir une occasion et qu'on ne rattrape jamais une sottise. Il voulait qu'elle se donnât, et non la prendre. L'assurance de son amour le délectait comme un avant-goût de la possession, et puis le charme de sa personne lui troublait le coeur plus que les sens. C'était une béatitude indéfinie, un tel enivrement, qu'il en oubliait jusqu'а la possibilité d'un bonheur absolu. Loin d'elle, des convoitises furieuses le dévoraient.

Bientôt il y eut dans leurs dialogues de grands intervalles de silence. Quelquefois, une sorte de pudeur sexuelle les faisait rougir l'un devant l'autre. Toutes les précautions pour cacher leur amour le dévoilaient ; plus il devenait fort, plus leurs manières étaient contenues. Par l'exercice d'un tel mensonge, leur sensibilité s'exaspéra,. Ils jouissaient délicieusement de la senteur des feuilles humides, ils souffraient du vent d'est, ils avaient des irritations sans cause, des pressentiments funèbres ; un bruit de pas, le craquement d'une boiserie leur causaient des épouvantes comme s'ils avaient été coupables ; ils se sentaient poussés vers un abоme ; une atmosphère orageuse les enveloppait ; et, quand des doléances échappaient а Frédéric, elle s'accusait elle-même.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:31

-- " Oui ! je fais mal ! j'ai l'air d'une coquette ! Ne venez donc plus ! "

Alors, il répétait les mêmes serments, -- qu'elle écoutait chaque fois avec plaisir.

Son retour а Paris et les embarras du jour de l'an suspendirent un peu leurs entrevues. Quand il revint, il avait, dans les allures, quelque chose de plus hardi. Elle sortait а chaque minute pour donner des ordres, et recevait, malgré ses prières, tous les bourgeois qui venaient la voir. On se livrait alors, а des conversations sur Léotade, M. Guizot, le Pape, l'insurrection de Palerme et le banquet du XIIe arrondissement lequel inspirait des inquiétudes. Frédéric se soulageait en déblatérant contre le Pouvoir ; car il souhaitait, comme Deslauriers, un bouleversement universel, tant il était maintenant aigri. Mme Arnoux, de son côté, devenait sombre.

Son mari, prodiguant les extravagances, entretenait une ouvrière de la manufacture, celle qu'on appelait la Bordelaise. Mme Arnoux l'apprit elle-même а Frédéric. Il voulait tirer de lа un argument " puisqu'on la trahissait. "

-- " Oh ! je ne m'en trouble guère ! " dit-elle.

Cette déclaration lui parut affermir complètement leur intimité. Arnoux s'en méfiait-il ?

-- " Non ! pas maintenant ! "

Elle lui conta qu'un soir, il les avait laissés en tête-а-tête, puis était revenu, avait écouté derrière la porte, et, comme tous deux parlaient de choses indifférentes, il vivait, depuis ce temps-lа, dans une entière sécurité.

-- " Avec raison, n'est-ce pas ? " dit amèrement Frédéric.

-- " Oui, sans doute ! "

Elle aurait fait mieux de ne pas risquer un pareil mot.

Un jour, elle ne se trouva point chez elle, а l'heure où il avait coutume d'y venir. Ce fut, pour lui, comme une trahison.

Il se fâcha ensuite de voir les fleurs qu'il apportait toujours plantées dans un verre d'eau.

-- " Où voulez-vous donc qu'elles soient ? "

-- " Oh ! pas lа ! Du reste, elles y sont moins froidement que sur votre coeur. "

Quelque temps après, il lui reprocha d'avoir été la veille aux Italiens, sans le prévenir. D'autres l'avaient vue, admirée, aimée peut-être ; Frédéric s'attachait а ses soupçons uniquement pour la quereller, la tourmenter ; car il commençait а la haïr, et c'était bien le moins qu'elle eût une part de ses souffrances !

Une après-midi (vers le milieu de février), il la surprit fort émue. Eugène se plaignait de mal а la gorge. Le docteur avait dit pourtant que ce n'était rien, un gros rhume, la grippe. Frédéric fut étonné par l'air ivre de l'enfant. Il rassura sa mère néanmoins, cita en exemple plusieurs bambins de son âge qui venaient d'avoir des affections semblables et qui s'étaient vite guéris.

-- " Vraiment ? "

-- " Mais oui, bien sûr ! "

-- " Oh ! comme vous êtes bon ! "

Et elle lui prit la main. Il l'étreignit dans la sienne.

-- " Oh ! laissez-la. "

-- " Qu'est-ce que cela fait, puisque c'est au consolateur que vous l'offrez !... Vous me croyez bien pour ces choses, et vous doutez de moi... quand je vous parle de mon amour ! "

-- " Je n'en doute pas, mon pauvre ami ! "

-- " Pourquoi cette défiance, comme si j'étais un misérable capable d'abuser !... "

-- " Oh ! non !... "

-- " Si j'avais seulement une preuve !... "

-- " Quelle Preuve ? "

-- " Celle qu'on donnerait au premier venu, celle que vous m'avez accordée а moi-même. "

Et il lui rappela qu'une fois ils étaient sortis ensemble, par un crépuscule d'hiver, un temps de brouillard. Tout cela était bien loin, maintenant ! Qui donc l'empêchait de se montrer а son bras, devant tout le monde, sans crainte de sa part, sans arrière-pensée de la sienne, n'ayant personne autour d'eux pour les importuner ?

-- " Soit ! " dit-elle, avec une bravoure de décision qui stupéfia d'abord Frédéric.

Mais il reprit vivement :

-- " Voulez-vous que je vous attende au coin de la rue Tronchet et de la rue de la Ferme ? "

-- " Mon Dieu ! mon ami... " , balbutiait Mme Arnoux.

Sans lui donner le temps de réfléchir, il ajouta :

-- " Mardi prochain, je suppose ? "

-- " Mardi ? "

-- " Oui, entre deux et trois heures. "

-- " J'y serai ! "

Et elle détourna son visage, par un mouvement de honte. Frédéric lui posa ses lèvres sur la nuque.

-- " Oh ! ce n'est pas bien " , dit-elle. " Vous me feriez repentir. "

Il s'écarta, redoutant la mobilité ordinaire des femmes. Puis, sur le seuil, murmura, doucement, comme une chose bien convenue :

-- " A mardi ! "

Elle baissa ses beaux yeux d'une façon discrète et résignée.

Frédéric avait un plan.

Il espérait que, grâce а la pluie ou au soleil, il pourrait la faire s'arrêter sous une porte, et qu'une fois sous la porte, elle entrerait dans la maison. Le difficile était d'en découvrir une convenable.

Il se mit donc en recherche, et, vers le milieu de la rue Tronchet, il lut de loin, sur une enseigne : Appartements meublés.

Le garçon, comprenant son intention, lui montra tout de suite, а l'entresol, une chambre et un cabinet avec deux sorties. Frédéric la retint pour un mois et paya d'avance.

Puis il alla dans trois magasins acheter la parfumerie la plus rare ; il se procura un morceau de fausse guipure pour remplacer l'affreux couvre- pieds de coton rouge, il choisit une paire de pantoufles en satin bleu ; la crainte seule de paraоtre grossier le modéra dans ses emplettes ; il revint avec elles : -- et plus dévotement que ceux qui font des reposoirs, il changea les meubles de place, drapa lui-même les rideaux, mit des bruyères sur la cheminée, des violettes sur la commode ; il aurait voulu paver la chambre tout en or. " C'est demain " , se disait-il, " oui, demain ! je ne rêve pas. " Et il sentait battre son coeur а grands coups sous le délire de son espérance ; puis, quand tout fut prêt, il emporta la clef dans sa poche, comme si le bonheur, qui dormait lа, avait pu s'en envoler.

Une lettre de sa mère l'attendait chez lui.

" Pourquoi une si longue absence ? Ta conduite commence а paraоtre ridicule. Je comprends que, dans une certaine mesure, tu aies d'abord hésité devant cette union ; cependant, réfléchis ! "

Et elle précisait les choses : quarante-cinq mille livres de rente. Du reste, " on en causait " ; et M. Roque attendait une réponse définitive. Quant а la jeune personne, sa position véritablement était embarrassante. " Elle t'aime beaucoup. "

Frédéric rejeta la lettre sans la finir, et en ouvrit une autre, un billet de Deslauriers.

" Mon vieux,

" La poire est mûre. Selon ta promesse, nous comptons sur toi. On se réunit demain au petit jour, place du Panthéon. Entre au café Soufflot. Il faut que je te parle avant la manifestation. "

" Oh ! je les connais, leurs manifestations. Mille grâces ! j'ai un rendez- vous plus agréable. "

Et, le lendemain, dès onze heures, Frédéric était sorti. Il voulait donner un dernier coup d'oeil aux préparatifs ; puis, qui sait, elle pouvait, par un hasard quelconque, être en avance ? En débouchant de la rue Tronchet, il entendit derrière la Madeleine une grande clameur ; il s'avança ; et il aperçut au fond de la place, а gauche, des gens en blouse et des bourgeois.

En effet, un manifeste publié dans les journaux avait convoqué а cet endroit tous les souscripteurs du banquet réformiste. Le Ministère, presque immédiatement, avait affiché une proclamation l'interdisant. La veille au soir, l'opposition parlementaire y avait renoncé ; mais les patriotes, qui ignoraient cette résolution des chefs, étaient venus au rendez-vous, suivis par un grand nombre de curieux. Une députation des écoles s'était portée tout а l'heure chez Odilon Barrot. Elle était maintenant aux Affaires Etrangères ; et on ne savait pas si le banquet aurait lieu, si le Gouvernement exécuterait sa menace, si les gardes nationaux se présenteraient. On en voulait aux Députés comme au Pouvoir. La foule augmentait de plus en plus, quand tout а coup vibra dans les airs le refrain de la Marseillaise.

C'était la colonne des étudiants qui arrivait. Ils marchaient au pas, sur deux files, en bon ordre, l'aspect irrité, les mains nues, et tous criant par intervalles :

-- " Vive la Réforme ! а bas Guizot ! "

Les amis de Frédéric étaient lа, bien sûr. Ils allaient l'apercevoir et l'entraоner. Il se réfugia vivement dans la rue de l'Arcade.

Quand les étudiants eurent fait deux fois le tour de la Madeleine, ils descendirent vers la place de la Concorde. Elle était remplie de monde ; et la foule tassée semblait, de loin, un champ d'épis noirs qui oscillaient.

Au même moment, des soldats de la ligne se rangèrent en bataille, а gauche de l'église.

Les groupes stationnaient, cependant. Pour en finir, des agents de police en bourgeois saisissaient les plus mutins et les emmenaient au poste, brutalement. Frédéric, malgré son indignation, resta muet ; on aurait pu le prendre avec les autres, et il aurait manqué Mme Arnoux.

Peu de temps après, parurent les casques des municipaux. Ils frappaient autour d'eux, а coups de plat de sabre. Un cheval s'abattit ; on courut lui porter secours ; et, dès que le cavalier fut en selle, tous s'enfuirent.

Alors, il y eut un grand silence. La pluie fine, qui avait mouillé l'asphalte, ne tombait plus. Des nuages s'en allaient, balayés mollement par le vent d'ouest.

Frédéric se mit а parcourir la rue Tronchet, en regardant devant lui et derrière lui.

Deux heures enfin sonnèrent.

" Ah ! c'est maintenant ! " se dit-il, " elle sort de sa maison, elle approche " ; et, une minute après : " Elle aurait eu le temps de venir. " Jusqu'а trois heures, il tâcha de se calmer. " Non, elle n'est pas en retard ; un peu de patience ! "
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:31

Et, par désoeuvrement, il examinait les rares boutiques : un libraire, un sellier, un magasin de deuil. Bientôt il connut tous les noms des ouvrages, tous les harnais, toutes les étoffes. Les marchands, а force de le voir passer et repasser continuellement, furent étonnés d'abord, puis effrayés, et ils fermèrent leur devanture.

Sans doute, elle avait un empêchement, et elle en souffrait aussi. Mais quelle joie tout а l'heure ! -- Car elle allait venir, cela était certain ! " Elle me l'a bien promis ! " Cependant, une angoisse intolérable le gagnait.

Par un mouvement absurde, il rentra dans l'hôtel, comme si elle avait pu s'y trouver. A l'instant même, elle arrivait peut-être dans la rue. Il s'y jeta. Personne ! Et il se remit а battre le trottoir.

Il considérait les fentes des pavés, la gueule des gouttières, les candélabres, les numéros au-dessus des portes. Les objets les plus minimes devenaient pour lui des compagnons, ou plutôt des spectateurs ironiques ; et les façades régulières des maisons lui semblaient impitoyables. Il souffrait du froid aux pieds. Il se sentait dissoudre d'accablement. La répercussion de ses pas lui secouait la cervelle.

Quand il vit quatre heures а sa montre, il éprouva comme un vertige, une épouvante. Il tâcha de se répéter des vers, de calculer n'importe quoi, d'inventer une histoire. Impossible ! l'image de Mme Arnoux l'obsédait. Il avait envie de courir а sa rencontre. Mais quelle route prendre pour ne pas se croiser ?

Il aborda un commissionnaire, lui mit dans la main cinq francs, et le chargea d'aller rue Paradis, chez Jacques Arnoux, pour s'enquérir près du portier " si Madame était chez elle " . Puis il se planta au coin de la rue de la Ferme et de la rue Tronchet, de manière а voir simultanément dans toutes les deux. Au fond de la perspective, sur le boulevard, des masses confuses glissaient. Il distinguait parfois l'aigrette d'un dragon, un chapeau de femme ; et il tendait ses prunelles pour la reconnaоtre. Un enfant déguenillé qui montrait une marmotte, dans une boоte, lui demanda l'aumône, en souriant.

L'homme а la veste de velours reparut. " Le portier ne l'avait pas vue sortir. " Qui la retenait ? Si elle était malade, on l'aurait dit ! Etait-ce une visite ? Rien de plus facile que de ne pas recevoir. Il se frappa le front.

" Ah ! je suis bête ! C'est l'émeute ! " Cette explication naturelle le soulagea. Puis, tout а coup : " Mais son quartier est tranquille. " Et un doute abominable l'assaillit. " Si elle allait ne pas venir ? si sa promesse n'était qu'une parole pour m'évincer ? Non ! non ! " Ce qui l'empêchait sans doute, c'était un hasard extraordinaire, un de ces événements qui déjouent toute prévoyance. Dans ce cas-lа, elle aurait écrit. Et il envoya le garçon d'hôtel а son domicile, rue Rumford, pour savoir s'il n'y avait point de lettre.

On n'avait apporté aucune lettre. Cette absence de nouvelles le rassura.

Du nombre des pièces de monnaie prises au hasard dans sa main, de la physionomie des passants, de la couleur des chevaux, il tirait des présages ; et, quand l'augure était contraire, il s'efforçait de ne pas y croire. Dans ses accès de fureur contre Mme Arnoux, il l'injuriait а demi- voix. Puis c'étaient des faiblesses а s'évanouir, et tout а coup des rebondissements d'espérance. Elle allait paraоtre. Elle était lа, derrière son dos. Il se retournait : rien ! Une fois, il aperçut, а trente pas environ, une femme de même taille, avec la même robe. Il la rejoignit ; ce n'était pas elle ! Cinq heures arrivèrent ! cinq heures et demie ! six heures ! Le gaz s'allumait. Mme Arnoux n'était pas venue.

Elle avait rêvé, la nuit précédente, qu'elle était sur le trottoir de la rue Tronchet depuis longtemps. Elle y attendait quelque chose d'indéterminé, de considérable néanmoins, et, sans savoir pourquoi, elle avait peur d'être aperçue. Mais un maudit petit chien, acharné contre elle, mordillait le bas de sa robe. Il revenait obstinément et aboyait toujours plus fort. Mme Arnoux se réveilla. L'aboiement du chien continuait. Elle tendit l'oreille. Cela partait de la chambre de son fils. Elle s'y précipita pieds nus. C'était l'enfant lui-même qui toussait. Il avait les mains brûlantes, la face rouge et la voix singulièrement rauque. L'embarras de sa respiration augmentait de minute en minute. Elle resta jusqu'au jour, penchée sur sa couverture, а l'observer.

A huit heures, le tambour de la garde nationale vint prévenir M. Arnoux que ses camarades l'attendaient. Il s'habilla vivement et s'en alla, en promettant de passer tout de suite chez leur médecin, M. Colot. A dix heures, M. Colot n'étant pas venu, Mme Arnoux expédia sa femme de chambre. Le docteur était en voyage, а la campagne, et le jeune homme qui le remplaçait faisait des courses.

Eugène tenait sa tête de côté, sur le traversin, en fronçant toujours ses sourcils, en dilatant ses narines ; sa pauvre petite figure devenait plus blême que ses draps ; et il s'échappait de son larynx un sifflement produit par chaque inspiration, de plus en plus courte, sèche, et comme métallique. Sa toux ressemblait au bruit de ces mécaniques barbares qui font japper les chiens de carton.

Mme Arnoux fut saisie d'épouvante. Elle se jeta sur les sonnettes, en appelant au secours, en criant :

-- " Un médecin ! un médecin ! "

Dix minutes après, arriva un vieux monsieur en cravate blanche et а favoris gris, bien taillés. Il fit beaucoup de questions sur les habitudes, l'âge et le tempérament du jeune malade, puis examina sa gorge, s'appliqua la tête dans son dos et écrivit une ordonnance. L'air tranquille de ce bonhomme était odieux. Il sentait l'embaumement. Elle aurait voulu le battre. Il dit qu'il reviendrait dans la soirée.

Bientôt les horribles quintes recommencèrent. Quelquefois, l'enfant se dressait tout а coup. Des mouvements convulsifs lui secouaient les muscles de la poitrine, et, dans ses aspirations, son ventre se creusait comme s'il eût suffoqué d'avoir couru. Puis il retombait la tête en arrière et la bouche grande ouverte. Avec des précautions infinies, Mme Arnoux tâchait de lui faire avaler le contenu des fioles, du sirop d'ipécacuana, une potion kermétisée. Mais il repoussait la cuiller, en gémissant d'une voix faible. On aurait dit qu'il soufflait ses paroles.

De temps а autre, elle relisait l'ordonnance. Les observations du formulaire l'effrayaient ; peut-être que le pharmacien s'était trompé. Son impuissance la désespérait. L'élève de M. Colot arriva.

C'était un jeune homme d'allures modestes, neuf dans le métier, et qui ne cacha point son impression. Il resta d'abord indécis, par peur de se compromettre, et enfin prescrivit l'application de morceaux de glace. On fut longtemps а trouver de la glace. La vessie qui contenait les morceaux creva. Il fallut changer la chemise. Tout ce dérangement provoqua un nouvel accès plus terrible.

L'enfant se mit а arracher les linges de son cou, comme s'il avait voulu retirer l'obstacle qui l'étouffait, et il égratignait le mur, saisissait les rideaux de sa couchette, cherchant un point d'appui pour respirer. Son visage était bleuâtre maintenant, et tout son corps, trempé d'une sueur froide, paraissait maigrir. Ses yeux hagards s'attachaient sur sa mère avec terreur. Il lui jetait les bras autour du cou, s'y suspendait d'une façon désespérée ; et, en repoussant ses sanglots, elle balbutiait des paroles tendres :

-- " Oui, mon amour, mon ange, mon trésor ! "

Puis des moments de calme survenaient.

Elle alla chercher des joujoux, un polichinelle, une collection d'images, et les étala sur son lit, pour le distraire. Elle essaya même de chanter.

Elle commença une chanson qu'elle lui disait autrefois, quand elle le berçait en l'emmaillottant sur cette même petite chaise de tapisserie. Mais il frissonna dans la longueur entière de son corps, comme une onde sous un coup de vent ; les globes de ses yeux saillissaient ; elle crut qu'il allait mourir, et se détourna pour ne pas le voir.

Un instant après, elle eut la force de le regarder. Il vivait encore. Les heures se succédèrent, lourdes, mornes, interminables, désespérantes ; et elle n'en comptait plus les minutes qu'а la progression de cette agonie. Les secousses de sa poitrine le jetaient en avant comme pour le briser ; а la fin, il vomit quelque chose d'étrange, qui ressemblait а un tube de parchemin. Qu'était-ce ? Elle s'imagina qu'il avait rendu un bout de ses entrailles. Mais il respirait largement, régulièrement. Cette apparence de bien-être l'effraya plus que tout le reste ; elle se tenait comme pétrifiée, les bras pendants, les yeux fixes, quand M. Colot survint. L'enfant, selon lui, était sauvé.

Elle ne comprit pas d'abord, et se fit répéter la phrase.

N'était-ce pas une de ces consolations propres aux médecins ? Le docteur s'en alla d'un air tranquille. Alors, ce fut pour elle comme si les cordes qui serraient son coeur se fussent dénouées.

-- " Sauvé ! Est-ce possible ! "

Tout а coup l'idée de Frédéric lui apparut d'une façon nette et inexorable. C'était un avertissement de la Providence. Mais le Seigneur, dans sa miséricorde, n'avait pas voulu la punir tout а fait ! Quelle expiation, plus tard, si elle persévérait dans cet amour ! Sans doute, on insulterait son fils а cause d'elle ; et Mme Arnoux l'aperçut jeune homme, blessé dans une rencontre, rapporté sur un brancard, mourant. D'un bond, elle se précipita sur la petite chaise ; et de toutes ses forces, lançant son âme dans les hauteurs, elle offrit а Dieu, comme un holocauste, le sacrifice de sa première passion, de sa seule faiblesse.

Frédéric était revenu chez lui. Il restait dans son fauteuil, sans même avoir la force de la maudire. Une espèce de sommeil le gagna ; et, а travers son cauchemar, il entendait la pluie tomber, en croyant toujours qu'il était lа-bas, sur le trottoir.

Le lendemain, par une dernière lâcheté, il envoya encore un commissionnaire chez Mme Arnoux.

Soit que le Savoyard ne fоt pas la commission, ou qu'elle eût trop de choses а dire pour s'expliquer d'un mot, la même réponse fut rapportée. L'insolence était trop forte ! Une colère d'orgueil le saisit. Il se jura de n'avoir plus même un désir ; et, comme un feuillage emporté par un ouragan, son amour disparut. Il en ressentit un soulagement, une joie stoïque, puis un besoin d'actions violentes ; et il s'en alla au hasard, par les rues.

Des hommes des faubourgs passaient, armés de fusils, de vieux sabres, quelques-uns portant des bonnets rouges, et tous chantant la Marseillaise ou les Girondins . Çа et lа, un garde national se hâtait pour rejoindre sa mairie. Des tambours, au loin, résonnaient. On se battait а la porte Saint-Martin. Il y avait dans l'air quelque chose de gaillard et de belliqueux. Frédéric marchait toujours. L'agitation de la grande ville le rendait gai.

A la hauteur de Frascati, il aperçut les fenêtres de la Maréchale ; une idée folle lui vint, une réaction de jeunesse. Il traversa le boulevard.

On fermait la porte cochère ; et Delphine, la femme de chambre, en train d'écrire dessus avec un charbon : " Armes données " , lui dit vivement :

-- " Ah ! Madame est dans un bel état ! Elle a renvoyé ce matin son groom qui l'insultait. Elle croit qu'on va piller partout ! Elle crève de peur ! d'autant plus que Monsieur est parti ! "

-- " Quel monsieur ? "

-- " Le Prince ! "

Frédéric entra dans le boudoir. La Maréchale parut, en jupon, les cheveux sur le dos, bouleversée.

-- " Ah ! merci ! tu viens me sauver ! c'est la seconde fois ! tu n'en demandes jamais le prix, toi ! "

-- " Mille pardons ! " dit Frédéric, en lui saisissant la taille dans les deux mains.

-- " Comment ? que fais-tu ? " balbutia la Maréchale, а la fois surprise et égayée par ces manières.

Il répondit :

-- " Je suis la mode, je me réforme. "

Elle se laissa renverser sur le divan, et continuait а rire sous ses baisers.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:32

Ils passèrent l'après-midi а regarder, de leur fenêtre, le peuple dans la rue. Puis il l'emmena dоner aux Trois-Frères-Provençaux. Le repas fut long, délicat. Ils s'en revinrent а pied, faute de voiture.

A la nouvelle d'un changement de ministère, Paris avait changé. Tout le monde était en joie ; des promeneurs circulaient, et des lampions а chaque étage faisaient une clarté comme en plein jour. Les soldats regagnaient lentement leurs casernes, harassés, l'air triste. On les saluait, en criant : " Vive la ligne ! " Ils continuaient sans répondre. Dans la garde nationale, au contraire, les officiers, rouges d'enthousiasme, brandissaient leur sabre en vociférant : " Vive la réforme ! " et ce mot-lа, chaque fois, faisait rire les deux amants. Frédéric blaguait, était très gai.

Par la rue Duphot, ils atteignirent les boulevards. Des lanternes vénitiennes, suspendues aux maisons, formaient des guirlandes de feux. Un fourmillement confus s'agitait en dessous ; au milieu de cette ombre, par endroits, brillaient des blancheurs de baïonnettes. Un grand brouhaha s'élevait. La foule était trop compacte, le retour direct impossible ; et ils entraient dans la rue Caumartin, quand, tout а coup, éclata derrière eux un bruit, pareil au craquement d'une immense pièce de soie que l'on déchire. C'était la fusillade du boulevard des Capucines.

-- " Ah ! on casse quelques bourgeois " , dit Frédéric tranquillement, car il y a des situations où l'homme le moins cruel est si détaché des autres, qu'il verrait périr le genre humain sans un battement de coeur.

La Maréchale, cramponnée а son bras, claquait des dents. Elle se déclara incapable de faire vingt pas de plus. Alors, par un raffinement de haine, pour mieux outrager en son âme Mme Arnoux, il l'emmena jusqu'а l'hôtel de la rue Tronchet, dans le logement préparé pour l'autre.

Les fleurs n'étaient pas flétries. La guipure s'étalait sur le lit. Il tira de l'armoire les petites pantoufles. Rosanette trouva ces prévenances fort délicates.

Vers une heure, elle fut réveillée par des roulements lointains ; et elle le vit qui sanglotait, la tête enfoncée dans l'oreiller.

-- " Qu'as-tu donc, cher amour ? "

-- " C'est excès de bonheur " , dit Frédéric. " . Il y avait trop longtemps que je te désirais ! " .

TROISIEME PARTIE ------------------------------------------------------

Chapitre Premier. ------------------------------------------------------

Le bruit d'une fusillade le tira brusquement de son sommeil ; et, malgré les instances de Rosanette, Frédéric, а toute force, voulut aller voir ce qui se passait.

Il descendait vers les Champs-Elysées, d'où les coups de feu étaient partis. A l'angle de la rue Saint-Honoré, des hommes en blouse le croisèrent en criant :

-- " Non ! pas par lа ! au Palais-Royal ! "

Frédéric les suivit. On avait arraché les grilles de l'Assomption. Plus loin, il remarqua trois pavés au milieu de la voie, le commencement d'une barricade, sans doute, puis des tessons de bouteilles, et des paquets de fil de fer pour embarrasser la cavalerie ; quand tout а coup s'élança d'une ruelle un grand jeune homme pâle, dont les cheveux noirs flottaient sur les épaules, prises dans une espèce de maillot а pois de couleur. Il tenait un long fusil de soldat, et courait sur la pointe de ses pantoufles, avec l'air d'un somnambule et leste comme un tigre. On entendait, par intervalles, une détonation.

La veille au soir, le spectacle du chariot contenant cinq cadavres recueillis parmi ceux du boulevard des Capucines avait changé les dispositions du peuple ; et, pendant qu'aux Tuileries les aides de camp se succédaient, et que M. Molé, en train de faire un cabinet nouveau, ne revenait pas, et que M. Thiers tâchait d'en composer un autre, et que le Roi chicanait, hésitait, puis donnait а Bugeaud le commandement général pour l'empêcher de s'en servir, l'insurrection, comme dirigée par un seul bras, s'organisait formidablement. Des hommes d'une éloquence frénétique haranguaient la foule au coin des rues ; d'autres dans les églises sonnaient le tocsin а pleine volée ; on coulait du plomb, on roulait des cartouches ; les arbres des boulevards, les vespasiennes, les bancs, les grilles, les becs de gaz, tout fut arraché, renversé ; Paris, le matin, était couvert de barricades. La résistance ne dura pas ; partout la garde nationale s'interposait ; -- si bien qu'а huit heures, le peuple, de bon gré ou de force, possédait cinq casernes, presque toutes les mairies, les points stratégiques les plus sûrs. D'elle-même, sans secousses, la monarchie se fondait dans une dissolution rapide ; et on attaquait maintenant le poste du Château-d'Eau, pour délivrer cinquante prisonniers, qui n'y étaient pas.

Frédéric s'arrêta forcément а l'entrée de la place. Des groupes en armes l'emplissaient. Des compagnies de la ligne occupaient les rues Saint- Thomas et Fromanteau. Une barricade énorme bouchait la rue de Valois. La fumée qui se balançait а sa crête s'entrouvrit, des hommes couraient dessus en faisant de grands gestes, ils disparurent ; puis la fusillade recommença. Le poste y répondait, sans qu'on vоt personne а l'intérieur ; ses fenêtres, défendues par des volets de chêne, étaient percées de meurtrières ; et le monument avec ses deux étages, ses deux ailes, sa fontaine au premier et sa petite porte au milieu, commençait а se moucheter de taches blanches sous le heurt des balles. Son perron de trois marches restait vide.

A côté de Frédéric, un homme en bonnet grec et portant une giberne par-dessus sa veste de tricot se disputait avec une femme coiffée d'un madras. Elle lui disait :

-- " Mais reviens donc ! reviens donc ! "

-- " Laisse-moi tranquille ! " répondait le mari. " Tu peux bien surveiller la loge toute seule. Citoyen, je vous le demande, est-ce juste ? J'ai fait mon devoir partout, en 1830, en 32, en 34, en 39 ! Aujourd'hui, on se bat ! Il faut que je me batte ! -- Va-t'en ! "

Et la portière finit par céder а ses remontrances et а celles d'un garde national près d'eux, quadragénaire dont la figure bonasse était ornée d'un collier de barbe blonde.

Il chargeait son arme et tirait, tout en conversant avec Frédéric, aussi tranquille au milieu de l'émeute qu'un horticulteur dans son jardin. Un jeune garçon en serpillière le cajolait pour obtenir des capsules, afin d'utiliser son fusil, une belle carabine de chasse que lui avait donnée " un monsieur " .

-- " Empoigne dans mon dos " , dit le bourgeois " , et efface-toi ! tu vas te faire tuer ! "

Les tambours battaient la charge. Des cris aigus, des hourras de triomphe s'élevaient. Un remous continuel faisait osciller la multitude. Frédéric, pris entre deux masses profondes, ne bougeait pas, fasciné d'ailleurs et s'amusant extrêmement. Les blessés qui tombaient, les morts étendus n'avaient pas l'air de vrais blessés, de vrais morts. Il lui semblait assister а un spectacle.

Au milieu de la houle, par-dessus des têtes, on aperçut un vieillard en habit noir sur un cheval blanc, а selle de velours. D'une main, il tenait un rameau vert, de l'autre un papier, et les secouait avec obstination. Enfin, désespérant de se faire entendre, il se retira.

La troupe de ligne avait disparu et les municipaux restaient seuls а défendre le poste. Un flot d'intrépides se rua sur le perron ; ils s'abattirent, d'autres survinrent ; et la porte, ébranlée sous des coups de barres de fer, retentissait ; les municipaux ne cédaient pas. Mais une calèche bourrée de foin, et qui brûlait comme une torche géante, fut traоnée contre les murs. On apporta vite des fagots, de la paille, un baril d'esprit-de-vin. Le feu monta le long des pierres ; l'édifice se mit а fumer partout comme un solfatare ; et de larges flammes, au sommet, entre les balustres de la terrasse, s'échappaient avec un bruit strident. Le premier étage du Palais-Royal s'était peuplé de gardes nationaux. De toutes les fenêtres de la place, on tirait ; les balles sifflaient ; l'eau de la fontaine crevée se mêlait avec le sang, faisait des flaques par terre ; on glissait dans la boue sur des vêtements, des shakos, des armes ; Frédéric sentit sous son pied quelque chose de mou ; c'était la main d'un sergent en capote grise, couché la face dans le ruisseau. Des bandes nouvelles de peuple arrivaient toujours, poussant les combattants sur le poste. La fusillade devenait plus pressée. Les marchands de vins étaient ouverts ; on allait de temps а autre y fumer une pipe, boire une chope, puis on retournait se battre. Un chien perdu hurlait. Cela faisait rire.

Frédéric fut ébranlé par le choc d'un homme qui, une balle dans les reins, tomba sur son épaule, en râlant. A ce coup, dirigé peut-être contre lui, il se sentit furieux ; et il se jetait en avant quand un garde national l'arrêta.

-- " C'est inutile ! le Roi vient de partir. Ah ! si vous ne me croyez pas, allez-y voir ! "

Une pareille assertion calma Frédéric. La place du Carrousel avait un aspect tranquille. L'hôtel de Nantes s'y dressait toujours solitairement ; et les maisons par derrière, le dôme du Louvre en face, la longue galerie de bois а droite et le vague terrain qui ondulait jusqu'aux baraques des étalagistes, étaient comme noyés dans la couleur grise de l'air, où de lointains murmures semblaient se confondre avec la brume, -- tandis qu'а l'autre bout de la place, un jour cru, tombant par un écartement des nuages sur la façade des Tuileries, découpait en blancheur toutes ses fenêtres. Il y avait près de l'Arc de Triomphe un cheval mort, étendu. Derrière les grilles, des groupes de cinq а six personnes causaient. Les portes du château étaient ouvertes ; les domestiques sur le seuil laissaient entrer.

En bas, dans une petite salle, des bols de café au lait étaient servis. Quelques-uns des curieux s'attablèrent en plaisantant ; les autres restaient debout, et, parmi ceux-lа, un cocher de fiacre. Il saisit а deux mains un bocal plein de sucre en poudre, jeta un regard inquiet de droite et de gauche, puis se mit а manger voracement, son nez plongeant dans le goulot. Au bas du grand escalier, un homme écrivait son nom sur un registre. Frédéric le reconnut par derrière.

-- " Tiens, Hussonnet ! "

-- " Mais oui " , répondit le bohème. " Je m'introduis а la Cour. Voilа une bonne farce, hein ? "

-- " Si nous montions ? "

Et ils arrivèrent dans la salle des Maréchaux. Les portraits de ces illustres, sauf celui de Bugeaud percé au ventre, étaient tous intacts. Ils se trouvaient appuyés sur leur sabre, un affût de canon derrière eux, et dans des attitudes formidables jurant avec la circonstance. Une grosse pendule marquait une heure vingt minutes.

Tout а coup la Marseillaise retentit. Hussonnet et Frédéric se penchèrent sur la rampe. C'était le peuple. Il se précipita dans l'escalier, en secouant а flots vertigineux des têtes nues, des casques, des bonnets rouges, des baïonnettes et des épaules, si impétueusement, que des gens disparaissaient dans cette masse grouillante qui montait toujours, comme un fleuve refoulé par une marée d'équinoxe, avec un long mugissement, sous une impulsion irrésistible. En haut, elle se répandit, et le chant tomba.

On n'entendait plus que les piétinements de tous les souliers, avec le clapotement des voix. La foule inoffensive se contentait de regarder. Mais, de temps а autre, un coude trop а l'étroit enfonçait une vitre ; ou bien un vase, une statuette déroulait d'une console, par terre. Les boiseries pressées craquaient. Tous les visages étaient rouges, la sueur en coulait а larges gouttes ; Hussonnet fit cette remarque :

-- " Les héros ne sentent pas bon ! "

-- " Ah ! vous êtes agaçant " , reprit Frédéric.

Et poussés malgré eux, ils entrèrent dans un appartement où s'étendait, au plafond, un dais de velours rouge. Sur le trône, en dessous, était assis un prolétaire а barbe noire, la chemise entrouverte, l'air hilare et stupide comme un magot. D'autres gravissaient l'estrade pour s'asseoir а sa place.

-- " Quel mythe ! " dit Hussonnet. " Voilа le peuple souverain ! "

Le fauteuil fut enlevé а bout de bras, et traversa toute la salle en se balançant.

-- " Saprelotte ! comme il chaloupe ! Le vaisseau de l'Etat est ballotté sur une mer orageuse ! Cancane-t-il ! cancane-t-il ! "

On l'avait approché d'une fenêtre, et, au milieu des sifflets, on le lança.

-- " Pauvre vieux ! " dit Hussonnet, en le voyant tomber dans le jardin, où il fut repris vivement pour être promené ensuite jusqu'а la Bastille, et brûlé.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:32

Alors, une joie frénétique éclata, comme si, а la place du trône, un avenir de bonheur illimité avait paru ; et le peuple, moins par vengeance que pour affirmer sa possession, brisa, lacéra les glaces et les rideaux, les lustres, les flambeaux, les tables, les chaises, les tabourets, tous les meubles, jusqu'а des albums de dessins, jusqu'а des corbeilles de tapisserie. Puisqu'on était victorieux, ne fallait-il pas s'amuser ! La canaille s'affubla ironiquement de dentelles et de cachemires. Des crépines d'or s'enroulèrent aux manches des blouses, des chapeaux а plumes d'autruche ornaient la tête des forgerons, des rubans de la Légion d'honneur firent des ceintures aux prostituées. Chacun satisfaisait son caprice ; les uns dansaient, d'autres buvaient. Dans la chambre de la reine, une femme lustrait ses bandeaux avec de la pommade ; derrière un paravent, deux amateurs jouaient aux cartes ; Hussonnet montra а Frédéric un individu qui fumait son brûle-gueule accoudé sur un balcon ; et le délire redoublait au tintamarre continu des porcelaines brisées et des morceaux de cristal qui sonnaient, en rebondissant, comme des lames d'harmonica.

Puis la fureur s'assombrit. Une curiosité obscène fit fouiller tous les cabinets, tous les recoins, ouvrir tous les tiroirs. Des galériens enfoncèrent leurs bras dans la couche des princesses, et se roulaient dessus par consolation de ne pouvoir les violer. D'autres, а figures plus sinistres, erraient silencieusement, cherchant а voler quelque chose ; mais la multitude était trop nombreuse. Par les baies des portes, on n'apercevait dans l'enfilade des appartements que la sombre masse du peuple entre les dorures, sous un nuage de poussière. Toutes les poitrines haletaient ; la chaleur de plus en plus devenait suffocante ; les deux amis, craignant d'être étouffés, sortirent.

Dans l'antichambre, debout sur un tas de vêtements, se tenait une fille publique, en statue de la Liberté, -- immobile, les yeux grands ouverts, effrayante.

Ils avaient fait trois pas dehors, quand un peloton de gardes municipaux en capotes s'avança vers eux, et qui, retirant leurs bonnets de police, et découvrant а la fois leurs crânes un peu chauves, saluèrent le peuple très bas. A ce témoignage de respect, les vainqueurs déguenillés se rengorgèrent. Hussonnet et Frédéric ne furent pas, non plus, sans en éprouver un certain plaisir.

Une ardeur les animait. Ils s'en retournèrent au Palais-Royal. Devant la rue Fromanteau, des cadavres de soldats étaient entassés sur de la paille. Ils passèrent auprès impassiblement, étant même fiers de sentir qu'ils faisaient bonne contenance.

Le palais regorgeait de monde. Dans la cour intérieure, sept bûchers flambaient. On lançait par les fenêtres des pianos, des commodes et des pendules. Des pompes а incendie crachaient de l'eau jusqu'aux toits. Des chenapans tâchaient de couper des tuyaux avec leurs sabres. Frédéric engagea un polytechnicien а s'interposer. Le polytechnicien ne comprit pas, semblait imbécile, d'ailleurs. Tout autour, dans les deux galeries, la populace, maоtresse des caves, se livrait а une horrible godaille. Le vin coulait en ruisseaux, mouillait les pieds, les voyous buvaient dans des culs de bouteille, et vociféraient en titubant.

-- " Sortons de lа " , dit Hussonnet, " ce peuple me dégoûte. "

Tout le long de la galerie d'Orléans, des blessés gisaient par terre sur des matelas, ayant pour couvertures des rideaux de pourpre ; et de petites bourgeoises du quartier leur apportaient des bouillons, du linge.

-- " N'importe ! " dit Frédéric, " moi, je trouve le peuple sublime. "

Le grand vestibule était rempli par un tourbillon de gens furieux ; des hommes voulaient monter aux étages supérieurs pour achever de détruire tout ; des gardes nationaux sur les marches s'efforçaient de les retenir. Le plus intrépide était un chasseur, nu-tête, la chevelure hérissée, les buffleteries en pièces. Sa chemise faisait un bourrelet entre son pantalon et son habit, et il se débattait au milieu des autres avec acharnement. Hussonnet, qui avait la vue perçante, reconnut de loin Arnoux.

Puis ils gagnèrent le jardin des Tuileries, pour respirer plus а l'aise. Ils s'assirent sur un banc ; et ils restèrent pendant quelques minutes les paupières closes, tellement étourdis, qu'ils n'avaient pas la force de parler. Les passants, autour d'eux, s'abordaient. La duchesse d'Orléans était nommée régente ; tout était fini ; et on éprouvait cette sorte de bien- être qui suit les dénouements rapides, quand а chacune des mansardes du château parurent des domestiques déchirant leurs habits de livrée. Ils les jetaient dans le jardin, en signe d'abjuration. Le peuple les hua. Ils se retirèrent.

L'attention de Frédéric et d'Hussonnet fut distraite par un grand gaillard qui marchait vivement entre les arbres, avec un fusil sur l'épaule. Une cartouchière lui serrait а la taille sa vareuse rouge, un mouchoir s'enroulait а son front sous sa casquette. Il tourna la tête. C'était Dussardier ; et, se jetant dans leurs bras :

-- " Ah ! quel bonheur, mes pauvres vieux ! " sans pouvoir dire autre chose, tant il haletait de joie et de fatigue.

Depuis quarante-huit heures, il était debout. Il avait travaillé aux barricades du Quartier Latin, s'était battu rue Rambuteau, avait sauvé trois dragons, était entré aux Tuileries avec la colonne Dunoyer, s'était porté ensuite а la Chambre, puis а l'Hôtel de Ville.

-- " J'en arrive ! tout va bien ! le peuple triomphe ! les ouvriers et les bourgeois s'embrassent ! ah ! si vous saviez ce que j'ai vu ! quels braves gens ! comme c'est beau ! "

Et, sans s'apercevoir qu'ils n'avaient pas d'armes :

-- " J'étais bien sûr de vous trouver lа ! Ç'a été rude un moment, n'importe ! "

Une goutte de sang lui coulait sur la joue, et, aux questions des deux autres :

-- " Oh ! rien ! l'éraflure d'une baïonnette ! "

-- " Il faudrait vous soigner, pourtant. "

-- " Bah ! je suis solide ! qu'est-ce que ça fait ? La République est proclamée ! on sera heureux maintenant ! "

Des journalistes, qui causaient tout а l'heure devant moi, disaient qu'on va affranchir la Pologne et l'Italie ! Plus de rois, comprenez-vous ? Toute la terre libre ! toute la terre libre ! "

Et, embrassant l'horizon d'un seul regard, il écarta les bras dans une attitude triomphante. Mais une longue file d'hommes couraient sur la terrasse, au bord de l'eau.

-- " Ah ! saprelotte ! j'oubliais ! Les forts sont occupés. Il faut que j'y aille ! adieu ! "

Il se retourna pour leur crier, tout en brandissant son fusil :

-- " Vive la République ! "

Des cheminées du château, il s'échappait d'énormes tourbillons de fumée noire, qui emportaient des étincelles. La sonnerie des cloches faisait, au loin, comme des bêlements effarés. De droite et de gauche, partout, les vainqueurs déchargeaient leurs armes. Frédéric, bien qu'il ne fût pas guerrier, sentit bondir son sang gaulois. Le magnétisme des foules enthousiastes l'avait pris. Il humait voluptueusement l'air orageux, plein des senteurs de la poudre ; et cependant il frissonnait sous les effluves d'un immense amour, d'un attendrissement suprême et universel, comme si le coeur de l'humanité tout entière avait battu dans sa poitrine.

Hussonnet dit, en bâillant :

-- " Il serait temps, peut-être, d'aller instruire les populations ! "

Frédéric le suivit а son bureau de correspondance, place de la Bourse ; et il se mit а composer pour le journal de Troyes un compte rendu des événements en style lyrique, un véritable morceau, -- qu'il signa. Puis ils dоnèrent ensemble dans une taverne. Hussonnet était pensif ; les excentricités de la Révolution dépassaient les siennes.

Après le café, quand ils se rendirent а l'Hôtel de Ville, pour savoir du nouveau, son naturel gamin avait repris le dessus. Il escaladait les barricades, comme un chamois, et répondait aux sentinelles des gaudrioles patriotiques.

Ils entendirent, а la lueur des torches, proclamer le Gouvernement provisoire. Enfin, а minuit, Frédéric, brisé de fatigue, regagna sa maison.

-- " Eh bien " , dit-il а son domestique en train de le déshabiller, " es-tu content ? "

-- " Oui, sans doute, monsieur ! Mais ce que je n'aime pas, c'est ce peuple en cadence ! "

Le lendemain, а son réveil, Frédéric pensa а Deslauriers. Il courut chez lui. L'avocat venait de partir, étant nommé commissaire de province. Dans la soirée de la veille, il était parvenu jusqu'а Ledru-Rollin, et, l'obsédant au nom des Ecoles, en avait arraché une place, une mission. Du reste, disait le portier, il devait écrire la semaine prochaine, pour donner son adresse.

Après quoi, Frédéric s'en alla voir la Maréchale. Elle le reçut aigrement, car elle lui en voulait de son abandon. Sa rancune s'évanouit sous des assurances de paix réitérées. Tout était tranquille, maintenant, aucune raison d'avoir peur ; il l'embrassait ; et elle se déclara pour la République, -- comme avait déjа fait Monseigneur l'Archevêque de Paris, et comme devaient faire avec une prestesse de zèle merveilleuse : la Magistrature, le Conseil d'Etat, l'Institut, les Maréchaux de France, Changarnier, M. de Falloux, tous les bonapartistes, tous les légitimistes, et un nombre considérable d'orléanistes.

La chute de la Monarchie avait été si prompte, que, la première stupéfaction passée, il y eut chez les bourgeois comme un étonnement de vivre encore. L'exécution sommaire de quelques voleurs, fusillés sans jugements, parut une chose très juste. On se redit, pendant un mois, la phrase de Lamartine sur le drapeau rouge, " qui n'avait fait que le tour du Champ de Mars, tandis que le drapeau tricolore " , etc ; et tous se rangèrent sous son ombre, chaque parti ne voyant des trois couleurs que la sienne -- et se promettant bien, dès qu'il serait le plus fort, d'arracher les deux autres.

Comme les affaires étaient suspendues, l'inquiétude et la badauderie poussaient tout le monde hors de chez soi. Le négligé des costumes atténuait la différence des rangs sociaux, la haine se cachait, les espérances s'étalaient, la foule était pleine de douceur. L'orgueil d'un droit conquis éclatait sur les visages. On avait une gaieté de carnaval, des allures de bivac ; rien ne fut amusant comme l'aspect de Paris, les premiers jours.

Frédéric prenait la Maréchale а son bras ; et ils flânaient ensemble dans les rues. Elle se divertissait des rosettes décorant toutes les boutonnières, des étendards suspendus а toutes les fenêtres, des affiches de toute couleur placardées contre les murailles, et jetait çа et lа quelque monnaie dans le tronc pour les blessés, établi sur une chaise, au milieu de la voie. Puis elle s'arrêtait devant des caricatures qui représentaient Louis- Philippe en pâtissier, en saltimbanque, en chien, en sangsue. Mais les hommes de Caussidière, avec leur sabre et leur écharpe, l'effrayaient un peu. D'autres fois, c'était un arbre de la Liberté qu'on plantait. MM. les ecclésiastiques concouraient а la cérémonie, bénissant la République, escortés par des serviteurs а galons d'or ; et la multitude trouvait cela très bien. Le spectacle le plus fréquent était celui des députations de n'importe quoi, allant réclamer quelque chose а l'Hôtel de Ville, -- car chaque métier, chaque industrie attendait du Gouvernement la fin radicale de sa misère. Quelques-uns, il est vrai, se rendaient près de lui pour le conseiller, ou le féliciter, ou tout simplement pour lui faire une petite visite, et voir fonctionner la machine.

Vers le milieu du mois de mars, un jour qu'il traversait le pont d'Arcole, ayant а faire une commission pour Rosanette dans le Quartier Latin, Frédéric vit s'avancer une colonne d'individus а chapeaux bizarres, а longues barbes. En tête et battant du tambour marchait un nègre, un ancien modèle d'atelier, et l'homme qui portait la bannière sur laquelle flottait au vent cette inscription : " Artistes peintres " , n'était autre que Pellerin.

Il fit signe а Frédéric de l'attendre, puis reparut cinq minutes après, ayant du temps devant lui, car le Gouvernement recevait а ce moment-lа les tailleurs de pierre. Il allait avec ses collègues réclamer la création d'un Forum de l'Art, une espèce de Bourse où l'on débattrait les intérêts de l'Esthétique ; des oeuvres sublimes se produiraient puisque les travailleurs mettraient en commun leur génie. Paris, bientôt, serait couvert de monuments gigantesques ; il les décorerait ; il avait même commencé une figure de la République. Un de ses camarades vint le prendre, car ils étaient talonnés par la députation du commerce de la volaille.

-- " Quelle bêtise ! " grommela une voix dans la foule. " Toujours des blagues ! Rien de fort ! "

C'était Regimbart. Il ne salua pas Frédéric, mais profita de l'occasion pour épandre son amertume.

Le Citoyen employait ses jours а vagabonder dans les rues, tirant sa moustache, roulant des yeux, acceptant et propageant des nouvelles lugubres ; et il n'avait que deux phrases : " Prenez garde, nous allons être débordés ! " ou bien : " Mais, sacrebleu ! on escamote la République ! " Il était mécontent de tout, et particulièrement de ce que nous n'avions pas repris nos frontières naturelles. Le nom seul de Lamartine lui faisait hausser les épaules. Il ne trouvait pas Ledru-Rollin, " suffisant pour le problème " , traita Dupont (de l'Eure) de vieille ganache ; Albert, d'idiot ; Louis Blanc, d'utopiste ; Blanqui, d'homme extrêmement dangereux ; et, quand Frédéric lui demanda ce qu'il aurait fallu faire, il répondit en lui serrant le bras а le broyer :

-- " Prendre le Rhin, je vous dis, prendre le Rhin ! fichtre ! "

Puis il accusa la réaction.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:32

Elle se démasquait. Le sac des châteaux de Neuilly et de Suresnes, l'incendie des Batignolles, les troubles de Lyon, tous les excès, tous les griefs, on les exagérait а présent, en y ajoutant la circulaire de Ledru- Rollin, le cours forcé des billets de Banque, la rente tombée а soixante francs, enfin, comme iniquité suprême, comme dernier coup, comme surcroоt d'horreur, l'impôt des quarante-cinq centimes ! -- Et, par-dessus tout cela, il y avait encore le Socialisme ! Bien que ces théories, aussi neuves que le jeu d'oie, eussent été depuis quarante ans suffisamment débattues pour emplir des bibliothèques, elles épouvantèrent les bourgeois, comme une grêle d'aérolithes ; et on fut indigné, en vertu de cette haine que provoque l'avènement de toute idée parce que c'est une idée, exécration dont elle tire plus tard sa gloire, et qui fait que ses ennemis sont toujours au-dessous d'elle, si médiocre qu'elle puisse être.

Alors, la Propriété monta dans les respects au niveau de la Religion et se confondit avec Dieu. Les attaques qu'on lui portait parurent du sacrilège, presque de l'anthropophagie. Malgré la législation la plus humaine qui fut jamais, le spectre de 93 reparut, et le couperet de la guillotine vibra dans toutes les syllabes du mot République ; -- ce qui n'empêchait pas qu'on la méprisait pour sa faiblesse. La France, ne sentant plus de maоtre, se mit а crier d'effarement, comme un aveugle sans bâton, comme un marmot qui a perdu sa bonne.

De tous les Français, celui qui tremblait le plus fort était M. Dambreuse. L'état nouveau des choses menaçait sa fortune, mais surtout dupait son expérience. Un système si bon, un roi si sage ! était-ce possible ! La terre allait crouler ! Dès le lendemain, il congédia trois domestiques, vendit ses chevaux, s'acheta, pour sortir dans les rues, un chapeau mou, pensa même а laisser croоtre sa barbe ; et il restait chez lui, prostré, se repaissant amèrement des journaux les plus hostiles а ses idées, et devenu tellement sombre, que les plaisanteries sur la pipe de Flocon n'avaient pas même la force de le faire sourire.

Comme soutien du dernier règne, il redoutait les vengeances du peuple sur ses propriétés de la Champagne, quand l'élucubration de Frédéric lui tomba dans les mains. Alors il s'imagina que son jeune ami était un personnage très influent et qu'il pourrait sinon le servir, du moins le défendre ; de sorte qu'un matin, M. Dambreuse se présenta chez lui, accompagné de Martinon.

Cette visite n'avait pour but, dit-il, que de le voir un peu et de causer. Somme toute, il se réjouissait des événements, et il adoptait de grand coeur " notre sublime devise : Liberté, Egalité, Fraternité, ayant toujours été républicain, au fond " . S'il votait, sous l'autre régime, avec le ministère, c'était simplement pour accélérer une chute inévitable. Il s'emporta même contre M. Guizot, " qui nous a mis dans un joli pétrin, convenons-en ! " En revanche, il admirait beaucoup Lamartine, lequel s'était montré " magnifique, ma parole d'honneur, quand, а propos du drapeau rouge... "

-- " Oui ! je sais " , dit Frédéric.

Après quoi, il déclara sa sympathie pour les ouvriers.

-- " Car enfin, plus ou moins, nous sommes tous ouvriers ! " Et il poussait l'impartialité jusqu'а reconnaоtre que Proudhon avait de la logique. " Oh ! beaucoup de logique ! diable ! " Puis, avec le détachement d'une intelligence supérieure, il causa de l'exposition de peinture, où il avait vu le tableau de Pellerin. Il trouvait cela original, bien touché.

Martinon appuyait tous ses mots par des remarques approbatives ; lui aussi pensait qu'il fallait " se rallier franchement а la République " , et il parla de son père laboureur, faisait le paysan, l'homme du peuple. On arriva bientôt aux élections pour l'Assemblée nationale, et aux candidats dans l'arrondissement de la Fortelle. Celui de l'opposition n'avait pas de chances.

-- " Vous devriez prendre sa place ! " dit M. Dambreuse.

Frédéric se récria.

-- " Eh ! pourquoi donc ? " car il obtiendrait les suffrages des ultras, vu ses opinions personnelles, celui des conservateurs, а cause de sa famille.

-- " Et peut-être aussi " , ajouta le banquier en souriant, " grâce un peu а mon influence. "

Frédéric objecta qu'il ne saurait comment s'y prendre. Rien de plus facile, en se faisant recommander aux patriotes de l'Aube par un club de la capitale. Il s'agissait de lire, non une profession de foi comme on en voyait quotidiennement, mais une exposition de principes sérieuse.

-- " Apportez-moi cela ; je sais ce qui convient dans la localité ! Et vous pourriez, je vous le répète, rendre de grands services au pays, а nous tous, а moi-même. "

Par des temps pareils, on devait s'entraider, et, si Frédéric avait besoin de quelque chose, lui, ou ses amis...

-- " Oh ! mille grâces, cher monsieur ! "

-- " A charge de revanche, bien entendu ! "

Le banquier était un brave homme, décidément.

Frédéric ne put s'empêcher de réfléchir а son conseil ; et bientôt, une sorte de vertige l'éblouit.

Les grandes figures de la Convention passèrent devant ses yeux. Il lui sembla qu'une aurore magnifique allait se lever. Rome, Vienne, Berlin, étaient en insurrection, les Autrichiens chassés de Venise ; toute l'Europe s'agitait. C'était l'heure de se précipiter dans le mouvement, de l'accélérer peut-être ; et puis il était séduit par le costume que les députés, disait-on, porteraient. Déjа, il se voyait en gilet а revers avec une ceinture tricolore ; et ce prurit, cette hallucination devint si forte, qu'il s'en ouvrit а Dussardier.

L'enthousiasme du brave garçon ne faiblissait pas.

-- " Certainement, bien sûr ! Présentez-vous ! "

Frédéric, néanmoins, consulta Deslauriers. L'opposition idiote qui entravait le commissaire dans sa province avait augmenté son libéralisme. Il lui envoya immédiatement des exhortations violentes.

Cependant, Frédéric avait besoin d'être approuvé par un plus grand nombre ; et il confia la chose а Rosanette, un jour que Mlle Vatnaz se trouvait lа.

Elle était une de ces célibataires parisiennes qui, chaque soir, quand elles ont donné leurs leçons, ou tâché de vendre de petits dessins, de placer de pauvres manuscrits, rentrent chez elles avec de la crotte а leurs jupons, font leur dоner, le mangent toutes seules, puis, les pieds sur une chaufferette, а la lueur d'une lampe malpropre, rêvent un amour, une famille, un foyer, la fortune, tout ce qui leur manque. Aussi, comme beaucoup d'autres, avait-elle salué dans la Révolution l'avènement de la vengeance ; -- et elle se livrait а une propagande socialiste effrénée.

L'affranchissement du prolétaire, selon la Vatnaz, n'était possible que par l'affranchissement de la femme. Elle voulait son admissibilité а tous les emplois, la recherche de la paternité, un autre code, l'abolition, ou tout au moins " une réglementation du mariage plus intelligente " . Alors, chaque Française serait tenue d'épouser un Français ou d'adopter un vieillard.

Il fallait que les nourrices et les accoucheuses fussent des fonctionnaires salariés par l'Etat ; qu'il y eût un jury pour examiner les oeuvres de femmes, des éditeurs spéciaux pour les femmes, une école polytechnique pour les femmes, une garde nationale pour les femmes, tout pour les femmes ! Et, puisque le Gouvernement méconnaissait leurs droits, elles devaient vaincre la force par la force. Dix mille citoyennes, avec de bons fusils, pouvaient faire trembler l'Hôtel de Ville !

La candidature de Frédéric lui parut favorable а ses idées. Elle l'encouragea, en lui montrant la gloire а l'horizon. Rosanette se réjouit d'avoir un homme qui parlerait а la Chambre.

-- " Et puis on te donnera, peut-être, une bonne place. "

Frédéric, homme de toutes les faiblesses, fut gagné par la démence universelle. Il écrivit un discours, et alla le faire voir а M. Dambreuse.

Au bruit de la grande porte qui retombait, un rideau s'entrouvrit derrière une croisée ; une femme y parut. Il n'eut pas le temps de la reconnaоtre ; mais, dans l'antichambre, un tableau l'arrêta, le tableau de Pellerin, posé sur une chaise, provisoirement sans doute.

Cela représentait la République, ou le Progrès, ou la Civilisation, sous la figure de Jésus-Christ conduisant une locomotive, laquelle traversait une forêt vierge. Frédéric, après une minute de contemplation, s'écria :

-- " Quelle turpitude ! "

-- " N'est-ce pas, hein ? " dit M. Dambreuse, survenu sur cette parole et s'imaginant qu'elle concernait non la peinture, mais la doctrine glorifiée par le tableau.

Martinon arriva au même moment. Ils passèrent dans le cabinet ; et Frédéric tirait un papier de sa poche, quand Mlle Cécile, entrant tout а coup, articula d'un air ingénu :

-- " Ma tante est-elle ici ? "

-- " Tu sais bien que non " , répliqua le banquier. " N'importe ! faites comme chez vous, mademoiselle. "

-- " Oh ! merci ! je m'en vais. "

A peine sortie, Martinon eut l'air de chercher son mouchoir.

-- " Je l'ai oublié dans mon paletot, excusez-moi ! "

-- " Bien ! " dit M. Dambreuse.

Evidemment, il n'était pas dupe de cette manoeuvre, et même semblait la favoriser. Pourquoi ? Mais bientôt Martinon reparut, et Frédéric entama son discours. Dès la seconde page, qui signalait comme une honte la prépondérance des intérêts pécuniaires, le banquier fit la grimace. Puis, abordant les réformes, Frédéric demandait la liberté du commerce.

-- " Comment. ?... mais permettez ! "

L'autre n'entendait pas, et continua. Il réclamait l'impôt sur la rente, l'impôt progressif, une fédération européenne, et l'instruction du peuple, des encouragements aux beaux-arts les plus larges.

-- " Quand le pays fournirait а des hommes comme Delacroix ou Hugo cent mille francs de rente, où serait le mal ? "

Le tout finissait par des conseils aux classes supérieures.

-- " N'épargnez rien, ô riches ! donnez ! donnez ! "

Il s'arrêta, et resta debout. Ses deux auditeurs assis ne parlaient pas ; Martinon écarquillait les yeux, M. Dambreuse était tout pâle. Enfin, dissimulant son émotion sous un aigre sourire :

-- " C'est parfait, votre discours ! " Et il en vanta beaucoup la forme, pour n'avoir pas а s'exprimer sur le fond.

Cette virulence de la part d'un jeune homme inoffensif l'effrayait, surtout comme symptôme. Martinon tâcha de le rassurer. Le parti conservateur, d'ici peu, prendrait sa revanche, certainement ; dans plusieurs villes on avait chassé les commissaires du Gouvernement provisoire : les élections n'étaient fixées qu'au 23 avril, on avait du temps ; bref, il fallait que M. Dambreuse, lui-même, se présentât dans l'Aube ; et, dès lors, Martinon ne le quitta plus, devint son secrétaire et l'entoura de soins filiaux.

Frédéric arriva fort content de sa personne chez Rosanette. Delmar y était, et lui apprit que " définitivement " il se portait comme candidat aux élections de la Seine. Dans une affiche adressée " au Peuple " et où il le tutoyait, l'acteur se vantait de le comprendre, " lui " , et de s'être fait, pour son salut, " crucifier par l' " Art " , si bien qu'il était son incarnation, son idéal ; -- croyant effectivement avoir sur les masses une influence énorme, jusqu'а proposer plus tard dans un bureau de ministère de réduire une émeute а lui seul ; et, quant aux moyens qu'il emploierait, il fit cette réponse :

-- " N'ayez pas peur ! Je leur montrerai ma tête ! "

Frédéric, pour le mortifier, lui notifia sa propre candidature. Le cabotin, du moment que son futur collègue visait la province, se déclara son serviteur et offrit de le piloter dans les clubs.

Ils les visitèrent tous, ou presque tous, les rouges et les bleus, les furibonds et les tranquilles, les puritains, les débraillés, les mystiques et les pochards, ceux où l'on décrétait la mort des Rois, ceux où l'on dénonçait les fraudes de l'Epicerie ; et, partout, les locataires maudissaient les propriétaires, la blouse s'en prenait а l'habit, et les riches conspiraient contre les pauvres. Plusieurs voulaient des indemnités comme anciens martyrs de la police, d'autres imploraient de l'argent pour mettre en jeu des inventions, ou bien c'étaient des plans de phalanstères, des projets de bazars cantonaux, des systèmes de félicité publique ; -- puis, çа et lа, un éclair d'esprit dans ces nuages de sottise, des apostrophes, soudaines comme des éclaboussures, le droit formulé par un juron, et des fleurs d'éloquence aux lèvres d'un goujat, portant а cru le baudrier d'un sabre sur sa poitrine sans chemise. Quelquefois aussi, figurait un monsieur, aristocrate humble d'allures, disant des choses plébéiennes, et qui ne s'était pas lavé les mains pour les faire paraоtre calleuses. Un patriote le reconnaissait, les plus vertueux le houspillaient ; et il sortait, la rage dans l'âme. On devait, par affectation de bon sens, dénigrer toujours les avocats, et servir le plus souvent possible ces locutions : " apporter sa pierre а l'édifice, -- problème social, -- " atelier " .
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:34

Delmar ne ratait pas les occasions d'empoigner la parole ; et, quand il ne trouvait plus rien а dire, sa ressource était de se camper, le poing sur la hanche, l'autre bras dans le gilet, en se tournant de profil, brusquement, de manière а bien montrer sa tête. Alors, des applaudissements éclataient, ceux de Mlle Vatnaz, au fond de la salle.

Frédéric, malgré la faiblesse des orateurs, n'osait se risquer. Tous ces gens lui semblaient trop incultes ou trop hostiles.

Mais Dussardier se mit en recherche, et lui annonça qu'il existait, rue Saint-Jacques, un club intitulé le Club de l' Intelligence . Un nom pareil donnait bon espoir. D'ailleurs, il amènerait des amis.

Il amena ceux qu'il avait invités а son punch : le teneur de livres, le placeur de vins, l'architecte ; Pellerin même était venu, peut-être qu'Hussonnet allait venir ; et sur le trottoir, devant la porte, stationnait Regimbart avec deux individus, dont le premier était son fidèle Compain, homme un peu courtaud, marqué de petite vérole, les yeux rouges ; et le second, une espèce de singe-nègre, extrêmement chevelu, et qu'il connaissait seulement pour être " un patriote de Barcelone. "

Ils passèrent par une allée, puis furent introduits dans une grande pièce, а usage de menuisier sans doute, et dont les murs encore neufs sentaient le plâtre. Quatre quinquets accrochés parallèlement y faisaient une lumière désagréable. Sur une estrade, au fond, il y avait un bureau avec une sonnette, en dessous une table figurant la tribune, et de chaque côté deux autres plus basses, pour les secrétaires. L'auditoire qui garnissait les bancs était composé de vieux rapins, de pions, d'hommes de lettres inédits. Sur ces lignes de paletots а collets gras, on voyait de place en place le bonnet d'une femme ou le bourgeron d'un ouvrier. Le fond de la salle était même plein d'ouvriers, venus lа sans doute par désoeuvrement, ou qu'avaient introduits des orateurs pour se faire applaudir.

Frédéric eut soin de se mettre entre Dussardier et Regimbart, qui, а peine assis, posa ses deux mains sur sa canne, son menton sur ses deux mains et ferma les paupières, tandis qu'а l'autre extrémité de la salle, Delmar, debout, dominait l'assemblée.

Au bureau du président, Sénécal parut.

Cette surprise, avait pensé le bon commis, plairait а Frédéric. Elle le contraria.

La foule témoignait а son président une grande déférence. Il était de ceux qui, le 25 février, avaient voulu l'organisation immédiate du travail ; le lendemain, au Prado, il s'était prononcé pour qu'on attaquât l'Hôtel de Ville ; et, comme chaque personnage se réglait alors sur un modèle, l'un copiant Saint-Just, l'autre Danton, l'autre Marat, lui, il tâchait de ressembler а Blanqui, lequel imitait Robespierre. Ses gants noirs et ses cheveux en brosse lui donnaient un aspect rigide, extrêmement convenable.

Il ouvrit la séance par la déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, acte de foi habituel. Puis une voix vigoureuse entonna les Souvenirs du Peuple de Béranger.

D'autres voix s'élevèrent. :

-- " Non ! non ! pas ça ! "

-- " La Casquette ! " se mirent а hurler, au fond, les patriotes.

Et ils chantèrent en choeur la poésie du jour :

Chapeau bas devant ma casquette,

A genoux devant l'ouvrier !

Sur un mot du président, l'auditoire se tut. Un des secrétaires procéda au dépouillement des lettres.

-- " Des jeunes gens annoncent qu'ils brûlent chaque soir devant le Panthéon un numéro de l'Assemblée nationale, et ils engagent tous les patriotes а suivre leur exemple. "

-- " Bravo ! adopté ! " répondit la foule.

-- " Le citoyen Jean-Jacques Langreneux, typographe, rue Dauphine, voudrait qu'on élevât un monument а la mémoire des martyrs de thermidor. "

-- " Michel-Evariste-Népomucène Vincent, ex-professeur, émet le voeu que la Démocratie européenne adopte l'unité de langage. On pourrait se servir d'une langue morte, comme par exemple du latin perfectionné. "

-- " Non ! pas de latin ! " s'écria l'architecte.

-- " Pourquoi ? " reprit un maоtre d'études.

Et ces deux messieurs engagèrent une discussion, où d'autres se mêlèrent, chacun jetant son mot pour éblouir, et qui ne tarda pas а devenir tellement fastidieuse, que beaucoup s'en allaient.

Mais un petit vieillard, portant au bas de son front prodigieusement haut des lunettes vertes, réclama la parole pour une communication urgente.

C'était un mémoire sur la répartition des impôts. Les chiffres découlaient, cela n'en finissait plus ! L'impatience éclata d'abord en murmures, en conversations ; rien ne le troublait. Puis on se mit а siffler, on appelait " Azor " ; Sénécal gourmanda le public ; l'orateur continuait comme une machine. Il fallut, pour l'arrêter, le prendre par le coude. Le bonhomme eut l'air de sortir d'un songe, et, levant tranquillement ses lunettes :

-- " Pardon ! citoyens ! pardon ! Je me retire ! Mille excuses ! "

L'insuccès de cette lecture déconcerta Frédéric. Il avait son discours dans sa poche, mais une improvisation eût mieux valu.

Enfin, le président annonça qu'ils allaient passer а l'affaire importante, la question électorale. On ne discuterait pas les grandes listes républicaines. Cependant, le Club de l'Intelligence avait bien le droit, comme un autre, d'en former une, " n'en déplaise а MM. les pachas de l'Hôtel de Ville " , et les citoyens qui briguaient le mandat populaire pouvaient exposer leurs titres.

-- " Allez-y donc ! " dit Dussardier.

Un homme en soutane, crépu, et de physionomie pétulante, avait déjа levé la main. Il déclara, en bredouillant, s'appeler Ducretot, prêtre et agronome, auteur d'un ouvrage intitulé Des engrais . On le renvoya vers un cercle horticole.

Puis un patriote en blouse gravit la tribune. Celui-lа était un plébéien, large d'épaules, une grosse figure très douce et de longs cheveux noirs. Il parcourut l'assemblée d'un regard presque voluptueux, se renversa la tête, et enfin, écartant les bras :.

-- " Vous avez repoussé Ducretot, O mes frères ! et vous avez bien fait, mais ce n'est pas par irréligion, car nous sommes tous religieux. "

Plusieurs écoutaient, la bouche ouverte, avec des airs de catéchumènes, des poses extatiques.

-- " Ce n'est pas, non plus, parce qu'il est prêtre, car, nous aussi, nous sommes prêtres ! L'ouvrier est prêtre, comme l'était le fondateur du socialisme, notre Maоtre а tous, Jésus-Christ ! "

Le moment était venu d'inaugurer le règne de Dieu. L'Evangile conduisait tout droit а 89 ! Après l'abolition de l'esclavage, l'abolition du prolétariat. On avait eu l'âge de haine, allait commencer l'âge d'amour.

-- " Le christianisme est la clef de voûte et le fondement de l'édifice nouveau... "

-- " Vous fichez-vous de nous ? " s'écria le placeur d'alcools. " Qu'est-ce qui m'a donné un calotin pareil ! "

Cette interruption causa un grand scandale. Presque tous montèrent sur les bancs, et, le poing tendu, vociféraient : " Athée ! aristocrate ! canaille ! " pendant que la sonnette du président tintait sans discontinuer et que les cris : " A l'ordre ! а l'ordre ! " redoublaient. Mais, intrépide, et soutenu d'ailleurs par " trois cafés " pris avant de venir, il se débattait au milieu des autres.

-- " Comment, moi ! un aristocrate ? allons donc ! "

Admis enfin а s'expliquer, il déclara qu'on ne serait jamais tranquille avec les prêtres, et, puisqu'on avait parlé tout а l'heure d'économies, c'en serait une fameuse que de supprimer les églises, les saints ciboires, et finalement tous les cultes.

Quelqu'un lui objecta qu'il allait loin.

-- " Oui ! je vais loin ! Mais, quand un vaisseau est surpris par la tempête. "

Sans attendre la fin de la comparaison, un autre lui répondit :

-- " D'accord ! mais c'est démolir d'un seul coup, comme un maçon sans discernement... "

-- " Vous insultez les maçons ! " hurla un citoyen couvert de plâtre ; et, s'obstinant а croire qu'on l'avait provoqué, il vomit des injures, voulait se battre, se cramponnait а son banc. Trois hommes ne furent pas de trop pour le mettre dehors.

Cependant, l'ouvrier se tenait toujours а la tribune. Les deux secrétaires l'avertirent d'en descendre. Il protesta contre le passe-droit qu'on lui faisait.

-- " Vous ne m'empêcherez pas de crier : Amour éternel а notre chère France ! amour éternel aussi а la République ! "

-- " Citoyens ! " dit alors Compain, " citoyens ! "

Et, а force de répéter : " Citoyens " , ayant obtenu un peu de silence, il appuya sur la tribune ses deux mains rouges, pareilles а des moignons, se porta le corps en avant, et, clignant des yeux :

-- " Je crois qu'il faudrait donner une plus large extension а la tête de veau. "

Tous se taisaient, croyant avoir mal entendu.

-- " Oui ! la tête de veau ! "

Trois cents rires éclatèrent d'un seul coup. Le plafond trembla. Devant toutes ces faces bouleversées par la joie, Compain se reculait. Il reprit d'un ton furieux :

-- " Comment ! vous ne connaissez pas la tête de veau ? "

Ce fut un paroxysme, un délire. On se pressait les côtes. Quelques-uns même tombaient par terre, sous les bancs. Compain, n'y tenant plus, se réfugia près de Regimbart et il voulait l'entraоner.

-- " Non, je reste jusqu'au bout ! " dit le Citoyen.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:34

Cette réponse détermina Frédéric ; et, comme il cherchait de droite et de gauche ses amis pour le soutenir, il aperçut, devant lui, Pellerin а la tribune. L'artiste le prit de haut avec la foule.

-- " Je voudrais savoir un peu où est le candidat de l'Art, dans tout cela ? Moi, j'ai fait un tableau... "

-- " Nous n'avons que faire des tableaux ! " dit brusquement un homme maigre, ayant des plaques rouges aux pommettes.

Pellerin se récria qu'on l'interrompait.

Mais l'autre, d'un ton tragique :

-- " Est-ce que le Gouvernement n'aurait pas dû déjа abolir, par un décret, la prostitution et la misère ? "

Et, cette parole lui ayant livré tout de suite la faveur du peuple, il tonna contre la corruption des grandes villes.

-- " Honte et infamie ! On devrait happer les bourgeois au sortir de la Maison d'Or et leur cracher а la figure ! Au moins, si le Gouvernement ne favorisait pas la débauche ! Mais les employés de l'octroi sont envers nos filles et nos soeurs d'une indécence...

Une voix proféra de loin :

-- " C'est rigolo ! "

-- " A la porte ! "

-- " On tire de nous des contributions pour solder le libertinage ! Ainsi, les forts appointements d'acteur... "

-- " A moi ! " s'écria Delmar.

Il bondit а la tribune, écarta tout le monde, prit sa pose ; et, déclarant qu'il méprisait d'aussi plates accusations, s'étendit sur la mission civilisatrice du comédien. Puisque le théâtre était le foyer de l'instruction nationale, il votait pour la réforme du théâtre ; et, d'abord, plus de directions, plus de privilèges !

-- " Oui ! d'aucune sorte ! "

Le jeu de l'acteur échauffait la multitude, et des motions subversives se croisaient.

-- " Plus d'académies ! plus d'Institut ! "

-- " Plus de missions ! "

-- " Plus de baccalauréat ! "

-- " A bas les grades universitaires ! "

-- " Conservons-les " , dit Sénécal, " mais qu'ils soient conférés par le suffrage universel, par le Peuple, seul vrai juge ! "

Le plus utile, d'ailleurs, n'était pas cela. Il fallait d'abord passer le niveau sur la tête des riches ! Et il les représenta se gorgeant de crimes sous leurs plafonds dorés, tandis que les pauvres, se tordant de faim dans leurs galetas, cultivaient toutes les vertus. Les applaudissements devinrent si forts, qu'il s'interrompit. Pendant quelques minutes, il resta les paupières closes, la tête renversée ; et comme se berçant sur cette colère qu'il soulevait.

Puis, il se remit а parler d'une façon dogmatique, en phrases impérieuses comme des lois. L'Etat devait s'emparer de la Banque et des Assurances. Les héritages seraient abolis. On établirait un fond social pour les travailleurs. Bien d'autres mesures étaient bonnes dans l'avenir. Celles-lа, pour le moment, suffisaient ; et, revenant aux élections :

-- " Il nous faut des citoyens purs, des hommes entièrement neufs ! Quelqu'un se présente-t-il ? "

Frédéric se leva. Il y eut un bourdonnement d'approbation causé par ses amis. Mais Sénécal, prenant une figure а la Fouquier-Tinville, se mit а l'interroger sur ses nom, prénoms, antécédents, vie et moeurs.

Frédéric lui répondait sommairement et se mordait les lèvres. Sénécal demanda si quelqu'un voyait un empêchement а cette candidature.

-- " Non ! non ! "

Mais lui, il en voyait. Tous se penchèrent et tendirent les oreilles. Le citoyen postulant n'avait pas livré une certaine somme promise pour une fondation démocratique, un journal. De plus, le 22 février, bien que suffisamment averti, il avait manqué au rendez-vous, place du Panthéon.

-- " Je jure qu'il était aux Tuileries ! " s'écria Dussardier.

-- " Pouvez-vous jurer l'avoir vu au Panthéon ? "

Dussardier baissa la tête ; Frédéric se taisait ; ses amis scandalisés le regardaient avec inquiétude.

-- " Au moins " , reprit Sénécal, " connaissez-vous un patriote qui nous réponde de vos principes ? "

-- " Moi ! " dit Dussardier.

-- " Oh ! cela ne suffit pas ! un autre ! "

Frédéric se tourna vers Pellerin. L'artiste lui répondit par une abondance de gestes qui signifiait :

-- " Ah ! mon cher, ils m'ont repoussé ! Diable ! que voulez-vous ! "

Alors, Frédéric poussa du coude Regimbart.

-- " Oui ! c'est vrai ! il est temps ! j'y vais ! "

Et Regimbart enjamba l'estrade ; puis, montrant l'Espagnol qui l'avait suivi :

-- " Permettez-moi, citoyens, de vous présenter un patriote de Barcelone ! "

Le patriote fit un grand salut, roula comme un automate ses yeux d'argent, et, la main sur le coeur :

-- " Ciudadanos ! mucho aprecio el honor que me dispensбis, y si grande es vuestra bondad mayor es vuestro atenciуn. "

-- " Je réclame la parole ! " cria Frédéric.

-- " Desde que se proclamу la constituciуn de Cadiz, ese pacto fondamental de las libertades espaсolas, hasta la ъltima revoluciуn, nuestra patria cuenta numerosos y heroicos mбrtires. "

Frédéric, encore une fois voulut se faire entendre :

-- " Mais citoyens !... "

L'Espagnol continuait :

-- " El martes prуximo tendrб lugar en la iglesia de la Magdelena un servicio fъnebre. " El martes proximo tendra lugar en la iglesia de la Magdalena un servicio funebre.

-- " C'est absurde а la fin ! personne ne comprend ! "

Cette observation exaspéra la foule.

-- " A la porte ! а la porte ! "

-- " Qui ? moi ? " demanda Frédéric.

-- " Vous-même ! " dit majestueusement Sénécal.

-- " Sortez ! "

Il se leva pour sortir ; et la voix de l'Ibérien le poursuivait :

-- " Y todos los espaсoles desearнan ver allнreunidas las deputaciones de los clubs y de la milicia nacional. Una oraciуn fъnebre en honor de la libertad espaсola y del mundo entero, serа pronunciada por un miembro del clero de Paris en la sala Bonne-Nouvelle. Honor al pueblo francés, que llamarнa yo el primero pueblo del mundo, si no fuese ciudadano de otra naciуn "

-- " Aristo ! " glapit un voyou, en montrant le poing а Frédéric qui s'élançait dans la cour, indigné.

Il se reprocha son dévouement, sans réfléchir que les accusations portées contre lui étaient justes, après tout. Quelle fatale idée que cette candidature ! Mais quels ânes, quels crétins ! Il se comparait а ces hommes, et soulageait avec leur sottise la blessure de son orgueil.

Puis il éprouva le besoin de voir Rosanette. Après tant de laideurs et d'emphase, sa gentille personne serait un délassement. Elle savait qu'il avait dû, le soir, se présenter dans un club. Cependant, lorsqu'il entra, elle ne lui fit pas même une question.

Elle se tenait près du feu, décousant la doublure d'une robe. Un pareil ouvrage le surprit.

-- " Tiens ! qu'est-ce que tu fais ? "

-- " Tu le vois " , dit-elle sèchement. " Je raccommode mes hardes ! C'est ta République. "

-- " Pourquoi ma République ? "

-- " C'est la mienne, peut-être ? "

Et elle se mit а lui reprocher tout ce qui se passait en France depuis deux mois, l'accusant d'avoir fait la Révolution, d'être cause qu'on était ruiné, que les gens riches abandonnaient Paris, et qu'elle mourrait plus tard а l'hôpital.

-- " Tu en parles а ton aise, toi, avec tes rentes ! Du reste, au train dont ça va, tu ne les auras pas longtemps, tes rentes. "

-- " Cela se peut " , dit Frédéric, " les plus dévoués sont toujours méconnus ; et, si l'on n'avait pour soi sa conscience, les brutes avec qui l'on se compromet vous dégoûteraient de l'abnégation ! "

Rosanette le regarda, les cils rapprochés.

-- " Hein ? Quoi ? Quelle abnégation ? Monsieur n'a pas réussi, а ce qu'il paraоt ? Tant mieux ! ça t'apprendra а faire des dons patriotiques. Oh ! ne mens pas ! Je sais que tu leur as donné trois cents francs, car elle se fait entretenir, ta République ! Eh bien, amuse-toi avec elle, mon bonhomme ! "

Sous cette avalanche de sottises, Frédéric passait de son autre désappointement а une déception plus lourde.

Il s'était retiré au fond de la chambre. Elle vint а lui.

-- " Voyons ! raisonne un peu ! Dans un pays comme dans une maison, il faut un maоtre ; autrement, chacun fait danser l'anse du panier. D'abord, tout le monde sait que Ledru-Rollin est couvert de dettes ! Quant а Lamartine, comment veux-tu qu'un poète s'entende а la politique ? Ah ! tu as beau hocher la tête et te croire plus d'esprit que les autres, c'est pourtant vrai ! Mais tu ergotes toujours ; on ne peut pas placer un mot avec toi ! Voilа par exemple Fournier-Fontaine, des magasins de Saint-Roch : sais-tu de combien il manque ? De huit cent mille francs ! Et Gomer, l'emballeur d'en face, un autre républicain celui- lа, il cassait les pincettes sur la tête de sa femme, et il a bu tant d'absinthe, qu'on va le mettre dans une maison de santé. C'est comme ça qu'ils sont tous, les républicains ! Une République а vingt-cinq pour cent ! Ah oui ! vante-toi ! "
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:35

Frédéric s'en alla. L'ineptie de cette fille, se dévoilant tout а coup dans un langage populacier, le dégoûtait. Il se sentit même un peu redevenu patriote.

La mauvaise humeur de Rosanette ne fit que s'accroоtre. Mlle Vatnaz l'irritait par son enthousiasme. Se croyant une mission, elle avait la rage de pérorer, de catéchiser, et, plus forte que son amie dans ces matières, l'accablait d'arguments.

Un jour, elle arriva tout indignée contre Hussonnet, qui venait de se permettre des polissonneries, au club des femmes. Rosanette approuva cette conduite, déclarant même qu'elle prendrait des habits d'homme pour aller " leur dire leur fait, а toutes, et les fouetter " . Frédéric entrait au même moment.

-- " Tu m'accompagneras, n'est-ce pas ? "

Et, malgré sa présence, elles se chamaillèrent, l'une faisant la bourgeoise, l'autre la philosophe.

Les femmes, selon Rosanette, étaient nées exclusivement pour l'amour ou pour élever des enfants, pour tenir un ménage.

D'après Mlle Vatnaz, la femme devait avoir sa place dans l'Etat. Autrefois, les Gauloises légiféraient, les Anglo-Saxonnes aussi, les épouses des Hurons faisaient partie du Conseil. L'oeuvre civilisatrice était commune. Il fallait toutes y concourir, et substituer enfin а l'égoïsme la fraternité, а l'individualisme l'association, au morcellement la grande culture.

-- " Allons, bon ! tu te connais en culture, а présent !

-- " Pourquoi pas ? D'ailleurs, il s'agit de l'humanité, de son avenir ! "

-- " Mêle-toi du tien ! "

-- " ça me regarde ! "

Elles se fâchaient. Frédéric s'interposa. La Vatnaz s'échauffait, et arriva même а soutenir le Communisme.

-- " Quelle bêtise ! " dit Rosanette. " Est-ce que jamais ça pourra se faire ? "

L'autre cita en preuve les Esséniens, les frères Moraves, les Jésuites du Paraguay, la famille des Pingons, près de Thiers en Auvergne ; et, comme elle gesticulait beaucoup, sa chaоne de montre se prit dans son paquet de breloques, а un petit mouton d'or suspendu.

Tout а coup, Rosanette pâlit extraordinairement.

Mlle Vatnaz continuait а dégager son bibelot.

-- " Ne te donne pas tant de mal " , dit Rosanette " ; maintenant, je connais tes opinions politiques. "

-- " Quoi ? " reprit la Vatnaz, devenue rouge comme une vierge.

-- " Oh ! oh ! tu me comprends ! "

Frédéric ne comprenait pas. Entre elles, évidemment, il était survenu quelque chose de plus capital et de plus intime que le Socialisme.

-- " Et quand cela serait " , répliqua la Vatnaz, se redressant intrépidement.

-- " C'est un emprunt, ma chère, dette pour dette ! "

-- " Parbleu, je ne nie pas les miennes ! Pour quelques mille francs, belle histoire ! J'emprunte au moins ; je ne vole personne ! "

Mlle Vatnaz s'efforça de rire.

-- " Oh ! j'en mettrais ma main au feu. "

-- " Prends garde ! Elle est assez sèche pour brûler. "

La vieille fille lui présenta sa main droite, et, la gardant levée juste en face d'elle :

-- " Mais il y a de tes amis qui la trouvent а leur convenance ! "

-- " Des Andalous, alors ? comme castagnettes ! "

-- " Gueuse ! "

La Maréchale fit un grand salut :

-- " On n'est pas plus ravissante ! "

Mlle Vatnaz ne répondit rien. Des gouttes de sueur parurent а ses tempes. Ses yeux se fixaient sur le tapis.

Elle haletait. Enfin, elle gagna la porte, et, la faisant claquer vigoureusement :

-- " Bonsoir ! Vous aurez de mes nouvelles ! "

-- " A l'avantage ! " dit Rosanette.

Sa contrainte l'avait brisée. Elle tomba sur le divan, toute tremblante, balbutiant des injures, versant des larmes. Etait-ce cette menace de la Vatnaz qui la tourmentait ? Eh non ! elle s'en moquait bien ! A tout compter, l'autre lui devait de l'argent, peut-être ? C'était le mouton d'or, un cadeau ; et, au milieu de ses pleurs, le nom de Delmar lui échappa. Donc, elle aimait le cabotin !

-- " Alors, pourquoi m'a-t-elle pris ? " se demanda Frédéric. " D'où vient qu'il est revenu ? Qui la force а me garder ? Quel est le sens de tout cela ? "

Les petits sanglots de Rosanette continuaient. Elle était toujours au bord du divan, étendue de côté, la joue droite sur ses deux mains, -- et semblait un être si délicat, inconscient et endolori, qu'il se rapprocha d'elle, et la baisa au front, doucement.

Alors, elle lui fit des assurances de tendresse ; le Prince venait de partir, ils seraient libres. Mais elle se trouvait pour le moment... gênée. " Tu l'as vu toi-même l'autre jour, quand j'utilisais mes vieilles doublures. " Plus d'équipages а présent ! Et ce n'était pas tout ; le tapissier menaçait de reprendre les meubles de la chambre et du grand salon. Elle ne savait que faire.

Frédéric eut envie de répondre : " Ne t'inquiète pas ! je payerai ! " Mais la dame pouvait mentir. L'expérience l'avait instruit. Il se borna simplement а des consolations.

Les craintes de Rosanette n'étaient pas vaines ; il fallut rendre les meubles et quitter le bel appartement de la rue Drouot. Elle en prit un autre, sur le boulevard Poissonnière, au quatrième. Les curiosités de son ancien boudoir furent suffisantes pour donner aux trois pièces un air coquet. On eut des stores chinois, une tente sur la terrasse, dans le salon un tapis de hasard encore tout neuf, avec des poufs de soie rose. Frédéric avait contribué largement а ces acquisitions ; il éprouvait la joie d'un nouveau marié qui possède enfin une maison а lui, une femme а lui ; et, se plaisant lа beaucoup, il venait y coucher presque tous les soirs.

Un matin, comme il sortait de l'antichambre, il aperçut au troisième étage, dans l'escalier, le shako d'un garde national qui montait. Où allait- il donc ? Frédéric attendit. L'homme montait toujours, la tête un peu baissée. Il leva les yeux. C'était le sieur Arnoux. La situation était claire. Ils rougirent en même temps, saisis par le même embarras.

Arnoux, le premier, trouva moyen d'en sortir.

-- " Elle va mieux, n'est-il pas vrai ? " comme si, Rosanette étant malade, il se fût présenté pour avoir de ses nouvelles.

Frédéric profita de cette ouverture.

-- " Oui, certainement ! Sa bonne me l'a dit, du moins " , voulant faire entendre qu'on ne l'avait pas reçu.

Puis ils restèrent face а face, irrésolus l'un et l'autre, et s'observant. C'était а qui des deux ne s'en irait pas. Arnoux, encore une fois, trancha la question.

-- " Ah ! bah ! je reviendrai plus tard ! Où vouliez-vous aller ? Je vous accompagne ! "

Et, quand ils furent dans la rue, il causa aussi naturellement que d'habitude. Sans doute, il n'avait point le caractère jaloux, ou bien il était trop bonhomme pour se fâcher.

D'ailleurs, la patrie le préoccupait. Maintenant il ne quittait plus l'uniforme. Le 29 mars, il avait défendu les bureaux de la Presse. Quand on envahit la Chambre, il se signala par son courage, et il fut du banquet offert а la garde nationale d'Amiens.

Hussonnet, toujours de service avec lui, profitait, plus que personne, de sa gourde et de ses cigares ; mais, irrévérencieux par nature, il se plaisait а le contredire, dénigrant le style peu correct des décrets, les conférences du Luxembourg, les vésuviennes, les tyroliens, tout, jusqu'au char de l'Agriculture, traоné par des chevaux а la place de boeufs et escorté de jeunes filles laides. Arnoux, au contraire, défendait le Pouvoir et rêvait la fusion des partis. Cependant, ses affaires prenaient une tournure mauvaise. Il s'en inquiétait médiocrement.

Les relations de Frédéric et de la Maréchale ne l'avaient point attristé ; car cette découverte l'autorisa (dans sa conscience) а supprimer la pension qu'il lui refaisait depuis le départ du Prince. Il allégua l'embarras des circonstances, gémit beaucoup, et Rosanette fut généreuse. Alors M. Arnoux se considéra comme l'amant de coeur, -- ce qui le rehaussait dans son estime, et le rajeunit. Ne doutant pas que Frédéric ne payât la Maréchale, il s'imaginait " faire une bonne farce " , arriva même а s'en cacher, et lui laissait le champ libre quand ils se rencontraient.

Ce partage blessait Frédéric ; et les politesses de son rival lui semblaient une gouaillerie trop prolongée. Mais, en se fâchant, il se fût ôté toute chance d'un retour vers l'autre, et puis c'était le seul moyen d'en entendre parler. Le marchand de faïences, suivant son usage, ou, par malice peut- être, la rappelait volontiers dans sa conversation, et lui demandait même pourquoi il ne venait plus la voir.

Frédéric, ayant épuisé tous les prétextes, assura qu'il avait été chez madame Arnoux plusieurs fois, inutilement. Arnoux en demeura convaincu, car souvent il s'extasiait devant elle sur l'absence de leur ami ; et toujours elle répondait avoir manqué sa visite ; de sorte que ces deux mensonges, au lieu de se couper, se corroboraient.

La douceur du jeune homme et la joie de l'avoir pour dupe faisaient qu'Arnoux le chérissait davantage. Il poussait la familiarité jusqu'aux dernières bornes, non par dédain, mais par confiance. Un jour, il lui écrivit qu'une affaire urgente l'attirait pour vingt-quatre heures en province ; il le priait de monter la garde а sa place. Frédéric n'osa le refuser, et se rendit au poste du Carrousel.

Il eut а subir la société des gardes nationaux ! et, sauf un épurateur, homme facétieux qui buvait d'une manière exorbitante, tous lui parurent plus bêtes que leur giberne. L'entretien capital fut sur le remplacement des buffleteries par le ceinturon. D'autres s'emportaient contre les ateliers nationaux. On disait : " Où allons-nous ? " Celui qui avait reçu l'apostrophe répondait en ouvrant les yeux, comme au bord d'un abоme : " Où allons-nous ? " Alors un plus hardi s'écriait : " Ça ne peut pas durer ! il faut en finir ! " Et, les mêmes discours se répétant jusqu'au soir, Frédéric s'ennuya mortellement.

Sa surprise fut grande, quand, а onze heures, il vit paraоtre Arnoux, lequel, tout de suite, dit qu'il accourait pour le libérer, son affaire étant finie.

Il n'avait pas eu d'affaire. C'était une invention pour passer vingt-quatre heures, seul, avec Rosanette. Mais le brave Arnoux avait trop présumé de lui-même, si bien que, dans sa lassitude, un remords l'avait pris. Il venait faire des remerciements а Frédéric et lui offrir а souper.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:35

-- " Mille grâces ! je n'ai pas faim ! je ne demande que mon lit ! "

-- " Raison de plus pour déjeuner ensemble, tantôt ! "

Quel mollasse vous êtes ! On ne rentre pas chez soi maintenant ! Il est trop tard ! Ce serait dangereux ! "

Frédéric, encore une fois, céda. Arnoux, qu'on ne s'attendait pas а voir, fut choyé de ses frères d'armes, principalement de l'épurateur. Tous l'aimaient ; et il était si bon garçon, qu'il regretta la présence d'Hussonnet. Mais il avait besoin de fermer l'oeil une minute, pas davantage.

-- " Mettez-vous près de moi " , dit-il а Frédéric, tout en s'allongeant sur le lit de camp, sans ôter ses buffleteries.

Par peur d'une alerte, en dépit du règlement, il garda même son fusil ; puis balbutia quelques mots : " Ma chérie ! mon petit ange ! " et ne tarda pas а s'endormir.

Ceux qui parlaient se turent ; et peu а peu il se fit dans le poste un grand silence. Frédéric, tourmenté par les puces, regardait autour de lui. La muraille, peinte en jaune, avait а moitié de sa hauteur une longue planche où les sacs formaient une suite de petites bosses, tandis qu'au- dessous, les fusils couleur de plomb étaient dressés les uns près des autres ; et il s'élevait des ronflements, produits par les gardes nationaux, dont les ventres se dessinaient d'une manière confuse, dans l'ombre. Une bouteille vide et des assiettes couvraient le poêle. Trois chaises de paille entouraient la table, où s'étalait un jeu de cartes. Un tambour, au milieu du banc, laissait pendre sa bricole. Le vent chaud arrivant par la porte, faisait fumer le quinquet. Arnoux dormait les deux bras ouverts ; et comme son fusil était posé la crosse en bas un peu obliquement, la gueule du canon lui arrivait sous l'aisselle. Frédéric le remarqua et fut effrayé.

-- " Mais non ! j'ai tort ! il n'y a rien а craindre ! S'il mourait cependant... "

Et, tout de suite, des tableaux а n'en plus finir se déroulèrent. Il s'aperçut avec Elle, la nuit, dans une chaise de poste ; puis, au bord d'un fleuve par un soir d'été, et sous le reflet d'une lampe, chez eux, dans leur maison. Il s'arrêtait même а des calculs de ménage, des dispositions domestiques, contemplant, palpant déjа son bonheur ; -- et, pour le réaliser, il aurait fallu seulement que le chien du fusil se levât ! On pouvait le pousser du bout de l'orteil ; le coup partirait, ce serait un hasard, rien de plus !

Frédéric s'étendit sur cette idée, comme un dramaturge qui compose. Tout а coup, il lui sembla qu'elle n'était pas loin de se résoudre en action, et qu'il allait y contribuer, qu'il en avait envie ; alors, une grande peur le saisit. Au milieu de cette angoisse, il éprouvait un plaisir, et s'y enfonçait de plus en plus, sentant avec effroi ses scrupules disparaоtre ; dans la fureur de sa rêverie, le reste du monde s'effaçait ; et il n'avait conscience de lui-même que par un intolérable serrement а la poitrine.

-- " Prenons-nous le vin blanc ? " dit l'épurateur qui s'éveillait.

Arnoux sauta par terre ; et, le vin blanc étant pris, voulut monter la faction de Frédéric.

Puis il l'emmena déjeuner rue de Chartres, chez Parly ; et, comme il avait besoin de se refaire, il se commanda deux plats de viande, un homard, une omelette au rhum, une salade, etc., le tout arrosé d'un Sauterne 1819, avec un romanée 42, sans compter le champagne au dessert, et les liqueurs.

Frédéric ne le contraria nullement. Il était gêné, comme si l'autre avait pu découvrir, sur son visage, les traces de sa pensée.

Les deux coudes au bord de la table, et penché très bas, Arnoux, en le fatiguant de son regard, lui confiait ses imaginations.

Il avait envie de prendre а ferme tous les remblais de la ligne du Nord pour y semer des pommes de terre, ou bien d'organiser sur les boulevards une cavalcade monstre, où les " célébrités de l'époque " figureraient. Il louerait toutes les fenêtres, ce qui, а raison de trois francs, en moyenne, produirait un joli bénéfice. Bref, il rêvait un grand coup de fortune par un accaparement. Il était moral, cependant, blâmait les excès, l'inconduite, parlait de son " pauvre père " , et, tous les soirs, disait-il, faisait son examen de conscience, avant d'offrir son âme а Dieu.

-- " Un peu de curaçao, hein ? "

-- " Comme vous voudrez. "

Quant а la République, les choses s'arrangeraient ; enfin, il se trouvait l'homme le plus heureux de la terre ; et, s'oubliant, il vanta les qualités de Rosanette, la compara même а sa femme. C'était bien autre chose ! On n'imaginait pas d'aussi belles cuisses.

-- " A votre santé ! "

Frédéric trinqua. Il avait, par complaisance, un peu trop bu ; d'ailleurs, le grand soleil l'éblouissait ; et, quand ils remontèrent ensemble la rue Vivienne, leurs épaulettes se touchaient fraternellement.

Rentré chez lui, Frédéric dormit jusqu'а sept heures. Ensuite, il s'en alla chez la Maréchale. Elle était sortie avec quelqu'un. Avec Arnoux, peut- être ? Ne sachant que faire, il continua sa promenade sur le boulevard, mais ne put dépasser la porte Saint-Martin, tant il y avait de monde.

La misère abandonnait а eux-mêmes un nombre considérable d'ouvriers ; et ils venaient lа, tous les soirs, se passer en revue sans doute, et attendre un signal. Malgré la loi contre les attroupements, ces clubs du désespoir augmentaient d'une manière effrayante ; et beaucoup de bourgeois s'y rendaient quotidiennement, par bravade, par mode.

Tout а coup, Frédéric aperçut, а trois pas de distance, M. Dambreuse avec Martinon ; il tourna la tête, car, M. Dambreuse s'étant fait nommer représentant, il lui gardait rancune. Mais le capitaliste l'arrêta.

-- " Un mot, cher monsieur ! J'ai des explications а vous fournir. "

-- " Je n'en demande pas. "

-- " De grâce ! écoutez-moi. "

Ce n'était nullement sa faute. On l'avait prié, contraint en quelque sorte. Martinon, tout de suite, appuya ses paroles : des Nogentais en députation s'étaient présentés chez lui.

-- " D'ailleurs, j'ai cru être libre, du moment... "

Une poussée de monde sur le trottoir força M. Dambreuse а s'écarter. Une minute après, il reparut, en disant а Martinon :

-- " C'est un vrai service, cela ! Vous n'aurez pas а vous repentir... "

Tous les trois s'adossèrent contre une boutique, afin de causer plus а l'aise.

On criait de temps en temps : " Vive Napoléon ! vive Barbès ! а bas Marie ! " La foule innombrable parlait très haut ; -- et toutes ces voix, répercutées par les maisons, faisaient comme le bruit continuel des vagues dans un port. A de certains moments, elles se taisaient ; alors, la Marseillaise s'élevait. Sous les portes cochères, des hommes d'allures mystérieuses proposaient des cannes а dard. Quelquefois, deux individus, passant l'un devant l'autre, clignaient de l'oeil, et s'éloignaient prestement. Des groupes de badauds occupaient les trottoirs ; une multitude compacte s'agitait sur le pavé. Des bandes entières d'agents de police, sortant des ruelles, y disparaissaient а peine entrés. De petits drapeaux rouges, çа et lа, semblaient des flammes ; les cochers, du haut de leur siège, faisaient de grands gestes, puis s'en retournaient. C'était un mouvement, un spectacle des plus drôles.

-- " Comme tout cela " , dit Martinon, " aurait amusé Mlle Cécile ! "

-- " Ma femme, vous savez bien, n'aime pas que ma nièce vienne avec nous " , reprit en souriant M. Dambreuse.

On ne l'aurait pas reconnu. Depuis trois mois il criait : " Vive la République ! " et même il avait voté le bannissement des d'Orléans. Mais les concessions devaient finir. Il se montrait furieux jusqu'а porter un casse-tête dans sa poche.

Martinon, aussi, en avait un. La magistrature n'étant plus inamovible, il s'était retiré du Parquet, si bien qu'il dépassait en violence M. Dambreuse.

Le banquier haïssait particulièrement Lamartine (pour avoir soutenu Ledru-Rollin), et avec lui Pierre Leroux, Proudhon, Considérant, Lamennais, tous les cerveaux brûlés, tous les socialistes.

-- " Car enfin, que veulent-ils ? On a supprimé l'octroi sur la viande et la contrainte par corps ; maintenant, on étudie le projet d'une banque hypothécaire ; l'autre jour, c'était une banque nationale ! et voilа cinq millions au budget pour les ouvriers ! Mais heureusement c'est fini, grâce а M. de Falloux ! Bon voyage ! qu'ils s'en aillent ! "

En effet, ne sachant comment nourrir les cent trente mille hommes des ateliers nationaux, le ministre des Travaux publics avait, ce jour-lа même, signé un arrêté qui invitait tous les citoyens entre dix-huit et vingt ans а prendre du service comme soldats, ou bien а partir vers les provinces, pour y remuer la terre.

Cette alternative les indigna, persuadés qu'on voulait détruire la République. L'existence loin de la Capitale les affligeait comme un exil ; ils se voyaient mourants par les fièvres, dans des régions farouches. Pour beaucoup, d'ailleurs, accoutumés а des travaux délicats, l'agriculture semblait un avilissement ; c'était un leurre enfin, une dérision, le déni formel de toutes les promesses. S'ils résistaient, on emploierait la force ; ils n'en doutaient pas et se disposaient а la prévenir.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:36

Vers neuf heures, les attroupements formés а la Bastille et au Châtelet refluèrent sur le boulevard. De la porte Saint-Denis а la porte Saint- Martin, cela ne faisait plus qu'un grouillement énorme, une seule masse d'un bleu sombre, presque noir. Les hommes que l'on entrevoyait avaient tous les prunelles ardentes, le teint pâle, des figures amaigries par la faim, exaltées par l'injustice. Cependant, des nuages s'amoncelaient ; le ciel orageux chauffant l'électricité de la multitude, elle tourbillonnait sur elle-même, indécise, avec un large balancement de houle ; et l'on sentait dans ses profondeurs une force incalculable, et comme l'énergie d'un élément. Puis tous se mirent а chanter : " Des lampions ! des lampions ! "

Plusieurs fenêtres ne s'éclairaient pas ; des cailloux furent lancés dans leurs carreaux. M. Dambreuse jugea prudent de s'en aller. Les deux jeunes gens le reconduisirent.

Il prévoyait de grands désastres. Le peuple, encore une fois, pouvait envahir la Chambre ; et, а ce propos, il raconta comment il serait mort le 15 mai, sans le dévouement d'un garde national.

-- " Mais c'est votre ami, j'oubliais ! votre ami, le fabricant de faïences, Jacques Arnoux ! "

-- Les gens de l'émeute l'étouffaient ; ce brave citoyen l'avait pris dans ses bras et déposé а l'écart. Aussi, depuis lors, une sorte de liaison s'était faite.

-- " Il faudra un de ces jours dоner ensemble, et, puisque vous le voyez souvent, assurez-le que je l'aime beaucoup. C'est un excellent homme, calomnié, selon moi ; et il a de l'esprit, le mâtin ! Mes compliments encore une fois ! bien le bonsoir !... "

Frédéric, après avoir quitté M. Dambreuse, retourna chez la Maréchale ; et, d'un air très sombre, dit qu'elle devait opter entre lui et Arnoux. Elle répondit avec douceur qu'elle ne comprenait goutte а des " ragots pareils " , n'aimait pas Arnoux, n'y tenait aucunement. Frédéric avait soif d'abandonner Paris. Elle ne repoussa pas cette fantaisie, et ils partirent pour Fontainebleau dès le lendemain.

L'hôtel où ils logèrent se distinguait des autres par un jet d'eau clapotant au milieu de sa cour. Les portes des chambres s'ouvraient sur un corridor, comme dans les monastères. Celle qu'on leur donna était grande, fournie de bons meubles, tendue d'indienne, et silencieuse, vu la rareté des voyageurs. Le long des maisons, des bourgeois inoccupés passaient ; puis, sous leurs fenêtres, quand le jour tomba, des enfants dans la rue firent une partie de barres ; -- et cette tranquillité, succédant pour eux au tumulte de Paris, leur causait une surprise, un apaisement.

Le matin de bonne heure, ils allèrent visiter le château. Comme ils entraient par la grille, ils aperçurent sa façade tout entière, avec les cinq pavillons а toits aigus et son escalier en fer а cheval se déployant au fond de la cour, que bordent de droite et de gauche deux corps de bâtiments plus bas. Des lichens sur les pavés se mêlent de loin au ton fauve des briques ; et l'ensemble du palais, couleur de rouille comme une vieille armure, avait quelque chose de royalement impassible, une sorte de grandeur militaire et triste.

Enfin, un domestique, portant un trousseau de clefs, parut. Il leur montra d'abord les appartements des reines, l'oratoire du Pape, la galerie de François 1er, la petite table d'acajou sur laquelle l'Empereur signa son abdication, et, dans une des pièces qui divisaient l'ancienne galerie des Cerfs, l'endroit où Christine fit assassiner Monaldeschi. Rosanette écouta cette histoire attentivement ; puis, se tournant vers Frédéric :

-- " C'était par jalousie, sans doute ? Prends garde а toi ! "

Ensuite, ils traversèrent la salle du Conseil, la salle des Gardes, la salle du Trône, le salon de Louis XIII. Les hautes croisées, sans rideaux, épanchaient une lumière blanche ; de la poussière ternissait légèrement les poignées des espagnolettes, le pied de cuivre des consoles ; des nappes de grosse toile cachaient partout les fauteuils ; on voyait au- dessus des portes des chasses Louis XV, et çа et lа des tapisseries représentant les dieux de l'Olympe, Psyché ou les batailles d'Alexandre.

Quand elle passait devant les glaces, Rosanette s'arrêtait une minute pour lisser ses bandeaux.

Après la cour du donjon et la chapelle Saint-Saturnin, ils arrivèrent dans la salle des Fêtes.

Ils furent éblouis par la splendeur du plafond, divisé en compartiments octogones, rehaussé d'or et d'argent, plus ciselé qu'un bijou, et par l'abondance des peintures qui couvrent les murailles depuis la gigantesque cheminée, où des croissants et des carquois entourent les armes de France, jusqu'а la tribune pour les musiciens, construite а l'autre bout, dans la largeur de la salle. Les dix fenêtres en arcades étaient grandes ouvertes ; le soleil faisait briller les peintures, le ciel bleu continuait indéfiniment l'outremer des cintres ; et, du fond des bois, dont les cimes vaporeuses emplissaient l'horizon, il semblait venir un écho des hallalis poussés dans les trompes d'ivoire, et des ballets mythologiques, assemblant sous le feuillage des princesses et des seigneurs travestis en nymphes et en sylvains, -- époque de science ingénue, de passions violentes et d'art somptueux, quand l'idéal était d'emporter le monde dans un rêve des Hespérides, et que les maоtresses des rois se confondaient avec les astres. La plus belle de ces fameuses s'était fait peindre, а droite, sous la figure de Diane Chasseresse, et même en Diane Infernale, sans doute pour marquer sa puissance jusque par-delа le tombeau. Tous ces symboles confirment sa gloire ; et il reste lа quelque chose d'elle, une voix indistincte, un rayonnement qui se prolonge.

Frédéric fut pris par une concupiscence rétrospective et inexprimable. Afin de distraire son désir, il se mit а considérer tendrement Rosanette, en lui demandant si elle n'aurait pas voulu être cette femme.

-- " Quelle femme ? "

-- " Diane de Poitiers ! "

Il répéta :

-- " Diane de Poitiers, la maоtresse d'Henri II. "

Elle fit un petit : " Ah ! " Ce fut tout.

Son mutisme prouvait clairement qu'elle ne savait rien, ne comprenait pas, si bien que par complaisance il lui dit :

-- " Tu t'ennuies peut-être ? "

-- " Non, non, au contraire ! "

Et, le menton levé, tout en promenant а l'entour un regard des plus vagues, Rosanette lâcha ce mot :

-- " Ça rappelle des souvenirs ! "

Cependant, on apercevait sur sa mine un effort, une intention de respect ; et, comme cet air sérieux la rendait plus jolie, Frédéric l'excusa.

L'étang des carpes la divertit davantage. Pendant un quart d'heure, elle jeta des morceaux de pain dans l'eau, pour voir les poissons bondir.

Frédéric s'était assis près d'elle, sous les tilleuls. Il songeait а tous les personnages qui avaient hanté ces murs, Charles-Quint, les Valois, Henri IV, Pierre le Grand, Jean-Jacques Rousseau et " les belles pleureuses des premières loges " , Voltaire, Napoléon, Pie VII, Louis-Philippe ; il se sentait environné, coudoyé par ces morts tumultueux ; une telle confusion d'images l'étourdissait, bien qu'il y trouvât du charme pourtant.

Enfin ils descendirent dans le parterre.

C'est un vaste rectangle, laissant voir d'un seul coup d'oeil ses larges allées jaunes, ses carrés de gazon, ses rubans de buis, ses ifs en pyramide, ses verdures basses et ses étroites plates-bandes, où des fleurs clairsemées font des taches sur la terre grise. Au bout du jardin, un parc se déploie, traversé dans toute son étendue par un long canal.

Les résidences royales ont en elles une mélancolie particulière, qui tient sans doute а leurs dimensions trop considérables pour le petit nombre de leurs hôtes, au silence qu'on est surpris d'y trouver après tant de fanfares, а leur luxe immobile prouvant par sa vieillesse la fugacité des dynasties, l'éternelle misère de tout ; -- et cette exhalaison des siècles, engourdissante et funèbre comme un parfum de momie, se fait sentir même aux têtes naïves. Rosanette bâillait démesurément. Ils s'en retournèrent а l'hôtel.

Après leur déjeuner, on leur amena une voiture découverte. Ils sortirent de Fontainebleau par un large rond-point, puis montèrent au pas une route sablonneuse dans un bois de petits pins. Les arbres devinrent plus grands ; et le cocher, de temps а autre, disait : " Voici les Frères-Siamois, le Pharamond, le Bouquet-du-Roi... " , n'oubliant aucun des sites célèbres, parfois même s'arrêtant pour les faire admirer.

Ils entrèrent dans la futaie de Franchard. La voiture glissait comme un traоneau sur le gazon ; des pigeons qu'on ne voyait pas roucoulaient ; tout а coup, un garçon de café parut ; et ils descendirent devant la barrière d'un jardin où il y avait des tables rondes. Puis, laissant а gauche les murailles d'une abbaye en ruines, ils marchèrent sur de grosses roches, et atteignirent bientôt le fond de la gorge.

Elle est couverte, d'un côté, par un entremêlement de grès et de genévriers, tandis que, de l'autre, le terrain presque nu s'incline vers le creux du vallon, où, dans la couleur des bruyères, un sentier fait une ligne pâle ; et on aperçoit tout au loin un sommet en cône aplati, avec la tour d'un télégraphe par derrière.

Une demi-heure après, ils mirent pied а terre encore une fois pour gravir les hauteurs d'Aspremont.

Le chemin fait des zigzags entre les pins trapus, sous des rochers а profils anguleux ; tout ce coin de la forêt a quelque chose d'étouffé, d'un peu sauvage et de recueilli. On pense aux ermites, compagnons des grands cerfs portant une croix de feu entre leurs cornes, et qui recevaient avec de paternels sourires les bons rois de France, agenouillés devant leur grotte. Une odeur résineuse emplissait l'air chaud, des racines а ras du sol s'entrecroisaient comme des veines. Rosanette trébuchait dessus, était désespérée, avait envie de pleurer.

Mais, tout au haut, la joie lui revint, en trouvant sous un toit de branchages une manière de cabaret, où l'on vend des bois sculptés. Elle but une bouteille de limonade, s'acheta un bâton de houx ; et, sans donner un coup d'oeil au paysage que l'on découvre du plateau, elle entra dans la Caverne-des-Brigands, précédée d'un gamin portant une torche.

Leur voiture les attendait dans le Bas-Bréau.

Un peintre en blouse bleue travaillait au pied d'un chêne, avec sa boоte а couleurs sur les genoux. Il leva la tête et les regarda passer.

Au milieu de la côte de Chailly, un nuage, crevant tout а coup, leur fit rabattre la capote. Presque aussitôt la pluie s'arrêta ; et les pavés des rues brillaient sous le soleil quand ils rentrèrent dans la ville.

Des voyageurs, arrivés nouvellement, leur apprirent qu'une bataille épouvantable ensanglantait Paris. Rosanette et son amant n'en furent pas surpris. Puis tout le monde s'en alla, l'hôtel redevint paisible, le gaz s'éteignit, et ils s'endormirent au murmure du jet d'eau dans la cour.

Le lendemain, ils allèrent voir la Gorge-au-Loup, la Mare-aux-Fées, le Long-Rocher, la Marlotte ; le surlendemain, ils recommencèrent au hasard, comme leur cocher voulait, sans demander où ils étaient, et souvent même négligeant les sites fameux.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:36

Ils se trouvaient si bien dans leur vieux landau, bas comme un sofa et couvert d'une toile а raies déteintes ! Les fossés pleins de broussailles filaient sous leurs yeux, avec un mouvement doux et continu. Des rayons blancs traversaient comme des flèches les hautes fougères ; quelquefois, un chemin, qui ne servait plus, se présentait devant eux, en ligne droite ; et des herbes s'y dressaient çа et lа, mollement. Au centre des carrefours, une croix étendait ses quatre bras ; ailleurs, des poteaux se penchaient comme des arbres morts, et de petits sentiers courbes, en se perdant sous les feuilles, donnaient envie de les suivre ; au même moment, le cheval tournait, ils y entraient, on enfonçait dans la boue ; plus loin, de la mousse avait poussé au bord des ornières profondes.

Ils se croyaient loin des autres, bien seuls. Mais tout а coup passait un garde-chasse avec son fusil, ou une bande de femmes en haillons, traоnant sur leur dos de longues bourrées.

Quand la voiture s'arrêtait, il se faisait un silence universel ; seulement, on entendait le souffle du cheval dans les brancards, avec un cri d'oiseau très faible, répété.

La lumière, а de certaines places éclairant la lisière du bois, laissait les fonds dans l'ombre ; ou bien, atténuée sur les premiers plans par une sorte de crépuscule, elle étalait dans les lointains des vapeurs violettes, une clarté blanche. Au milieu du jour, le soleil, tombant d'aplomb sur les larges verdures, les éclaboussait, suspendait des gouttes argentines а la pointe des branches, rayait le gazon de traоnées d'émeraudes, jetait des taches d'or sur les couches de feuilles mortes ; en se renversant la tête, on apercevait le ciel, entre les cimes des arbres. Quelques-uns, d'une altitude démesurée, avaient des airs de patriarches et d'empereurs, ou, se touchant par le bout, formaient avec leurs longs fûts comme des arcs de triomphe ; d'autres, poussés dès le bas obliquement, semblaient des colonnes près de tomber.

Cette foule de grosses lignes verticales s'entrouvrait. Alors, d'énormes flots verts se déroulaient en bosselages inégaux jusqu'а la surface des vallées où s'avançait la croupe d'autres collines dominant des plaines blondes, qui finissaient par se perdre dans une pâleur indécise.

Debout, l'un près de l'autre, sur quelque éminence du terrain, ils sentaient, tout en humant le vent, leur entrer dans l'âme comme l'orgueil d'une vie plus libre, avec une surabondance de forces, une joie sans cause.

La diversité des arbres faisait un spectacle changeant. Les hêtres, а l'écorce blanche et lisse, entremêlaient leurs couronnes ; des frênes courbaient mollement leurs glauques ramures ; dans les cépées de charmes, des houx pareils а du bronze se hérissaient ; puis venait une file de minces bouleaux, inclinés dans des attitudes élégiaques ; et les pins, symétriques comme des tuyaux d'orgue, en se balançant continuellement, semblaient chanter. Il y avait des chênes rugueux, énormes, qui se convulsaient, s'étiraient du sol, s'étreignaient les uns les autres, et, fermes sur leurs troncs, pareils а des torses, se lançaient avec leurs bras nus des appels de désespoir, des menaces furibondes, comme un groupe de Titans immobilisés dans leur colère. Quelque chose de plus lourd, une langueur fiévreuse planait au-dessus des mares, découpant la nappe de leurs eaux entre des buissons d'épines ; les lichens, de leur berge, où les loups viennent boire, sont couleur de soufre, brûlés comme par le pas des sorcières, et le coassement ininterrompu des grenouilles répond au cri des corneilles qui tournoient. Ensuite, ils traversaient des clairières monotones, plantées d'un baliveau çа et lа.

Un bruit de fer, des coups drus et nombreux sonnaient : c'était, au flanc d'une colline, une compagnie de carriers battant les roches. Elles se multipliaient de plus en plus, et finissaient par emplir tout le paysage, cubiques comme des maisons, plates comme des dalles, s'étayant, se surplombant, se confondant, telles que les ruines méconnaissables et monstrueuses de quelque cité disparue. Mais la furie même de leur chaos fait plutôt rêver а des volcans, а des déluges, aux grands cataclysmes ignorés. Frédéric disait qu'elles étaient lа depuis le commencement du monde et resteraient ainsi jusqu'а la fin ; Rosanette détournait la tête, en affirmant que " ça la rendrait folle " , et s'en allait cueillir des bruyères. Leurs petites fleurs violettes, tassées les unes près des autres, formaient des plaques inégales, et la terre qui s'écroulait de dessous mettait comme des franges noires au bord des sables pailletés de mica.

Ils arrivèrent un jour а mi-hauteur d'une colline tout en sable. Sa surface, vierge de pas, était rayée en ondulations symétriques ; çа et lа, telles que des promontoires sur le lit desséché d'un océan, se levaient des roches ayant de vagues formes d'animaux, tortues avançant la tête, phoques qui rampent, hippopotames et ours. Personne. Aucun bruit. Les sables, frappés par le soleil, éblouissaient ; -- et tout а coup, dans cette vibration de la lumière, les bêtes parurent remuer. Ils s'en retournèrent vite, fuyant le vertige, presque effrayés.

Le sérieux de la forêt les gagnait ; et ils avaient des heures de silence où, se laissant aller au bercement des ressorts, ils demeuraient comme engourdis dans une ivresse tranquille. Le bras sous la taille, il l'écoutait parler pendant que les oiseaux gazouillaient, observait presque du même coup d'oeil les raisins noirs de sa capote et les baies des genévriers, les draperies de son voile, les volutes des nuages ; et, quand il se penchait vers elle, la fraоcheur de sa peau se mêlait au grand parfum des bois. Ils s'amusaient de tout ; ils se montraient, comme une curiosité, des fils de la Vierge suspendus aux buissons, des trous pleins d'eau au milieu des pierres, un écureuil sur les branches, le vol de deux papillons qui les suivaient ; ou bien, а vingt pas d'eux, sous les arbres, une biche marchait, tranquillement, d'un air noble et doux, avec son faon côte а côte. Rosanette aurait voulu courir après, pour l'embrasser.

Elle eut bien peur une fois, quand un homme, se présentant tout а coup, lui montra dans une boоte trois vipères. Elle se jeta vivement contre Frédéric ; -- il fut heureux de ce qu'elle était faible et de se sentir assez fort pour la défendre.

Ce soir-lа, ils dоnèrent dans une auberge, au bord de la Seine. La table était près de la fenêtre, Rosanette en face de lui ; et il contemplait son petit nez fin et blanc, ses lèvres retroussées, ses yeux clairs, ses bandeaux châtains qui bouffaient, sa jolie figure ovale. Sa robe de foulard écru collait а ses épaules un peu tombantes ; et, sortant de leurs manchettes tout unies, ses deux mains découpaient, versaient а boire, s'avançaient sur la nappe. On leur servit un poulet avec les quatre membres étendus, une matelote d'anguilles dans un compotier en terre de pipe, du vin râpeux, du pain trop dur, des couteaux ébréchés. Tout cela augmentait le plaisir, l'illusion. Ils se croyaient presque au milieu d'un voyage, en Italie, dans leur lune de miel.

Avant de repartir, ils allèrent se promener le long de la berge.

Le ciel d'un bleu tendre, arrondi comme un dôme, s'appuyait а l'horizon sur la dentelure des bois. En face, au bout de la prairie, il y avait un clocher dans un village ; et, plus loin, а gauche, le toit d'une maison faisait une tache rouge sur la rivière, qui semblait immobile dans toute la longueur de sa sinuosité. Des joncs se penchaient pourtant, et l'eau secouait légèrement des perches plantées au bord pour tenir des filets ; une nasse d'osier, deux ou trois vieilles chaloupes étaient lа. Près de l'auberge, une fille en chapeau de paille tirait des seaux d'un puits ; -- chaque fois qu'ils remontaient, Frédéric écoutait avec une jouissance inexprimable le grincement de la chaоne.

Il ne doutait pas qu'il ne fût heureux pour jusqu'а la fin de ses jours, tant son bonheur lui paraissait naturel, inhérent а sa vie et а la personne de cette femme. Un besoin le poussait а lui dire des tendresses. Elle y répondait par de gentilles paroles, de petites tapes sur l'épaule, des douceurs dont la surprise le charmait. Il lui découvrait enfin une beauté toute nouvelle, qui n'était peut-être que le reflet des choses ambiantes, а moins que leurs virtualités secrètes ne l'eussent fait s'épanouir.

Quand ils se reposaient au milieu de la campagne, il s'étendait la tête sur ses genoux, а l'abri de son ombrelle ; -- ou bien couchés sur le ventre au milieu de l'herbe, ils restaient l'un en face de l'autre, а se regarder, plongeant dans leurs prunelles, altérés d'eux-mêmes, s'en assouvissant toujours, puis les paupières entre-fermées, ne parlant plus.

Quelquefois, ils entendaient tout au loin des roulements de tambour. C'était la générale que l'on battait dans les villages, pour aller défendre Paris.

-- " Ah ! tiens ! l'émeute ! " disait Frédéric avec une pitié dédaigneuse, toute cette agitation lui apparaissant misérable а côté de leur amour et de la nature éternelle.

Et ils causaient de n'importe quoi, de choses qu'ils savaient parfaitement, de personnes qui ne les intéressaient pas, de mille niaiseries. Elle l'entretenait de sa femme de chambre et de son coiffeur. Un jour, elle s'oublia а dire son âge : vingt-neuf ans ; elle devenait vieille.

En plusieurs fois, sans le vouloir, elle lui apprit des détails sur elle-même. Elle avait été " demoiselle dans un magasin " , avait fait un voyage en Angleterre, commencé des études pour être actrice ; tout cela sans transitions, et il ne pouvait reconstruire un ensemble. Elle en conta plus long, un jour qu'ils étaient assis sous un platane, au revers d'un pré. En bas, sur le bord de la route, une petite fille, nu-pieds dans la poussière, faisait paоtre une vache. Dès qu'elle les aperçut, elle vint leur demander l'aumône ; et, tenant d'une main son jupon en lambeaux, elle grattait de l'autre ses cheveux noirs qui entouraient, comme une perruque а la Louis XIV, toute sa tête brune, illuminée par des yeux splendides.

-- " Elle sera bien jolie plus tard " , dit Frédéric.

-- " Quelle chance pour elle si elle n'a pas de mère ! " reprit Rosanette.

-- " Hein ? comment ? "

-- " Mais oui ; moi, sans la mienne... "

Elle soupira, et se mit а parler de son enfance. Ses parents étaient des canuts de la Croix-Rousse. Elle servait son père comme apprentie. Le pauvre bonhomme avait beau s'exténuer, sa femme l'invectivait et vendait tout pour aller boire. Rosanette voyait leur chambre, avec les métiers rangés en longueur contre les fenêtres, le pot-bouille sur le poêle, le lit peint en acajou, une armoire en face, et la soupente obscure où elle avait couché jusqu'а quinze ans. Enfin un monsieur était venu, un homme gras, la figure couleur de buis, des façons de dévot, habillé de noir. Sa mère et lui eurent ensemble une conversation, si bien que, trois jours après. Rosanette s'arrêta et, avec un regard plein d'impudeur et d'amertume :

-- " C'était fait ! "

Puis, répondant au geste de Frédéric :

-- " Comme il était marié (il aurait craint de se compromettre dans sa maison), on m'emmena dans un cabinet de restaurateur, et on m'avait dit que je serais heureuse, que je recevrais un beau cadeau.

-- " Dès la porte, la première chose qui m'a frappée, c'était un candélabre de vermeil, sur une table où il y avait deux couverts. Une glace au plafond les reflétait, et les tentures des murailles en soie bleue faisaient ressembler tout l'appartement а une alcôve. Une surprise m'a saisie. Tu comprends, un pauvre être qui n'a jamais rien vu ! Malgré mon éblouissement, j'avais peur. Je désirais m'en aller. Je suis restée pourtant. "

" Le seul siège qu'il y eût était un divan contre la table. Il a cédé sous moi avec mollesse ; la bouche du calorifère dans le tapis m'envoyait une haleine chaude, et je restai lа sans rien prendre. Le garçon qui se tenait debout m'a engagée а manger. Il m'a versé tout de suite un grand verre de vin ; la tête me tournait, j'ai voulu ouvrir la fenêtre, il m'a dit : -- " Non, mademoiselle, c'est défendu. " Et il m'a quittée. La table était couverte d'un tas de choses que je ne connaissais pas. Rien ne m'a semblé bon. Alors je me suis rabattue sur un pot de confitures, et j'attendais toujours. Je ne sais quoi l'empêchait de venir. Il était très tard, minuit au moins, je n'en pouvais plus de fatigue ; en repoussant un des oreillers pour mieux m'étendre, je rencontre sous ma main une sorte d'album, un cahier ; c'étaient des images obscènes... Je dormais dessus, quand il est entré. "

Elle baissa la tête, et demeura pensive.

Les feuilles autour d'eux susurraient, dans un fouillis d'herbes une grande digitale se balançait, la lumière coulait comme une onde sur le gazon ; et le silence était coupé а intervalles rapides par le broutement de la vache qu'on ne voyait plus.

Rosanette considérait un point par terre, а trois pas d'elle, fixement, les narines battantes, absorbée. Frédéric lui prit la main.

-- " Comme tu as souffert, pauvre chérie ! "

-- " Oui " , dit-elle " plus que tu ne crois !... Jusqu'а vouloir en finir ; on m'a repêchée. "

-- " Comment ? "

-- " Ah ! n'y pensons plus !... Je t'aime, je suis heureuse ! embrasse-moi. "

Et elle ôta, une а une, les brindilles de chardons accrochées dans le bas de sa robe.

Frédéric songeait surtout а ce qu'elle n'avait pas dit. Par quels degrés avait-elle pu sortir de la misère ? A quel amant devait-elle son éducation ? Que s'était-il passé dans sa vie jusqu'au jour où il était venu chez elle pour la première fois ? Son dernier aveu interdisait les questions. Il lui demanda, seulement, comment elle avait fait la connaissance d'Arnoux.

-- " Par la Vatnaz. "

-- " N'était-ce pas toi que j'ai vue, une fois, au Palais-Royal, avec eux deux ? "

Il cita la date précise. Rosanette fit un effort.

-- " Oui, c'est vrai !... Je n'étais pas gaie dans ce temps-lа ! "

Mais Arnoux s'était montré excellent. Frédéric n'en doutait pas ; cependant, leur ami était un drôle d'homme, plein de défauts ; il eut soin de les rappeler. Elle en convenait.

-- " N'importe !... On l'aime tout de même, ce chameau-lа ! "

-- " Encore, maintenant ? " dit Frédéric.

Elle se mit а rougir, moitié riante, moitié fâchée.

-- " Eh ! non ! C'est de l'histoire ancienne. Je ne te cache rien. Quand même cela serait, lui, c'est différent ! D'ailleurs, je ne te trouve pas gentil pour ta victime. "

-- " Ma victime ? "
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:36

Rosanette lui prit le menton.

-- " Sans doute ! "

Et, zézayant а la manière des nourrices :

-- " Avons pas toujours été bien sage ! Avons fait dodo avec sa femme ! "

-- " Moi ! jamais de la vie ! "

Rosanette sourit. Il fut blessé de son sourire, preuve d'indifférence, crut- il. Mais elle reprit doucement, et avec un de ces regards qui implorent le mensonge :

-- Bien sûr ?

-- " Certainement ! "

Frédéric jura sa parole d'honneur qu'il n'avait jamais pensé а Mme Arnoux, étant trop amoureux d'une autre.

-- " De qui donc ? "

-- " Mais de vous, ma toute belle ! "

-- " Ah ! ne te moque pas de moi ! Tu m'agaces ! "

Il jugea prudent d'inventer une histoire, une passion. Il trouva des détails circonstanciés. Cette personne, du reste, l'avait rendu fort malheureux.

-- " Décidément, tu n'as pas de chance ! " dit Rosanette.

-- " Oh ! oh ! peut-être ! " voulant faire entendre par lа plusieurs bonnes fortunes, afin de donner de lui meilleure opinion, de même que Rosanette n'avouait pas tous ses amants pour qu'il l'estimât davantage ; - - car, au milieu des confidences les plus intimes, il y a toujours des restrictions, par fausse honte, délicatesse, pitié. On découvre chez l'autre ou dans soi-même des précipices ou des fanges qui empêchent de poursuivre ; on sent, d'ailleurs, que l'on ne serait pas compris ; il est difficile d'exprimer exactement quoi que ce soit ; aussi les unions complètes sont rares.

La pauvre Maréchale n'en avait jamais connu de meilleure. Souvent, quand elle considérait Frédéric, des larmes lui arrivaient aux paupières, puis elle levait les yeux, ou les projetait vers l'horizon, comme si elle avait aperçu quelque grande aurore, des perspectives de félicité sans bornes. Enfin, un jour, elle avoua qu'elle souhaitait faire dire une messe, " pour que ça porte bonheur а notre amour " .

D'où venait donc qu'elle lui avait résisté pendant si longtemps ? Elle n'en savait rien elle-même. Il renouvela plusieurs fois sa question ; et elle répondait en le serrant dans ses bras :

-- " C'est que j'avais peur de t'aimer trop, mon chéri ! "

Le dimanche matin, Frédéric lut dans un journal, sur une liste de blessés, le nom de Dussardier. Il jeta un cri, et, montrant le papier а Rosanette, déclara qu'il allait partir immédiatement.

-- " Pour quoi faire ? "

-- " Mais pour le voir, le soigner ! "

-- " Tu ne vas pas me laisser seule, j'imagine ? "

-- " Viens avec moi. "

-- " Ah ! que j'aille me fourrer dans une bagarre pareille ! Merci bien ! "

-- " Cependant, je ne peux pas... "

-- " Ta ta ta ! Comme si on manquait d'infirmiers dans les hôpitaux ! Et puis, qu'est-ce que ça le regardait encore, celui-lа ? Chacun pour soi ! "

Il fut indigné de cet égoïsme ; et il se reprocha de n'être pas lа-bas avec les autres. Tant d'indifférence aux malheurs de la patrie avait quelque chose de mesquin et de bourgeois. Son amour lui pesa tout а coup comme un crime. Ils se boudèrent pendant une heure.

Puis elle le supplia d'attendre, de ne pas s'exposer.

-- " Si par hasard on te tue ! "

-- " Eh ! je n'aurai fait que mon devoir !

Rosanette bondit. D'abord, son devoir était de l'aimer.

C'est qu'il ne voulait plus d'elle, sans doute ! Ça n'avait pas le sens commun ! Quelle idée, mon Dieu !

Frédéric sonna pour avoir la note. Mais il n'était pas facile de s'en retourner а Paris. La voiture des messageries Leloir venait de partir, les berlines Lecomte ne partiraient pas, la diligence du Bourbonnais ne passerait que tard dans la nuit, et serait peut-être pleine ; on n'en savait rien. Quand il eut perdu beaucoup de temps а ces informations, l'idée lui vint de prendre la poste. Le maоtre de poste refusa de fournir des chevaux, Frédéric n'ayant point de passeport. Enfin, il loua une calèche (la même qui les avait promenés) et ils arrivèrent devant l'hôtel du Commerce, а Melun, vers cinq heures.

La place du Marché était couverte de faisceaux d'armes. Le préfet avait défendu aux gardes nationaux de se porter sur Paris. Ceux qui n'étaient pas de son département voulaient continuer leur route. On criait. L'auberge était pleine de tumulte.

Rosanette, prise de peur, déclara qu'elle n'irait pas plus loin, et le supplia encore de rester. L'aubergiste et sa femme se joignirent а elle. Un brave homme qui dоnait s'en mêla, affirmant que la bataille serait terminée d'ici а peu ; d'ailleurs, il fallait faire son devoir. Alors, la Maréchale redoubla de sanglots. Frédéric était exaspéré. Il lui donna sa bourse, l'embrassa vivement, et disparut.

Arrivé а Corbeil, dans la gare, on lui apprit que les insurgés avaient de distance en distance coupé les rails, et le cocher refusa de le conduire plus loin ; ses chevaux, disait-il, étaient " rendus " .

Par sa protection cependant, Frédéric obtint un mauvais cabriolet qui, pour la somme de soixante francs, sans compter le pourboire, consentit а le mener jusqu'а la barrière d'Italie. Mais, а cent pas de la barrière, son conducteur le fit descendre et s'en retourna. Frédéric marchait sur la route, quand tout а coup une sentinelle croisa la baïonnette. Quatre hommes l'empoignèrent en vociférant :

-- " C'en est un ! Prenez garde ! Fouillez-le ! Brigand ! Canaille " !

Et sa stupéfaction fut si profonde, qu'il se laissa entraоner au poste de la barrière, dans le rond-point même où convergent les boulevards des Gobelins et de l'Hôpital et les rues Godefroy et Mouffetard.

Quatre barricades formaient, au bout des quatre voies, d'énormes talus de pavés ; des torches çа et lа grésillaient ; malgré la poussière qui s'élevait, il distingua des fantassins de la ligne et des gardes nationaux, tous le visage noir, débraillés, hagards. Ils venaient de prendre la place, avaient fusillé plusieurs hommes ; leur colère durait encore. Frédéric dit qu'il arrivait de Fontainebleau au secours d'un camarade blessé logeant rue Bellefond ; personne d'abord ne voulut le croire ; on examina ses mains, on flaira même son oreille pour s'assurer qu'il ne sentait pas la poudre.

Cependant, а force de répéter la même chose, il finit par convaincre un capitaine, qui ordonna а deux fusiliers de le conduire au poste du Jardin des Plantes.

Ils descendirent le boulevard de l'Hôpital. Une forte brise soufflait. Elle le ranima.

Ils tournèrent ensuite par la rue du Marché-aux-Chevaux. Le Jardin des Plantes, а droite, faisait une grande masse noire ; tandis qu'а gauche, la façade entière de la Pitié, éclairée а toutes ses fenêtres, flambait comme un incendie, et des ombres passaient rapidement sur les carreaux.

Les deux hommes de Frédéric s'en allèrent. Un autre l'accompagna jusqu'а l'Ecole Polytechnique.

La rue Saint-Victor était toute sombre, sans un bec de gaz ni une lumière aux maisons. De dix minutes en dix minutes, on entendait :

-- " Sentinelles ! prenez garde а vous ! "

Et ce cri, jeté au milieu du silence, se prolongeait comme la répercussion d'une pierre tombant dans un abоme.

Quelquefois, un battement de pas lourds s'approchait. C'était une patrouille de cent hommes au moins ; des chuchotements, de vagues cliquetis de fer s'échappaient de cette masse confuse ; et, s'éloignant avec un balancement rythmique, elle se fondait dans l'obscurité.

Il y avait au centre des carrefours un dragon а cheval, immobile. De temps en temps, une estafette passait au grand galop, puis le silence recommençait. Des canons en marche faisaient au loin sur le pavé un roulement sourd et formidable ; le coeur se serrait а ces bruits différant de tous les bruits ordinaires. Ils semblaient même élargir le silence, qui était profond, absolu ; -- un silence noir. Des hommes en blouse blanche, abordaient les soldats, leur disaient un mot, et s'évanouissaient comme des fantômes.

Le poste de l'Ecole Polytechnique regorgeait de monde. Des femmes encombraient le seuil, demandant а voir leur fils ou leur mari. On les renvoyait au Panthéon transformé en dépôt de cadavres, -- et on n'écoutait pas Frédéric. Il s'obstina, jurant que son ami Dussardier l'attendait, allait mourir. On lui donna enfin un caporal pour le mener au haut de la rue Saint-Jacques, а la mairie du XIIe arrondissement.

La place du Panthéon était pleine de soldats couchés sur de la paille. Le jour se levait. Les feux de bivac s'éteignaient.

L'insurrection avait laissé dans ce quartier-lа des traces formidables. Le sol des rues se trouvait, d'un bout а l'autre, inégalement bosselé. Sur les barricades en ruines, il restait des omnibus, des tuyaux de gaz, des roues de charrettes ; de petites flaques noires, en de certains endroits, devaient être du sang. Les maisons étaient criblées de projectiles, et leur charpente se montrait sous les écaillures du plâtre. Des jalousies, tenant par un clou, pendaient comme des haillons. Les escaliers ayant croulé, des portes s'ouvraient sur le vide. On apercevait l'intérieur des chambres avec leurs papiers en lambeaux ; des choses délicates s'y étaient conservées, quelquefois. Frédéric observa une pendule, un bâton de perroquet, des gravures.

Quand il entra dans la mairie, les gardes nationaux bavardaient intarissablement sur les morts de Bréa et de Négrier, du représentant Charbonnel et de l'archevêque de Paris. On disait que le duc d'Aumale était débarqué а Boulogne, Barbès, enfui de Vincennes, que l'artillerie arrivait de Bourges et que les secours de la province affluaient. Vers trois heures, quelqu'un apporta de bonnes nouvelles ; des parlementaires de l'émeute étaient chez le président de l'Assemblée.

Alors, on se réjouit ; et, comme il avait encore douze francs, Frédéric fit venir douze bouteilles de vin, espérant par lа hâter sa délivrance. Tout а coup, on crut entendre une fusillade. Les libations s'arrêtèrent ; on regarda l'inconnu avec des yeux méfiants ; ce pouvait être Henri VI.

Pour n'avoir aucune responsabilité, ils le transportèrent а la mairie du XIe arrondissement, d'où on ne lui permit pas de sortir avant neuf heures du matin.

Il alla en courant jusqu'au quai Voltaire. A une fenêtre ouverte, un vieillard en manches de chemise pleurait, les yeux levés. La Seine coulait paisiblement. Le ciel était tout bleu ; dans les arbres des Tuileries, des oiseaux chantaient.

Frédéric traversait le Carrousel quand une civière vint а passer. Le poste, tout de suite, présenta les armes, et l'officier dit en mettant la main а son shako : " Honneur au courage malheureux ! " Cette parole était devenue presque obligatoire ; celui qui la prononçait paraissait toujours solennellement ému. Un groupe de gens furieux escortait la civière, en criant :

-- " Nous vous vengerons ! nous vous vengerons ! "

Les voitures circulaient sur le boulevard, et des femmes devant les portes faisaient de la charpie. Cependant, l'émeute était vaincue, ou а peu près, une proclamation de Cavaignac, affichée tout а l'heure, l'annonçait. Au haut de la rue Vivienne, un peloton de mobiles apparut. Alors, les bourgeois poussèrent des cris d'enthousiasme ; ils levaient leurs chapeaux, applaudissaient, dansaient, voulaient les embrasser, leur offrir а boire ; -- et des fleurs jetées par des dames tombaient des balcons.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:37

Enfin, а dix heures, au moment où le canon grondait pour prendre le faubourg Saint-Antoine, Frédéric arriva chez Dussardier. Il le trouva dans sa mansarde, étendu sur le dos et dormant. De la pièce voisine une femme sortit а pas muets, Mlle Vatnaz.

Elle emmena Frédéric а l'écart, et lui apprit comment Dussardier avait reçu sa blessure.

Le samedi, au haut d'une barricade, dans la rue Lafayette, un gamin enveloppé d'un drapeau tricolore criait aux gardes nationaux : " Allez- vous tirer contre vos frères ! " Comme ils s'avançaient, Dussardier avait jeté bas son fusil, écarté les autres, bondi sur la barricade, et, d'un coup de savate, abattu l'insurgé en lui arrachant le drapeau. On l'avait retrouvé sous les décombres, la cuisse percée d'un lingot de cuivre. Il avait fallu débrider la plaie, extraire le projectile. Mlle Vatnaz était arrivée le soir même, et, depuis ce temps-lа, ne le quittait plus.

Elle préparait avec intelligence tout ce qu'il fallait pour les pansements, l'aidait а boire, épiait ses moindres désirs, allait et venait, plus légère qu'une mouche, et le contemplait avec des yeux tendres.

Frédéric, pendant deux semaines, ne manqua pas de revenir tous les matins ; un jour qu'il parlait du dévouement de la Vatnaz, Dussardier haussa les épaules.

-- " Eh non ! c'est par intérêt "

-- " Tu crois ? "

Il reprit : " J'en suis sûr ! " sans vouloir s'expliquer davantage.

Elle le comblait de prévenances, jusqu'а lui apporter les journaux où l'on exaltait sa belle action. Ces hommages paraissaient l'importuner. Il avoua même а Frédéric l'embarras de sa conscience.

Peut-être qu'il aurait dû se mettre de l'autre bord, avec les blouses ; car enfin on leur avait promis un tas de choses qu'on n'avait pas tenues. Leurs vainqueurs détestaient la République ; et puis, on s'était montré bien dur pour eux ! Ils avaient tort, sans doute, pas tout а fait, cependant ; et le brave garçon était torturé par cette idée qu'il pouvait avoir combattu la justice.

Sénécal, enfermé aux Tuileries sous la terrasse du bord de l'eau, n'avait rien de ces angoisses.

Ils étaient lа, neuf cents hommes, entassés dans l'ordure, pêle-mêle, noirs de poudre et de sang caillé, grelottant la fièvre, criant de rage ; et on ne retirait pas ceux qui venaient а mourir parmi les autres. Quelquefois, au bruit soudain d'une détonation, ils croyaient qu'on allait tous les fusiller ; alors, ils se précipitaient contre les murs, puis retombaient а leur place, tellement hébétés par la douleur, qu'il leur semblait vivre dans un cauchemar, une hallucination funèbre. La lampe suspendue а la voûte avait l'air d'une tache de sang ; et de petites flammes vertes et jaunes voltigeaient, produites par les émanations du caveau. Dans la crainte des épidémies, une commission fut nommée. Dès les premières marches, le président se rejeta en arrière, épouvanté par l'odeur des excréments et des cadavres. Quand les prisonniers s'approchaient d'un soupirail, les gardes nationaux qui étaient de faction -- pour les empêcher d'ébranler les grilles, fourraient des coups de baïonnette, au hasard, dans le tas.

Ils furent, généralement, impitoyables. Ceux qui ne s'étaient pas battus voulaient se signaler. C'était un débordement de peur. On se vengeait а la fois des journaux, des clubs, des attroupements, des doctrines, de tout ce qui exaspérait depuis trois mois ; et, en dépit de la victoire, l'égalité (comme pour le châtiment de ses défenseurs et la dérision de ses ennemis) se manifestait triomphalement, une égalité de bêtes brutes, un même niveau de turpitudes sanglantes ; car le fanatisme des intérêts équilibra les délires du besoin, l'aristocratie eut les fureurs de la crapule, et le bonnet de coton ne se montra pas moins hideux que le bonnet rouge. La raison publique était troublée comme après les grands bouleversements de la nature. Des gens d'esprit en restèrent idiots pour toute leur vie.

Le père Roque était devenu très brave, presque téméraire. Arrivé le 26 а Paris avec les Nogentais, au lieu de s'en retourner en même temps qu'eux, il avait été s'adjoindre а la garde nationale qui campait aux Tuileries ; et il fut très content d'être placé en sentinelle devant la terrasse du bord de l'eau. Au moins, lа, il les avait sous lui, ces brigands ! Il jouissait de leur défaite, de leur abjection, et ne pouvait se retenir de les invectiver.

Un d'eux, un adolescent а longs cheveux blonds, mit sa face aux barreaux en demandant du pain. M. Roque lui ordonna de se taire. Mais le jeune homme répétait d'une voix lamentable :

-- " Du pain ! "

-- " Est-ce que j'en ai, moi ? "

D'autres prisonniers apparurent dans le soupirail, avec leurs barbes hérissées, leurs prunelles flamboyantes, tous se poussant et hurlant :

-- " Du pain ! "

Le père Roque fut indigné de voir son autorité méconnue. Pour leur faire peur, il les mit en joue ; et, porté jusqu'а la voûte par le flot qui l'étouffait, le jeune homme, la tête en arrière, cria encore une fois :

-- " Du pain ! "

-- " Tiens ! en voilа ! " dit le père Roque, en lâchant son coup de fusil.

Il y eut un énorme hurlement, puis, rien. Au bord du baquet, quelque chose de blanc était resté.

Après quoi, M. Roque s'en retourna chez lui ; car il possédait, rue Saint- Martin, une maison où il s'était réservé un pied-а-terre ; et les dommages causés par l'émeute а la devanture de son immeuble n'avaient pas contribué médiocrement а le rendre furieux. Il lui sembla, en la revoyant, qu'il s'était exagéré le mal. Son action de tout а l'heure l'apaisait, comme une indemnité.

Ce fut sa fille elle-même qui lui ouvrit la porte. Elle lui dit, tout de suite, que son absence trop longue l'avait inquiétée ; elle avait craint un malheur, une blessure.

Cette preuve d'amour filial attendrit le père Roque. Il s'étonna qu'elle se fût mise en route sans Catherine.

-- " Je l'ai envoyée faire une commission " , répondit Louise.

Et elle s'informa de sa santé, de choses et d'autres ; puis, d'un air indifférent, lui demanda si par hasard il n'avait pas rencontré Frédéric.

-- " Non ! pas le moins du monde ! "

C'était pour lui seul qu'elle avait fait le voyage.

Quelqu'un marcha dans le corridor.

-- " Ah ! pardon... "

Et elle disparut.

Catherine n'avait point trouvé Frédéric. Il était absent depuis plusieurs jours, et son ami intime, M. Deslauriers, habitait maintenant la province.

Louise reparut toute tremblante, sans pouvoir parler.

Elle s'appuyait contre les meubles.

-- " Qu'as-tu ? qu'as-tu donc ? " s'écria son père.

Elle fit signe que ce n'était rien, et par un grand effort de volonté se remit.

Le traiteur d'en face apporta la soupe. Mais le père Roque avait subi une trop violente émotion. " Ça ne pouvait pas passer " , et il eut au dessert une espèce de défaillance. On envoya chercher vivement un médecin, qui prescrivit une potion. Puis, quand il fut dans son lit, M. Roque exigea le plus de couvertures possible, pour se faire suer. Il soupirait, il geignait.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:37

-- " Merci, ma bonne Catherine ! -- Baise ton pauvre père, ma poulette ! Ah ! ces révolutions ! "

Et, comme sa fille le grondait de s'être rendu malade en se tourmentant pour elle, il répliqua :

-- " Oui ! tu as raison ! Mais c'est plus fort que moi ! Je suis trop sensible ! "

Chapitre II. ------------------------------------------------------

Madame Dambreuse, dans son boudoir, entre sa nièce et Miss John, écoutait parler M. Roque, contant ses fatigues militaires.

Elle se mordait les lèvres, semblait souffrir.

-- " Oh ! ce n'est rien ! ça se passera ! "

Et, d'un air gracieux :

-- " Nous aurons а dоner une de vos connaissances, M. Moreau. "

Louise tressaillit.

-- " Puis seulement quelques intimes, Alfred de Cisy, entre autres. "

Et elle vanta ses manières, sa figure, et principalement ses moeurs.

Mme Dambreuse mentait moins qu'elle ne croyait ; le Vicomte rêvait le mariage. Il l'avait dit а Martinon, ajoutant qu'il était sûr de plaire а Mlle Cécile et que ses parents l'accepteraient.

Pour risquer une telle confidence, il devait avoir sur la dot des renseignements avantageux. Or, Martinon soupçonnait Cécile d'être la fille naturelle de M. Dambreuse ; et il eût été, probablement, très fort de demander sa main а tout hasard. Cette audace offrait des dangers ; aussi Martinon, jusqu'а présent, s'était conduit de manière а ne pas se compromettre ; d'ailleurs, il ne savait comment se débarrasser de la tante. Le mot de Cisy le détermina ; et il avait fait sa requête au banquier, lequel, n'y voyant pas d'obstacle, venait d'en prévenir Mme Dambreuse.

Cisy parut. Elle se leva, dit :

-- " Vous nous oubliez. Cécile, shake hands ! "

Au même moment, Frédéric entrait.

-- " Ah ! enfin ! on vous retrouve ! " s'écria le père Roque. " J'ai été trois fois chez vous, avec Louise, cette semaine ! "

Frédéric les avait soigneusement évités. Il allégua qu'il passait tous ses jours près d'un camarade blessé. Depuis longtemps, du reste, un tas de choses l'avaient pris ; et il cherchait des histoires. Heureusement, les convives arrivèrent : d'abord M. Paul de Grémonville, le diplomate entrevu au bal ; puis Fumichon, cet industriel dont le dévouement conservateur l'avait un soir scandalisé ; la vieille duchesse de Montreuil- Nantua les suivait.

Mais deux voix s'élevèrent dans l'antichambre.

-- " J'en suis certaine " , disait l'une.

-- " Chère belle dame ! chère belle dame ! " répondait l'autre, " de grâce, calmez-vous ! "

C'était M. de Nonancourt, un vieux beau, l'air momifié dans un cold- cream, et Mme de Larsillois, l'épouse d'un préfet de Louis-Philippe. Elle tremblait extrêmement, car elle avait entendu, tout а l'heure, sur un orgue, une polka qui était un signal entre les insurgés. Beaucoup de bourgeois avaient des imaginations pareilles ; on croyait que des hommes, dans les catacombes, allaient faire sauter le faubourg Saint- Germain ; des rumeurs s'échappaient des caves ; il se passait aux fenêtres des choses suspectes.

Tout le monde s'évertua cependant а tranquilliser Mme de Larsillois. L'ordre était rétabli. Plus rien а craindre. " Cavaignac nous a sauvés ! " Comme si les horreurs de l'insurrection n'eussent pas été suffisamment nombreuses, on les exagérait. Il y avait eu vingt-trois mille forçats du côté des socialistes, -- pas moins !

On ne doutait nullement des vivres empoisonnés, des mobiles sciés entre deux planches, et des inscriptions des drapeaux qui réclamaient le pillage, l'incendie.

-- " Et quelque chose de plus ! " ajouta l'ex-préfète.

-- " Ah ! chère ! " dit par pudeur Mme Dambreuse, en désignant d'un coup d'oeil les trois jeunes filles.

M. Dambreuse sortit de son cabinet avec Martinon. Elle détourna la tête, et répondit aux saluts de Pellerin qui s'avançait. L'artiste considérait les murailles, d'une façon inquiète. Le banquier le prit а part, et lui fit comprendre qu'il avait dû, pour le moment, cacher sa toile révolutionnaire.

-- " Sans doute ! " dit Pellerin, son échec au Club de l'Intelligence ayant modifié ses opinions.

M. Dambreuse glissa fort poliment qu'il lui commanderait d'autres travaux.

-- " Mais pardon !. -.. -- Ah ! cher ami ! quel bonheur ! "

Arnoux et Mme Arnoux étaient devant Frédéric.

Il eut comme un vertige. Rosanette, avec son admiration pour les soldats, l'avait agacé toute l'après-midi ; et le vieil amour se réveilla.

Le maоtre d'hôtel vint annoncer que Madame était servie. D'un regard, elle ordonna au Vicomte de prendre le bras de Cécile, dit tout bas а Martinon : " Misérable ! " et on passa dans la salle а manger.

Sous les feuilles vertes d'un ananas, au milieu de la nappe, une dorade s'allongeait, le museau tendu vers un quartier de chevreuil et touchant de sa queue un buisson d'écrevisses. Des figues, des cerises énormes, des poires et des raisins (primeurs de la culture parisienne) montaient en pyramides dans des corbeilles de vieux saxe ; une touffe de fleurs, par intervalles, se mêlait aux claires argenteries ; les stores de soie blanche, abaissés devant les fenêtres, emplissaient l'appartement d'une lumière douce ; il était rafraоchi par deux fontaines où il y avait des morceaux de glace ; et de grands domestiques en culotte courte servaient. Tout cela semblait meilleur après l'émotion des jours passés. On rentrait dans la jouissance des choses que l'on avait eu peur de perdre ; et Nonancourt exprima le sentiment général en disant :

-- " Ah ! espérons que MM. les républicains vont nous permettre de dоner ! "

-- " Malgré leur fraternité ! " ajouta spirituellement le père Roque.

Ces deux honorables étaient а la droite et а la gauche de Mme Dambreuse, ayant devant elle son mari, entre Mme de Larsillois, flanquée du diplomate et de la vieille duchesse, que Fumichon coudoyait. Puis venaient le peintre, le marchand de faïences, Mlle Louise ; et grâce а Martinon qui lui avait enlevé sa place pour se mettre auprès de Cécile, Frédéric se trouvait а côté de Mme Arnoux.

Elle portait une robe de barège noir, un cercle d'or au poignet et, comme le premier jour où il avait dоné chez elle, quelque chose de rouge dans les cheveux, une branche de fuchsia entortillée а son chignon. Il ne put s'empêcher de lui dire :

-- " Voilа longtemps que nous ne nous sommes vus ! "

-- " Ah ! " répliqua-t-elle froidement.

Il reprit, avec une douceur dans la voix qui atténuait l'impertinence de sa question :

-- " Avez-vous quelquefois pensé а moi ? "

-- " Pourquoi y penserais-je ? "

Frédéric fut blessé par ce mot.

-- " Vous avez peut-être raison, après tout. "

Mais, se repentant vite, il jura qu'il n'avait pas vécu un seul jour sans être ravagé par son souvenir.

-- " Je n'en crois absolument rien, monsieur. "

-- " Cependant, vous savez que je vous aime ! "

Mme Arnoux ne répondit pas.

-- " Vous savez que je vous aime. "

Elle se taisait toujours.

-- " Eh bien, va te promener ! " , se dit Frédéric.

Et, levant les yeux, il aperçut, а l'autre bout de la table, Mlle Roque.

Elle avait cru coquet de s'habiller tout en vert, couleur qui jurait grossièrement avec le ton de ses cheveux rouges. Sa boucle de ceinture était trop haute, sa collerette l'engonçait ; ce peu d'élégance avait contribué sans doute au froid abord de Frédéric. Elle l'observait de loin, curieusement ; et Arnoux, près d'elle, avait beau prodiguer les galanteries, il n'en pouvait tirer trois paroles, si bien que, renonçant а plaire, il écouta la conversation. Elle roulait maintenant sur les purées d'ananas du Luxembourg.

Louis Blanc, d'après Fumichon, possédait un hôtel rue Saint-Dominique et refusait de louer aux ouvriers.

-- " Moi, ce que je trouve drôle " , dit Nonancourt, " c'est Ledru-Rollin chassant dans les domaines de la Couronne ! "

-- " Il doit vingt mille francs а un orfèvre ! ajouta Cisy ; " et même on prétend... "

Mme Dambreuse l'arrêta.

-- " Ah ! que c'est vilain de s'échauffer pour la politique ! Un jeune homme, fi donc ! Occupez-vous plutôt de votre voisine ! "

Ensuite, les gens sérieux attaquèrent les journaux.

Arnoux prit leur défense ; Frédéric s'en mêla, les appelant des maisons de commerce pareilles aux autres. Leurs écrivains, généralement, étaient des imbéciles, ou des blagueurs ; il se donna pour les connaоtre, et combattait par des sarcasmes les sentiments généreux de son ami. Mme Arnoux ne voyait pas que c'était une vengeance contre elle.

Cependant, le Vicomte se torturait l'intellect afin de conquérir Mlle Cécile. D'abord, il étala des goûts d'artiste, en blâmant la forme des carafons et la gravure des couteaux. Puis il parla de son écurie, de son tailleur et de son chemisier ; enfin, il aborda le chapitre de la religion et trouva moyen de faire entendre qu'il accomplissait tous ses devoirs.

Martinon s'y prenait mieux. D'un train monotone, et en la regardant continuellement, il vantait son profil d'oiseau, sa fade chevelure blonde, ses mains trop courtes. La laide jeune fille se délectait sous cette averse de douceurs.

On n'en pouvait rien entendre, tous parlant très haut M. Roque voulait pour gouverner la France " un bras de fer " . Nonancourt regretta même que l'échafaud politique fût aboli. On aurait dû tuer en masse tous ces gredins-lа !
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:38

-- " Ce sont même des lâches " , dit Fumichon. " Je ne vois pas de bravoure а se mettre derrière les barricades ! " .

-- " A propos, parlez-nous donc de Dussardier ! " dit M. Dambreuse en se tournant vers Frédéric.

Le brave commis était maintenant un héros, comme Sallesse, les frères Jeanson, la femme Péquillet, etc.

Frédéric, sans se faire prier, débita l'histoire de son ami ; il lui en revint une espèce d'auréole.

On arriva, tout naturellement, а relater différents traits de courage. Suivant le diplomate, il n'était pas difficile d'affronter la mort, témoin ceux qui se battent en duel.

-- " On peut s'en rapporter au Vicomte " , dit Martinon.

Le Vicomte devint très rouge.

Les convives le regardaient ; et Louise, plus étonnée que les autres, murmura :

-- " Qu'est-ce donc ? "

-- " Il a calé devant Frédéric " , reprit tout bas Arnoux. " Vous savez quelque chose, mademoiselle ? " demanda aussitôt Nonancourt ; et il dit sa réponse а Mme Dambreuse, qui, se penchant un peu, se mit а regarder Frédéric.

Martinon n'attendit pas les questions de Cécile. Il lui apprit que cette affaire concernait une personne inqualifiable. La jeune fille se recula légèrement sur sa chaise, comme pour fuir le contact de ce libertin.

La conversation avait recommencé. Les grands vins de Bordeaux circulaient, -- on s'animait -- ; Pellerin en voulait а la Révolution а cause du musée espagnol, définitivement perdu. C'était ce qui l'affligeait le plus, comme peintre. A ce mot, M. Roque l'interpella.

-- " Ne seriez-vous pas l'auteur d'un tableau très remarquable ? "

-- " Peut-être ! Lequel ? "

-- " Cela représente une dame dans un costume. ma foi !... un peu... léger, avec une bourse et un paon derrière. "

Frédéric а son tour s'empourpra. Pellerin faisait semblant de ne pas entendre.

-- " Cependant c'est bien de vous ! Car il y a votre nom écrit au bas, et une ligne sur le cadre constatant que c'est la propriété de M. Moreau. "

Un jour que le père Roque et sa fille l'attendaient chez lui, ils avaient vu le portrait de la Maréchale. Le bonhomme l'avait même pris pour " un tableau gothique. " " .

-- " Non ! " dit Pellerin brutalement ; " c'est un portrait de femme. "

Martinon ajouta :

-- " D'une femme très vivante ! N'est-ce pas, Cisy ? "

-- " Eh ! je n'en sais rien. "

-- " Je croyais que vous la connaissiez. Mais du moment que ça vous fait de la peine, mille excuses ! "

Cisy baissa les yeux, prouvant par son embarras qu'il avait dû jouer un rôle pitoyable а l'occasion de ce portrait. Quant а Frédéric, le modèle ne pouvait être que sa maоtresse. Ce fut une de ces convictions qui se forment tout de suite, et les figures de l'assemblée la manifestaient clairement.

-- " Comme il me mentait ! " se dit Mme Arnoux.

-- " C'est donc pour cela qu'il m'a quittée ! " pensa Louise.

Frédéric s'imaginait que ces deux histoires pouvaient le compromettre ; et quand on fut dans le jardin, il en fit des reproches а Martinon.

L'amoureux de Mlle Cécile lui éclata de rire au nez.

-- " Eh ! pas du tout ! ça te servira ! Va de l'avant ! "

Que voulait-il dire ? D'ailleurs, pourquoi cette bienveillance si contraire а ses habitudes ? Sans rien expliquer, il s'en alla vers le fond, où les dames étaient assises. Les hommes se tenaient debout, et Pellerin, au milieu d'eux, émettait des idées. Ce qu'il y avait de plus favorable pour les arts, c'était une monarchie bien entendue. Les temps modernes le dégoûtaient, " quand ce ne serait qu'а cause de la garde nationale " , il regrettait le Moyen Age, Louis XIV ; M. Roque le félicita de ses opinions, avouant même qu'elles renversaient tous ses préjugés sur les artistes. Mais il s'éloigna presque aussitôt, attiré par la voix de Fumichon. Arnoux tâchait d'établir qu'il y a deux socialismes, un bon et un mauvais. L'industriel n'y voyait pas de différence, la tête lui tournant de colère au mot propriété.

-- " C'est un droit écrit dans la nature ! Les enfants tiennent а leurs joujoux ; tous les peuples sont de mon avis, tous les animaux ; le lion même, s'il pouvait parler, se déclarerait propriétaire ! Ainsi, moi, messieurs, j'ai commencé avec quinze mille francs de capital ! Pendant trente ans, savez-vous, je me levais régulièrement а quatre heures du matin ! J'ai eu un mal des cinq cents diables а faire ma fortune ! Et on viendra me soutenir que je n'en suis pas le maоtre, que mon argent n'est pas mon argent, enfin, que la propriété, c'est le vol ! "

-- " Mais Proudhon... "

-- " Laissez-moi tranquille, avec votre Proudhon ! S'il était lа, je crois que je l'étranglerais ! "

Il l'aurait étranglé. Après les liqueurs surtout, Fumichon ne se connaissait plus ; et son visage apoplectique était près d'éclater comme un obus.

-- " Bonjour, Arnoux " , dit Hussonnet, qui passa lestement sur le gazon.

Il apportait а M. Dambreuse la première feuille d'une brochure intitulée l'Hydre, le bohème défendant les intérêts d'un cercle réactionnaire, et le banquier le présenta comme tel а ses hôtes.

Hussonnet les divertit, en soutenant d'abord que les marchands de suif payaient trois cent quatre-vingt-douze gamins pour crier chaque soir : " Des lampions ! " puis en blaguant les principes de 89, l'affranchissement des nègres, les orateurs de la gauche ; il se lança même jusqu'а faire Prudhomme sur une barricade, peut-être par l'effet d'une jalousie naïve contre ces bourgeois qui avaient bien dоné. La charge plut médiocrement. Leurs figures s'allongèrent.

Ce n'était pas le moment de plaisanter, du reste ; Nonancourt le dit, en rappelant la mort de Monseigneur Affre et celle du général Bréa. Elles étaient toujours rappelées ; on en faisait des arguments. M. Roque déclara le trépas de l'Archevêque " tout ce qu'il y avait de plus sublime " ; Fumichon donnait la palme au militaire ; et, au lieu de déplorer simplement ces deux meurtres, on discuta pour savoir lequel devait exciter la plus forte indignation. Un second parallèle vint après, celui de Lamoricière et de Cavaignac, M. Dambreuse exaltant Cavaignac et Nonancourt Lamoricière. Personne de la compagnie, sauf Arnoux, n'avait pu les voir а l'oeuvre. Tous n'en formulèrent pas moins sur leurs opérations un jugement irrévocable. Frédéric s'était récusé, confessant qu'il n'avait pas pris les armes. Le diplomate et M. Dambreuse lui firent un signe de tête approbatif. En effet, avoir combattu l'émeute, c'était avoir défendu la République. Le résultat, bien que favorable, la consolidait ; et, maintenant qu'on était débarrassé des vaincus, on souhaitait l'être des vainqueurs.

A peine dans le jardin, Mme Dambreuse, prenant Cisy, l'avait gourmandé de sa maladresse ; а la vue de Martinon, elle le congédia, puis voulut savoir de son futur neveu la cause de ses plaisanteries sur le Vicomte.

-- " Il n'y en a pas. "

-- " Et tout cela comme pour la gloire de M. Moreau ! Dans quel but ? "

-- " Dans aucun. Frédéric est un charmant garçon. Je l'aime beaucoup. "

-- " Et moi aussi ! Qu'il vienne ! Allez le chercher ! "

Après deux ou trois phrases banales, elle commença par déprécier légèrement ses convives, ce qui était le mettre au-dessus d'eux. Il ne manqua pas de dénigrer un peu les autres femmes, manière habile de lui adresser des compliments. Mais elle le quittait de temps en temps, c'était soir de réception, des dames arrivaient ; puis elle revenait а sa place, et la disposition toute fortuite des sièges leur permettait de n'être pas entendus.

Elle se montra enjouée, sérieuse, mélancolique et raisonnable. Les préoccupations du jour l'intéressaient médiocrement ; il y avait tout un ordre de sentiments moins transitoires. Elle se plaignit des poètes qui dénaturent la vérité, puis elle leva les yeux vers le ciel, en lui demandant le nom d'une étoile.

On avait mis dans les arbres deux ou trois lanternes chinoises ; le vent les agitait, des rayons colorés tremblaient sur sa robe blanche. Elle se tenait, comme d'habitude, un peu en arrière dans son fauteuil, avec un tabouret devant elle ; on apercevait la pointe d'un soulier de satin noir ; et Mme Dambreuse, par intervalles, lançait une parole plus haute, quelquefois même un rire.

Ces coquetteries n'atteignaient pas Martinon, occupé de Cécile ; mais elles allaient frapper la petite Roque, qui causait avec Mme. Arnoux. C'était la seule, parmi ces femmes, dont les manières ne lui semblaient pas dédaigneuses. Elle était venue s'asseoir а côté d'elle ; puis, cédant а un besoin d'épanchement :

-- " N'est-ce pas qu'il parle bien, Frédéric Moreau ? "

-- " Vous le connaissez ? "

-- " Oh ! beaucoup ! Nous sommes voisins. Il m'a fait jouer toute petite. "

Mme Arnoux lui jeta un long regard qui signifiait : " Vous ne l'aimez pas, j'imagine ? "

Celui de la jeune fille répliqua sans trouble : -- " Si ! "

-- " Vous le voyez souvent, alors ? "

-- " Oh ! non ! seulement quand il vient chez sa mère. Voilа dix mois qu'il n'est venu ! Il avait promis cependant d'être plus exact. "

-- " Il ne faut pas trop croire aux promesses des hommes, mon enfant.

-- " Mais il ne m'a pas trompée, moi ! "

-- " Comme d'autres ! "

Louise frissonna : " Est-ce que, par hasard, il lui aurait aussi promis quelque chose, а elle ? " et sa figure était crispée de défiance et de haine.

Mme Arnoux en eut presque peur ; elle aurait voulu rattraper son mot. Puis, toutes deux se turent.

Comme Frédéric se trouvait en face, sur un pliant, elles le considéraient, l'une avec décence, du coin des paupières, l'autre franchement, la bouche ouverte, si bien que Mme Dambreuse lui dit :

-- " Tournez-vous donc, pour qu'elle vous voie ! "

-- " Qui cela ? "

-- " Mais la fille de M. Roque ! "

Et elle le plaisanta sur l'amour de cette jeune provinciale. Il s'en défendait, en tâchant de rire.

-- " Est-ce croyable ! je vous le demande ! Une laideron pareille ! "

Cependant, il éprouvait un plaisir de vanité immense. Il se rappelait l'autre soirée, celle dont il était sorti, le coeur plein d'humiliations ; et il respirait largement ; il se sentait dans son vrai milieu, presque dans son domaine, comme si tout cela, y compris l'hôtel Dambreuse, lui avait appartenu. Les dames formaient un demi-cercle en l'écoutant ; et, afin de briller, il se prononça pour le rétablissernment du divorce, qui devait être facile jusqu'а pouvoir se quitter et se reprendre indéfiniment, tant qu'on voudrait. Elles se récrièrent ; d'autres chuchotaient ; il y avait de petits éclats de voix dans l'ombre, au pied du mur couvert d'aristoloches. C'était comme un caquetage de poules en gaieté ; et il développait sa théorie, avec cet aplomb que la conscience du succès procure. Un domestique apporta dans la tonnelle un plateau chargé de glaces. Les messieurs s'en rapprochèrent. Ils causaient des arrestations.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:38

Alors, Frédéric se vengea du Vicomte en lui faisant accroire qu'on allait peut-être le poursuivre comme légitimiste. L'autre objectait qu'il n'avait pas bougé de sa chambre ; son adversaire accumula les chances mauvaises ; MM. Dambreuse et de Grémonville eux-mêmes s'amusaient. Puis ils complimentèrent Frédéric, tout en regrettant qu'il n'employât pas ses facultés а la défense de l'ordre ; et leur poignée de main fut cordiale ; il pouvait désormais compter sur eux. Enfin, comme tout le monde s'en allait, le Vicomte s'inclina très bas devant Cécile :

-- " Mademoiselle, j'ai bien l'honneur de vous souhaiter le bonsoir. "

Elle répondit d'un ton sec :

-- " Bonsoir ! " Mais elle envoya un sourire а Martinon.

Le père Roque, pour continuer sa discussion avec Arnoux, lui proposa de le reconduire " ainsi que madame " , leur route étant la même. Louise et Frédéric marchaient devant. Elle avait saisi son bras ; et, quand elle fut un peu loin des autres :

-- " Ah ! enfin ! enfin ! Ai-je assez souffert toute la soirée ! Comme ces femmes sont méchantes ! Quels airs de hauteur ! "

Il voulut les défendre.

-- " D'abord, tu pouvais bien me parler en entrant, depuis un an que tu n'es venu ! "

-- " Il n'y a pas un an " , dit Frédéric, heureux de la reprendre sur ce détail pour esquiver les autres.

-- " Soit ! Le temps m'a paru long, voilа tout ! Mais, pendant cet abominable dоner, c'était а croire que tu avais honte de moi ! Ah ! je comprends, je n'ai pas ce qu'il faut pour plaire, comme elles. "

-- " Tu te trompes " , dit Frédéric.

-- " Vraiment ! Jure-moi que tu n'en aimes aucune ? "

Il jura.

-- " Et c'est moi seule que tu aimes ? "

-- " Parbleu ! "

Cette assurance la rendit gaie. Elle aurait voulu se perdre dans les rues, pour se promener ensemble toute la nuit.

-- " J'ai été si tourmentée lа-bas ! On ne parlait que de barricades ! Je te voyais tombant sur le dos, couvert de sang ! Ta mère était dans son lit avec ses rhumatismes. Elle ne savait rien. Il fallait me taire ! Je n'y tenais plus ! Alors, j'ai pris Catherine. "

Et elle lui conta son départ, toute sa route, et le mensonge fait а son père.

-- " Il me ramène dans deux jours. Viens demain soir, comme par hasard, et profites-en pour me demander en mariage. "

Jamais Frédéric n'avait été plus loin du mariage. D'ailleurs, Mlle Roque lui semblait une petite personne assez ridicule. Quelle différence avec une femme comme Mme Dambreuse ! Un bien autre avenir lui était réservé. Il en avait la certitude aujourd'hui ; aussi n'était-ce pas le moment de s'engager, par un coup de coeur, dans une détermination de cette importance. Il fallait maintenant être positif ; -- et puis il avait revu Mme Arnoux. Cependant la franchise de Louise l'embarrassait.

Il répliqua :

-- " As-tu bien réfléchi а cette démarche ? "

-- " Comment ! " s'écria-t-elle, glacée de surprise et d'indignation.

Il dit que se marier actuellement serait une folie.

-- " Ainsi tu ne veux pas de moi ? "

-- " Mais tu ne me comprends pas ! "

Et il se lança dans un verbiage très embrouillé, pour lui faire entendre qu'il était retenu par des considérations majeures, qu'il avait des affaires а n'en plus finir, que même sa fortune était compromise (Louise tranchait tout, d'un mot net), enfin, que les circonstances politiques s'y opposaient. Donc, le plus raisonnable était de patienter quelque temps. Les choses s'arrangeraient, sans doute ; du moins, il l'espérait ; et, comme il ne trouvait plus de raisons, il feignit de se rappeler brusquement qu'il aurait dû être depuis deux heures chez Dussardier.

Puis, ayant salué les autres, il s'enfonça dans la rue Hauteville, fit le tour du Gymnase, revint sur le boulevard, et monta en courant les quatre étages de Rosanette.

M. et Mme Arnoux quittèrent le père Roque et sa fille, а l'entrée de la rue Saint-Denis. Ils s'en retournèrent sans rien dire ; lui, n'en pouvant plus d'avoir bavardé, et elle, éprouvant une grande lassitude ; elle s'appuyait même sur son épaule. C'était le seul homme qui eût montré pendant la soirée des sentiments honnêtes. Elle se sentit pour lui pleine d'indulgence. Cependant, il gardait un peu de rancune contre Frédéric.

-- " As-tu vu sa mine, lorsqu'il a été question du portrait ? Quand je te disais qu'il est son amant ? Tu ne voulais pas me croire ! "

-- " Oh ! oui, j'avais tort ! "

Arnoux, content de son triomphe, insista.

-- " Je parie même qu'il nous a lâchés, tout а l'heure, pour aller la rejoindre ! Il est maintenant chez elle, va ! Il y passe la nuit. "

Mme Arnoux avait rabattu sa capeline très bas.

-- " Mais tu trembles ! "

-- " C'est que j'ai froid " , reprit-elle.

Dès que son père fut endormi, Louise entra dans la chambre de Catherine, et, la secouant par l'épaule :

-- " Lève-toi ! vite ! plus vite ! et va me chercher un fiacre. "

Catherine lui répondit qu'il n'y en avait plus а cette heure.

-- " Tu vas m'y conduire toi-même, alors ? "

-- " Où donc ? "

-- " Chez Frédéric ! "

-- " Pas possible ! A cause ? "

C'était pour lui parler. Elle ne pouvait attendre. Elle voulait le voir tout de suite.

-- " Y pensez-vous ! Se présenter comme ça dans une maison au milieu de la nuit ! D'ailleurs, а présent, il dort ! "

-- " Je le réveillerai ! "

-- " Mais ce n'est pas convenable pour une demoiselle ! "

-- " Je ne suis pas une demoiselle ! Je suis sa femme ! Je l'aime ! Allons, mets ton châle. "

Catherine, debout au bord de son lit, réfléchissait. Elle finit par dire :

-- " Non ! je ne veux pas ! "

-- " Eh bien reste ! Moi, j'y vais ! "

Louise glissa comme une couleuvre dans l'escalier. Catherine s'élança par derrière, la rejoignit sur le trottoir. Ses représentations furent inutiles ; et elle la suivait, tout en achevant de nouer sa camisole. Le chemin lui parut extrêmement long. Elle se plaignait de ses vieilles jambes.

-- " Après ça, moi, je n'ai pas ce qui vous pousse, dame ! "

Puis elle s'attendrissait.

-- " Pauvre coeur ! Il n'y a encore que ta Catau, vois-tu ! "

Des scrupules, de temps en temps, la reprenaient.

-- " Ah ! vous me faites faire quelque chose de joli ! Si votre père se réveillait ! Seigneur Dieu ! Pourvu qu'un malheur n'arrive pas ! "

Devant le théâtre des Variétés, une patrouille de gardes nationaux les arrêta. Louise dit tout de suite qu'elle allait avec sa bonne dans la rue Rumfort chercher un médecin. On les laissa passer.

Au coin de la Madeleine, elles rencontrèrent une seconde patrouille ; et, Louise ayant donné la même explication, un des citoyens reprit :

-- " Est-ce pour une maladie de neuf mois, ma petite chatte ? "

-- " Gougibaud ! " s'écria le capitaine, " pas de polissonneries dans les rangs ! -- Mesdames, circulez ! "

Malgré l'injonction, les traits d'esprit continuèrent :

-- " Bien du plaisir ! "

-- " Mes respects au docteur ! "

-- " Prenez garde au loup ! "

-- " Ils aiment а rire " , remarqua tout haut Catherine.

-- " C'est jeune ! "

Enfin, elles arrivèrent chez Frédéric. Louise tira la sonnette avec vigueur, plusieurs fois. La porte s'entrebâilla ; et le concierge répondit а sa demande :

-- " Non ! "

-- " Mais il doit être couché ? "

-- " Je vous dis que non ! Voilа près de trois mois qu'il ne couche pas chez lui ! "

Et le petit carreau de la loge retomba nettement, comme une guillotine. Elles restaient dans l'obscurité, sous la voûte. Une voix furieuse leur cria :

-- " Sortez donc ! "

La porte se rouvrit ; elles sortirent.

Louise fut obligée de s'asseoir sur une borne ; et elle pleura, la tête dans ses mains, abondamment, de tout son coeur. Le jour se levait, des charrettes passaient.

Catherine la ramena en la soutenant, en la baisant, en lui disant toutes sortes de bonnes choses tirées de son expérience. Il ne fallait pas se faire tant de mal pour les amoureux. Si celui-lа manquait, elle en trouverait d'autres !
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:39

Chapitre III. ------------------------------------------------------

Quand l'enthousiasme de Rosanette pour les gardes mobiles se fut calmé, elle redevint plus charmante que jamais, et Frédéric prit l'habitude insensiblement de vivre chez elle.

Le meilleur de la journée, c'était le matin sur leur terrasse. En caraco de batiste et pieds nus dans ses pantoufles, elle allait et venait autour de lui, nettoyait la cage de ses serins, donnait de l'eau а ses poissons rouges, et jardinait avec une pelle а feu dans la caisse remplie de terre, d'où s'élevait un treillage de capucines garnissant le mur. Puis, accoudés sur leur balcon, ils regardaient ensemble les voitures, les passants ; et on se chauffait au soleil, on faisait des projets pour la soirée. Il s'absentait, pendant deux heures tout au plus ; ensuite, ils allaient dans un théâtre quelconque, aux avant-scènes ; et Rosanette, un gros bouquet de fleurs а la main, écoutait les instruments, tandis que Frédéric, penché а son oreille, lui contait des choses joviales ou galantes. D'autres fois, ils prenaient une calèche pour les conduire au bois de Boulogne ; ils se promenaient tard, jusqu'au milieu de la nuit. Enfin, ils s'en revenaient par l'Arc de Triomphe et la grande avenue, en humant l'air, avec les étoiles sur leur tête, et, jusqu'au fond de la perspective, tous les becs de gaz alignés comme un double cordon de perles lumineuses.

Frédéric l'attendait toujours quand ils devaient sortir ; elle était fort longue а disposer autour de son menton les deux rubans de sa capote ; et elle se souriait а elle-même, devant son armoire а glace. Puis elle passait son bras sur le sien et le forçant а se mirer près d'elle :

-- " Nous faisons bien comme cela, tous les deux côte а côte ! Ah ! pauvre amour, je te mangerais ! "

Il était maintenant sa chose, sa propriété. Elle en avait sur le visage un rayonnement continu, en même temps qu'elle paraissait plus langoureuse de manières, plus ronde dans ses formes ; et, sans pouvoir dire de quelle façon, il la trouvait changée, cependant.

Un jour, elle lui apprit comme une nouvelle très importante que le sieur Arnoux venait de monter un magasin de blanc а une ancienne ouvrière de sa fabrique ; il y venait tous les soirs, " dépensait beaucoup, pas plus tard que l'autre semaine, il lui avait même donné un ameublement de palissandre. "

-- " Comment le sais-tu ? " dit Frédéric.

-- " Oh ! j'en suis sûre ! "

Delphine, exécutant ses ordres, avait pris des informations. Elle aimait donc bien Arnoux, pour s'en occuper si fortement ! Il se contenta de lui répondre :

-- " Qu'est-ce que cela te fait ? "

Rosanette eut l'air surprise de cette demande.

-- " Mais la canaille me doit de l'argent ! N'est-ce pas abominable de le voir entretenir des gueuses ? "

Puis, avec une expression de haine triomphante :

-- " Au reste, elle se moque de lui joliment ! Elle a trois autres particuliers. Tant mieux ! et qu'elle le mange jusqu'au dernier liard, j'en serai contente ! "

Arnoux, en effet, se laissait exploiter par la Bordelaise, avec l'indulgence des amours séniles.

Sa fabrique ne marchait plus ; l'ensemble de ses affaires était pitoyable ; si bien que, pour les remettre а flot, il pensa d'abord а établir un café chantant, où l'on n'aurait chanté rien que des oeuvres patriotiques ; le ministre lui accordant une subvention, cet établissement serait devenu tout а la fois un foyer de propagande et une source de bénéfices. La direction du Pouvoir ayant changé, c'était une chose impossible. Maintenant, il rêvait une grande chapellerie militaire. Les fonds lui manquaient pour commencer.

Il n'était pas plus heureux dans son intérieur domestique. Mme Arnoux se montrait moins douce pour lui, parfois même un peu rude. Marthe se rangeait toujours du côté de son père. Cela augmentait le désaccord, et la maison devenait intolérable. Souvent, il en partait dès le matin, passait sa journée а faire de longues courses, pour s'étourdir, puis dоnait dans un cabaret de campagne, en s'abandonnant а ses réflexions.

L'absence prolongée de Frédéric troublait ses habitudes. Donc, il parut, une après-midi, le supplia de venir le voir comme autrefois, et en obtint la promesse.

Frédéric n'osait retourner chez Mme Arnoux. Il lui semblait l'avoir trahie. Mais cette conduite était bien lâche. Les excuses manquaient. Il faudrait en finir par lа ! et, un soir, il se mit en marche.

Comme la pluie tombait, il venait d'entrer dans le passage Jouffroy quand, sous la lumière des devantures, un gros petit homme en casquette l'aborda. Frédéric n'eut pas de peine а reconnaоtre Compain, cet orateur dont la motion avait causé tant de rires au club. Il s'appuyait sur le bras d'un individu affublé d'un bonnet rouge de zouave, la lèvre supérieure très longue, le teint jaune comme une orange, la mâchoire couverte d'une barbiche, et qui le contemplait avec de gros yeux, lubrifiés d'admiration.

Compain, sans doute, en était fier, car il dit :

-- " Je vous présente ce gaillard-lа ! C'est un bottier de mes amis, un patriote ! Prenons-nous quelque chose ? "

Frédéric l'ayant remercié, il tonna immédiatement contre la proposition Rateau, une manoeuvre des aristocrates. Pour en finir, il fallait recommencer 93 ! Puis, il s'informa de Regimbart et de quelques autres, aussi fameux, tels que Masselin, Sanson, Lecornu, Maréchal, et un certain Deslauriers, compromis dans l'affaire des carabines interceptées dernièrement а Troyes.

Tout cela était nouveau pour Frédéric. Compain n'en savait pas davantage. Il le quitta, en disant :

-- " A bientôt, n'est-ce pas, car vous en êtes ? "

-- " De quoi ? "

-- " De la tête de veau "

-- " Quelle tête de veau ? "

-- " Ah ! farceur ! " reprit Compain, en lui donnant une tape sur le ventre.

Et les deux terroristes s'enfoncèrent dans un café.

Dix minutes après, Frédéric ne songeait plus а Deslauriers. Il était sur le trottoir de la rue Paradis, devant une maison ; et il regardait au second étage, derrière des rideaux, la lueur d'une lampe.

Enfin, il monta l'escalier.

-- " Arnoux y est-il ? "

La femme de chambre répondit :

-- " Non ! mais entrez tout de même. "

Et, ouvrant brusquement une porte :

-- " Madame, c'est M. Moreau ! "

Elle se leva plus pâle que sa collerette. Elle tremblait.

-- " Qui me vaut l'honneur. d'une visite. aussi imprévue ? "

-- " Rien ! Le plaisir de revoir d'anciens amis ! "

Et, tout en s'asseyant :

-- " Comment va ce bon Arnoux ? "

-- " Parfaitement ! Il est sorti. "

-- " Ah ! je comprends ! toujours ses vieilles habitudes du soir ; un peu de distraction ! "

-- " Pourquoi pas ? Après une journée de calculs, la tête a besoin de se reposer ! "

Elle vanta même son mari, comme travailleur. Cet éloge irritait Frédéric ; et, désignant sur ses genoux un morceau de drap noir, avec des soutaches bleues :

-- " Qu'est-ce que vous faites lа ? "

-- " Une veste que j'arrange pour ma fille. "

-- " A propos, je ne l'aperçois pas, où est-elle donc ? "

-- " Dans une pension " , reprit Mme Arnoux.

Des larmes lui vinrent aux yeux ; elle les retenait, en poussant son aiguille rapidement. Il avait pris par contenance un numéro de l' Illustration , sur la table, près d'elle.

-- " Ces caricatures de Cham sont très drôles, n'est-ce pas ? "

-- " Oui. "

Puis ils retombèrent dans leur silence.

Une rafale ébranla tout а coup les carreaux.

-- " Quel temps ! " dit Frédéric.

-- " En effet ; c'est bien aimable d'être venu par cette horrible pluie ! "

-- " Oh ! moi, je m'en moque ! Je ne suis pas comme ceux qu'elle empêche, sans doute, d'aller а leurs rendez-vous ! "

-- " Quels rendez-vous ? " demanda-t-elle naïvement.

-- " Vous ne vous rappelez pas ? "

Un frisson la saisit, et elle baissa la tête.

Il lui posa doucement la main sur le bras.

-- " Je vous assure que vous m'avez fait bien souffrir ! "

Elle reprit, avec une sorte de lamentation dans la voix :

-- " : -- Mais j'avais peur pour mon enfant ! "

Elle lui conta la maladie du petit Eugène et toutes les angoisses de cette journée.

-- " Merci ! merci ! Je ne doute plus ! je vous aime comme toujours ! "

-- " Eh non ! ce n'est pas vrai ! "

-- " Pourquoi ? "

Elle le regarda froidement.

-- " Vous oubliez l'autre ! Celle que vous promenez aux courses ! La femme dont vous avez le portrait, votre maоtresse ! "

-- " Eh bien, oui ! " s'écria Frédéric, " Je ne nie rien. Je suis un misérable ! écoutez-moi ! "

S'il l'avait eue, c'était par désespoir, comme on se suicide. Du reste, il l'avait rendue fort malheureuse, pour se venger sur elle de sa propre honte. " Quel supplice ! Vous ne comprenez pas ? "
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:40

Mme Arnoux tourna son beau visage, en lui tendant la main ; et ils fermèrent les yeux, absorbés dans une ivresse qui était comme un bercement doux et infini. Puis ils restèrent а se contempler, face а face, l'un près de l'autre.

-- " Est-ce que vous pouviez croire que je ne vous aimais plus ? "

Elle répondit, d'une voix basse, pleine de caresses :

-- " Non ! en dépit de tout, je sentais au fond de mon coeur que cela était impossible et qu'un jour l'obstacle entre nous deux s'évanouirait !

-- " Moi aussi ! et j'avais des besoins de vous revoir, а en mourir ! "

-- " Une fois " , reprit-elle, " dans le Palais-Royal, j'ai suis passé а côté de vous ! "

-- " Vraiment ? "

Et il lui dit le bonheur qu'il avait eu en la retrouvant chez les Dambreuse.

-- " Mais comme je vous détestais le soir, en sortant de lа ! "

-- " Pauvre garçon ! "

-- " Ma vie est si triste. "

-- " Et la mienne !... S'il n'y avait que les chagrins, les inquiétudes, les humiliations, tout ce que j'endure comme épouse et comme mère, puisqu'on doit mourir, je ne me plaindrais pas ; ce qu'il y a d'affreux, c'est ma solitude, sans personne... "

-- " Mais je suis lа, moi ! "

-- " Oh ! oui ! "

Un sanglot de tendresse l'avait soulevée. Ses bras s'écartèrent ; et ils s'étreignirent debout, dans un long baiser.

Un craquement se fit sur le parquet. Une femme était près d'eux, Rosanette. Mme Arnoux l'avait reconnue ; ses yeux, ouverts démesurément, l'examinaient, tout pleins de surprise et d'indignation. Enfin, Rosanette lui dit :

-- " Je viens parler а M. Arnoux, pour affaires. "

-- " I1 n'y est pas, vous le voyez. "

-- " Ah ! c'est vrai ! " reprit la Maréchale, " votre bonne avait raison ! Mille excuses ! "

Et, se tournant vers Frédéric :

-- " Te voilа ici, toi ? "

Ce tutoiement, donné devant elle, fit rougir Mme Arnoux, comme un soufflet en plein visage.

-- " Il n'y est pas, je vous le répète ! "

Alors, la Maréchale, qui regardait çа et lа, dit tranquillement :

-- " Rentrons-nous ? J'ai un fiacre, en bas. "

Il faisait semblant de ne pas entendre.

-- " Allons, viens ! "

-- " Ah ! oui ! c'est une occasion ! Partez ! partez ! " dit Mme Arnoux.

Ils sortirent. Elle se pencha sur la rampe pour les voir encore ; et un rire aigu, déchirant, tomba sur eux, du haut de l'escalier. Frédéric poussa Rosanette dans le fiacre, se mit en face d'elle, et, pendant toute la route, ne prononça pas un mot.

L'infamie dont le rejaillissement l'outrageait, c'était lui-même qui en était la cause. Il éprouvait tout а la fois la honte d'une humiliation écrasante et le regret de sa félicité ; quand il allait enfin la saisir, elle était devenue irrévocablement impossible ! -- et par la faute de celle-lа, de cette fille, de cette catin. Il aurait voulu l'étrangler ; il étouffait. Rentrés chez eux, il jeta son chapeau sur un meuble, arracha sa cravate.

-- " Ah ! tu viens de faire quelque chose de propre, avoue-le ! "

Elle se campa fièrement devant lui.

-- " Eh bien, après ? Où est le mal ? "

-- " Comment ! Tu m'espionnes ? "

-- " Est-ce ma faute ? Pourquoi vas-tu te divertir chez les femmes honnêtes ? "

-- " N'importe ! Je ne veux pas que tu les insultes. "

-- " En quoi l'ai-je insultée ? "

Il n'eut rien а répondre ; et, d'un accent plus haineux :

-- " Mais, l'autre fois, au Champ-de-Mars... "

-- " Ah ! tu nous ennuies avec tes anciennes ! "

-- " Misérable ! "

Il leva le poing.

-- " Ne me tue pas ! Je suis enceinte ! "

Frédéric se recula.

-- " Tu mens ! "

-- " Mais regarde-moi ! "

Elle prit un flambeau, et, montrant son visage :

-- " T'y connais-tu ? "

De petites taches jaunes maculaient sa peau, qui était singulièrement bouffie. Frédéric ne nia pas l'évidence. Il alla ouvrir la fenêtre, fit quelques pas de long en large, puis s'affaissa dans un fauteuil.

Cet événement était une calamité, qui d'abord ajournait leur rupture, -- et puis bouleversait tous ses projets. L'idée d'être père, d'ailleurs, lui paraissait grotesque, inadmissible. Mais pourquoi ? Si, au lieu de la Maréchale ?... Et sa rêverie devint tellement profonde, qu'il eut une sorte d'hallucination. Il voyait lа, sur le tapis, devant la cheminée, une petite fille. Elle ressemblait а Mme Arnoux et а lui-même, un peu ; -- brune et blanche, -- avec des yeux noirs, de très grands sourcils, un ruban rose dans ses cheveux bouclants ! (Oh ! comme il l'aurait aimée !) Et il lui semblait entendre sa voix : " Papa ! papa ! "

Rosanette, qui venait de se déshabiller, s'approcha de lui, aperçut une larme а ses paupières, et le baisa sur le front, gravement. Il se leva, en disant :

-- " Parbleu ! On ne le tuera pas, ce marmot !

Alors, elle bavarda beaucoup. Ce serait un garçon, bien sûr ! On l'appellerait Frédéric. Il fallait commencer son trousseau ; -- et, en la voyant si heureuse, une pitié le prit. Comme il ne ressentait, maintenant, aucune colère, il voulut savoir la raison de sa démarche, tout а l'heure.

C'est que Mlle Vatnaz lui avait envoyé, ce jour-lа même, un billet protesté depuis longtemps ; et elle avait couru chez Arnoux pour avoir de l'argent.

-- " Je t'en aurais donné ! " dit Frédéric.

-- " C'était plus simple de prendre lа-bas ce qui m'appartient, et de rendre а l'autre ses mille francs.

" -- " -- Est-ce au moins tout ce que tu lui dois ? " Elle répondit :

-- " Certainement ! "

Le lendemain, а neuf heures du soir (heure indiquée par le portier), Frédéric se rendit chez Mlle Vatnaz.

Il se cogna dans l'antichambre contre les meubles entassés. Mais un bruit de voix et de musique le guidait. Il ouvrit une porte et tomba au milieu d'un raout. Debout, devant le piano que touchait une demoiselle en lunettes, Delmar, sérieux comme un pontife, déclamait une poésie humanitaire sur la prostitution ; et sa voix caverneuse roulait, soutenue par les accords plaqués. Un rang de femmes occupait la muraille, vêtues généralement de couleurs sombres, sans col de chemises ni manchettes. Cinq ou six hommes, tous des penseurs, étaient çа et lа, sur des chaises. Il y avait dans un fauteuil un ancien fabuliste, une ruine ; -- et l'odeur âcre de deux lampes se mêlait а l'arôme du chocolat, qui emplissait des bols encombrant la table а jeu.

Mlle Vatnaz, une écharpe orientale autour des reins, se tenait а un coin de la cheminée. Dussardier était а l'autre bout, en face ; il avait l'air un peu embarrassé de sa position. D'ailleurs, ce milieu artistique l'intimidait.

La Vatnaz en avait-elle fini avec Delmar ? non, peut-être. Cependant, elle semblait jalouse du brave commis ; et, Frédéric ayant réclamé d'elle un mot d'entretien, elle lui fit signe de passer avec eux dans sa chambre. Quand les mille francs furent alignés, elle demanda, en plus, les intérêts.

-- " Ça n'en vaut pas la peine " , dit Dussardier.

-- " Tais-toi donc ! "

Cette lâcheté d'un homme si courageux fut agréable а Frédéric comme une justification de la sienne. Il rapporta le billet, et ne reparla jamais de l'esclandre de chez Mme Arnoux. Mais, dès lors, toutes les défectuosités de la Maréchale lui apparurent.

Elle avait un mauvais goût irrémédiable, une incompréhensible paresse, une ignorance de sauvage, jusqu'а considérer comme très célèbre le docteur Desrogis ; et elle était fière de le recevoir, lui et son épouse, parce que c'étaient " des gens mariés " . Elle régentait d'un air pédantesque sur les choses de la vie Mlle Irma, pauvre petite créature douée d'une petite voix, ayant pour protecteur un monsieur " très bien " , ex-employé dans les douanes, et fort aux tours de cartes ; Rosanette l'appelait " mon gros loulou " . Frédéric ne pouvait souffrir, non plus, la répétition de ses mots bêtes tels que " Du flan ! A Chaillot ! " On n'a jamais pu savoir, etc. " , et elle s'obstinait а épousseter le matin ses bibelots avec une paire de vieux gants blancs ! Il était révolté surtout par ses façons envers sa bonne, -- dont les gages étaient sans cesse arriérés, et qui même lui prêtait de l'argent. Les jours qu'elles réglaient leurs comptes, elles se chamaillaient comme deux poissardes, puis on se réconciliait en s'embrassant. Le tête-а-tête devenait triste. Ce fut un soulagement pour lui, quand les soirées de Mme Dambreuse recommencèrent.

Celle-lа, au moins, l'amusait ! Elle savait les intrigues du monde, les mutations d'ambassadeurs, le personnel des couturières ; et, s'il lui échappait des lieux communs, c'était dans une formule tellement convenue, que sa phrase pouvait passer pour une déférence ou pour une ironie. Il fallait la voir au milieu de vingt personnes qui causaient, n'en oubliant aucune, amenant les réponses qu'elle voulait, évitant les périlleuses ! Des choses très simples, racontées par elle, semblaient des confidences ; le moindre de ses sourires faisait rêver ; son charme enfin, comme l'exquise odeur qu'elle portait ordinairement, était complexe et indéfinissable. Frédéric, dans sa compagnie, éprouvait chaque fois le plaisir d'une découverte ; et cependant, il la retrouvait toujours avec sa même sérénité, pareille au miroitement des eaux limpides. Mais pourquoi ses manières envers sa nièce avaient-elles tant de froideur ? Elle lui lançait même, par moments, de singuliers coups d'oeil.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:40

Dès qu'il fut question de mariage, elle avait objecté а M. Dambreuse la santé de " la chère enfant " , et l'avait emmenée tout de suite aux bains de Balaruc. A son retour, des prétextes nouveaux avaient surgi : le jeune homme manquait de position, ce grand amour ne paraissait pas sérieux, on ne risquait rien d'attendre. Martinon avait répondu qu'il attendrait. Sa conduite fut sublime. Il prôna Frédéric. Il fit plus : il le renseigna sur les moyens de plaire а Mme Dambreuse, laissant même entrevoir qu'il connaissait, par la nièce, les sentiments de la tante.

Quant а M. Dambreuse, loin de montrer de la jalousie, il entourait d'égards son jeune ami, le consultait sur différentes choses, s'inquiétait même de son avenir, si bien qu'un jour, comme on parlait du père Roque, il lui dit а l'oreille, d'un air finaud :

-- " Vous avez bien fait. "

Et Cécile, miss John, les domestiques, le portier, pas un qui ne fût charmant pour lui, dans cette maison. Il y venait tous les soirs, abandonnant Rosanette. Sa maternité future la rendait plus sérieuse, même un peu triste, comme si des inquiétudes l'eussent tourmentée. A toutes les questions, elle répondait :

-- " Tu te trompes ! Je me porte bien ! "

C'étaient cinq billets qu'elle avait souscrits autrefois ; et, n'osant le dire а Frédéric après le payement du premier, elle était retournée chez Arnoux, lequel lui avait promis, par écrit, le tiers de ses bénéfices dans l'éclairage au gaz des villes du Languedoc (une entreprise merveilleuse !), en lui recommandant de ne pas se servir de cette lettre avant l'assemblée des actionnaires ; l'assemblée était remise de semaine en semaine.

Cependant, la Maréchale avait besoin d'argent. Elle serait morte plutôt que d'en demander а Frédéric. Elle n'en voulait pas de lui. Cela aurait gâté leur amour. Il subvenait bien aux frais du ménage ; mais une petite voiture louée au mois, et d'autres sacrifices indispensables depuis qu'il fréquentait chez les Dambreuse, l'empêchaient d'en faire plus pour sa maоtresse. Deux ou trois fois, en rentrant а des heures inaccoutumées, il crut voir des dos masculins disparaоtre entre les portes ; et elle sortait souvent sans vouloir dire où elle allait. Frédéric n'essaya pas de creuser les choses. Un de ces jours, il prendrait un parti définitif. Il rêvait une autre vie, qui serait plus amusante et plus noble. Un pareil idéal le rendait indulgent pour l'hôtel Dambreuse.

C'était une succursale intime de la rue de Poitiers. Il y rencontra le grand M. A., l'illustre B., le profond C., l'éloquent Z., l'immense Y., les vieux ténors du centre gauche, les paladins de la droite, les burgraves du juste- milieu, les éternels bonshommes de la comédie. Il fut stupéfait par leur exécrable langage, leurs petitesses, leurs rancunes, leur mauvaise foi, -- tous ces gens qui avaient voté la Constitution s'évertuant а la démolir ; -- et ils s'agitaient beaucoup, lançaient des manifestes, des pamphlets, des biographies ; celle de Fumichon par Hussonnet fut un chef-d'oeuvre. Nonancourt s'occupait de la propagande dans les campagnes, M. de Grémonville travaillait le clergé, Martinon ralliait de jeunes bourgeois. Chacun, selon ses moyens, s'employa, jusqu'а Cisy lui-même. Pensant maintenant aux choses sérieuses, tout le long de la journée, il faisait des courses en cabriolet, pour le parti.

M. Dambreuse, tel qu'un baromètre, en exprimait constamment la dernière variation. On ne parlait pas de Lamartine sans qu'il citât ce mot d'un homme du peuple : " Assez de lyre ! " Cavaignac n'était plus, а ses yeux, qu'un traоtre. Le Président, qu'il avait admiré pendant trois mois, commençait а déchoir dans son estime (ne lui trouvant pas " l'énergie nécessaire " ) ; et, comme il lui fallait toujours un sauveur, sa reconnaissance, depuis l'affaire du Conservatoire, appartenait а Changarnier : " Dieu merci, Changarnier. Espérons que Changarnier... Oh ! rien а craindre tant que Changarnier... "

On exaltait avant tout M. Thiers pour son volume contre le Socialisme, où il s'était montré aussi penseur qu'écrivain. On riait énormément de Pierre Leroux, qui citait а la Chambre des passages des Philosophes. On faisait des plaisanteries sur la queue phalanstérienne. On allait applaudir la Foire aux Idées ; et on comparait les auteurs а Aristophane. Frédéric y alla, comme les autres.

Le verbiage politique et la bonne chère engourdissaient sa moralité. Si médiocres que lui parussent ces personnages, il était fier de les connaоtre et intérieurement souhaitait la considération bourgeoise. Une maоtresse comme Mme Dambreuse le poserait.

Il se mit а faire tout ce qu'il faut.

Il se trouvait sur son passage а la promenade, ne manquait pas d'aller la saluer dans sa loge au théâtre ; et, sachant les heures où elle se rendait а l'église, il se campait derrière un pilier dans une pose mélancolique. Pour des indications de curiosités, des renseignements sur un concert, des emprunts de livres ou de revues, c'était un échange continuel de petits billets. Outre sa visite du soir, il lui en faisait quelquefois une autre vers la fin du jour ; et il avait une gradation de joies а passer successivement par la grande porte, par la cour. par l'antichambre par les deux salons ; enfin, il arrivait dans son boudoir, discret comme un tombeau, tiède comme une alcôve, où l'on se heurtait aux capitons des meubles parmi toutes sortes d'objets çа et lа : chiffonnières, écrans, coupes et plateaux en laque, en écaille, en ivoire, en malachite, bagatelles dispendieuses, souvent renouvelées. Il y en avait de simples : trois galets d'Etretat pour servir de presse-papiers, un bonnet de Frisonne suspendu а un paravent chinois ; toutes ces choses s'harmonisaient cependant ; on était même saisi par la noblesse de l'ensemble, ce qui tenait peut-être а la hauteur du plafond, а l'opulence des portières et aux longues crépines de soie, flottant sur les bâtons dorés des tabourets.

Elle était presque toujours sur une petite causeuse, près de la jardinière garnissant l'embrasure de la fenêtre. Assis au bord d'un gros pouf а roulettes, il lui adressait les compliments les plus justes possible ; et elle le regardait, la tête un peu de côté, la bouche souriante.

Il lui lisait des pages de poésie, en y mettant toute son âme, afin de l'émouvoir, et pour se faire admirer. Elle l'arrêtait par une remarque dénigrante ou une observation pratique ; et leur causerie retombait sans cesse dans l'éternelle question de l'Amour ! Ils se demandaient ce qui l'occasionnait, si les femmes le sentaient mieux que les hommes, quelles étaient lа-dessus leurs différences. Frédéric tâchait d'émettre son opinion, en évitant а la fois la grossièreté et la fadeur. Cela devenait une espèce de lutte, agréable par moments, fastidieuse en d'autres.

Il n'éprouvait pas а ses côtés ce ravissement de tout son être qui l'emportait vers Mme Arnoux, ni le désordre gai où l'avait mis d'abord Rosanette. Mais il la convoitait comme une chose anormale et difficile, parce qu'elle était noble, parce qu'elle était riche, parce qu'elle était dévote, -- se figurant qu'elle avait des délicatesses de sentiment, rares comme ses dentelles, avec des amulettes sur la peau et des pudeurs dans la dépravation.

Il se servit du vieil amour. Il lui conta, comme inspiré par elle, tout ce que Mme Arnoux autrefois lui avait fait ressentir, ses langueurs, ses appréhensions, ses rêves.

Elle recevait cela comme une personne accoutumée а ces choses, sans le repousser formellement ne cédait rien ; et il n'arrivait pas plus а la séduire que Martinon а se marier. Pour en finir avec l'amoureux de sa nièce, elle l'accusa de viser а l'argent, et pria même son mari d'en faire l'épreuve. M. Dambreuse déclara donc au jeune homme que Cécile, étant l'orpheline de parents pauvres, n'avait aucune " espérance " ni dot.

Martinon, ne croyant pas que cela fût vrai, ou trop avancé pour se dédire, ou par un de ces entêtements d'idiot qui sont des actes de génie, répondit que son patrimoine, quinze mille livres de rentes, leur suffirait. Ce désintéressement imprévu toucha le banquier. Il lui promit un cautionnement de receveur, en s'engageant а obtenir la place ; et, au mois de mai 1850, Martinon épousa Mlle Cécile. Il n'y eut pas de bal. Les jeunes gens partirent le soir même pour l'Italie. Frédéric, le lendemain, vint faire une visite а Mme Dambreuse. Elle lui parut plus pâle que d'habitude. Elle le contredit avec aigreur sur deux ou trois sujets sans importance. Du reste, tous les hommes étaient des égoïstes.

Il y en avait pourtant de dévoués, quand ce ne serait que lui.

-- " Ah ! bah ! comme les autres ! "

Ses paupières étaient rouges, elle pleurait. Puis, en s'efforçant de sourire :

-- " Excusez-moi ! J'ai tort ! C'est une idée triste qui m'est venue "

Il n'y comprenait rien.

-- " N'importe ! elle est moins forte que je ne croyais " , pensa-t-il.

Elle sonna pour avoir un verre d'eau, en but une gorgée, le renvoya, puis se plaignit de ce qu'on la servait horriblement. Afin de l'amuser, il s'offrit comme domestique, se prétendant capable de donner des assiettes, d'épousseter les meubles, d'annoncer le monde, d'être enfin un valet de chambre ou plutôt un chasseur, bien que la mode en fût passée. Il aurait voulu se tenir derrière sa voiture avec un chapeau de plumes de coq.

-- " Et comme je vous suivrais а pied majestueusement, en portant sur le bras un petit chien ! "

-- " Vous êtes gai " , dit Mme Dambreuse.

-- N'était-ce pas une folie, reprit-il, de considérer tout sérieusement ? Il y avait bien assez de misères, sans s'en forger. Rien ne méritait la peine d'une douleur. Mme Dambreuse leva les sourcils, d'une manière de vague approbation.

Cette parité de sentiments poussa Frédéric а plus de hardiesse. Ses mécomptes d'autrefois lui faisaient, maintenant, une clairvoyance. Il poursuivit :

-- " Nos grands-pères vivaient mieux. Pourquoi ne pas obéir а l'impulsion qui nous pousse ? " L'amour, après tout, n'était pas en soi une chose si importante.

-- " Mais c'est immoral, ce que vous dites lа ! "

Elle s'était remise sur la causeuse. Il s'assit au bord, contre ses pieds.

-- " Ne voyez-vous pas que je mens ! Car, pour plaire aux femmes, il faut étaler une insouciance de bouffon ou des fureurs de tragédie ! Elles se moquent de nous quand on leur dit qu'on les aime, simplement ! Moi, je trouve ces hyperboles où elles s'amusent une profanation de l'amour vrai ; si bien qu'on ne sait plus comment l'exprimer, surtout devant celles qui ont... beaucoup d'esprit. "

Elle le considérait, les cils entre-clos. Il baissait la voix, en se penchant vers son visage.

-- " Oui ! vous me faites peur ! Je vous offense, peut-être ?... Pardon !. Je ne voulais pas dire tout cela ! Ce n'est pas ma faute ! Vous êtes si belle "

Mme Dambreuse ferma les yeux, et il fut surpris par la facilité de sa victoire. Les grands arbres du jardin qui frissonnaient mollement s'arrêtèrent. Des nuages immobiles rayaient le ciel de longues bandes rouges, et il y eut comme une suspension universelle des choses. Alors, des soirs semblables, avec des silences pareils, revinrent dans son esprit, confusément. Où était-ce ?...

Il se mit а genoux, prit sa main, et lui jura un amour éternel. Puis, comme il partait, elle le rappela d'un signe et lui dit tout bas :

-- " Revenez dоner ! Nous serons seuls ! "

Il semblait а Frédéric, en descendant l'escalier, qu'il était devenu un autre homme, que la température embaumante des serres chaudes l'entourait, qu'il entrait définitivement dans le monde supérieur des adultères patriciens et des hautes intrigues. Pour y tenir la première place, il suffisait d'une femme, comme celle-lа. Avide, sans doute, de pouvoir et d'action, et mariée а un homme médiocre qu'elle avait prodigieusement servi, elle désirait quelqu'un de fort pour le conduire ? Rien d'impossible maintenant ! Il se sentait capable de faire deux cents lieues а cheval, de travailler pendant plusieurs nuits de suite, sans fatigue ; son coeur débordait d'orgueil.

Sur le trottoir, devant lui, un homme couvert d'un vieux paletot marchait la tête basse, et avec un tel air d'accablement, que Frédéric se retourna, pour le voir. L'autre releva sa figure. C'était Deslauriers. Il hésitait. Frédéric lui sauta au cou.

-- " Ah ! mon pauvre vieux ! Comment ! c'est toi ! "

Et il l'entraоna dans sa maison, en lui faisant beaucoup de questions а la fois.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:40

L'ex-commissaire de Ledru-Rollin conta, d'abord, les tourments qu'il avait eus. Comme il prêchait la fraternité aux conservateurs et le respect des lois aux socialistes, les uns lui avaient tiré des coups de fusil, les autres apporté une corde pour le pendre. Après juin, on l'avait destitué brutalement. Il s'était jeté dans un complot, celui des armes saisies а Troyes. On l'avait relâché, faute de preuves. Puis, le comité d'action l'avait envoyé а Londres, où il s'était flanqué des gifles avec ses frères, au milieu d'un banquet. De retour а Paris...

-- " Pourquoi n'es-tu pas venu chez moi ? "

-- " Tu étais toujours absent ! Ton suisse avait des allures mystérieuses, je ne savais que penser ; et puis je ne voulais pas reparaоtre en vaincu. "

Il avait frappé aux portes de la Démocratie, s'offrant а la servir de sa plume, de sa parole, de ses démarches ; partout on l'avait repoussé ; on se méfiait de lui ; et il avait vendu sa montre, sa bibliothèque, son linge.

-- " Mieux vaudrait crever sur les pontons de Belle-Isle, avec Sénécal ! "

Frédéric, qui arrangeait alors sa cravate, n'eut pas l'air très ému par cette nouvelle.

-- " Ah ! il est déporté, ce bon Sénécal ? "

Deslauriers répliqua, en parcourant les murailles d'un air envieux :

-- " Tout le monde n'a pas ta chance ! "

-- " Excuse-moi " , dit Frédéric, sans remarquer l'allusion, " mais je dоne en ville. On va te faire а manger ; commande : ce que tu voudras ! Prends même mon lit. " Devant une cordialité si complète, l'amertume de Deslauriers disparut.

-- " Ton lit ? Mais... ça te gênerait ! "

-- " Eh non ! J'en ai d'autres ! "

-- " Ah ! très bien " , reprit l'avocat, en riant. " Où dоnes-tu donc ? "

-- " Chez Mme Dambreuse. "

-- " Est-ce que... par hasard... ce serait ?... "

-- " Tu es trop curieux " , dit Frédéric avec un sourire, qui confirmait cette supposition.

Puis, ayant regardé la pendule, il se rassit.

-- " C'est comme ça ! et il ne faut pas désespérer, vieux défenseur du peuple ! "

-- " Miséricorde ! que d'autres s'en mêlent ! "

L'avocat détestait les ouvriers, pour en avoir souffert dans sa province, un pays de houille. Chaque puits d'extraction avait nommé un gouvernement provisoire lui intimant des ordres.

-- " D'ailleurs, leur conduite a été charmante partout : а Lyon, а Lille, au Havre, а Paris ! Car, а l'exemple des fabricants qui voudraient exclure les produits de l'étranger, ces messieurs réclament pour qu'on bannisse les travailleurs anglais, allemands, belges et savoyards ! Quant а leur intelligence, а quoi a servi, sous la Restauration, leur fameux compagnonnage ? En 1830, ils sont entrés dans la garde nationale, sans même avoir le bon sens de la dominer ! Est-ce que, dès le lendemain de 48, les corps de métiers n'ont pas reparu, avec des étendards а eux ! Ils demandaient même des représentants du peuple а eux, lesquels n'auraient parlé que pour eux ! Tout comme les députés de la betterave ne s'inquiètent que de la betterave ! -- Ah ! j'en ai assez de ces cocos-lа, se prosternant tour а tour devant l'échafaud de Robespierre, les bottes de l'Empereur, le parapluie de Louis-Philippe, racaille éternellement dévouée а qui lui jette du pain dans la gueule ! On crie toujours contre la vénalité de Talleyrand et de Mirabeau ; mais le commissionnaire d'en bas vendrait la patrie pour cinquante centimes, si on lui promettait de tarifer sa course а trois francs ! Ah ! quelle faute ! Nous aurions dû mettre le feu aux quatre coins de l'Europe !

Frédéric lui répondit :

-- " L'étincelle manquait ! Vous étiez simplement de petits bourgeois, et les meilleurs d'entre vous, des cuistres ! Quant aux ouvriers, ils peuvent se plaindre ; car, si l'on excepte un million soustrait а la liste civile, et que vous leur avez octroyé avec la plus basse flagornerie, vous n'avez rien fait pour eux que des phrases ! Le livret demeure aux mains du patron, et le salarié (même devant la justice) reste l'inférieur de son maоtre, puisque sa parole n'est pas crue. Enfin, la République me paraоt vieille. Qui sait ? Le Progrès, peut-être, n'est réalisable que par une aristocratie ou par un homme ? L'initiative vient toujours d'en haut ! Le peuple est mineur, quoi qu'on prétende ! "

-- " C'est peut-être vrai " , dit Deslauriers.

Selon Frédéric, la grande masse des citoyens n'aspirait qu'au repos (il avait profité а l'hôtel Dambreuse), et toutes les chances étaient pour les conservateurs. Ce parti-lа, cependant, manquait d'hommes neufs.

-- " Si tu te présentais, je suis sûr... "

Il n'acheva pas. Deslauriers comprit, se passa les deux mains sur le front ; puis, tout а coup :

-- " Mais toi ? Rien ne t'empêche ? Pourquoi ne serais-tu pas député ? "

Par suite d'une double élection, il y avait, dans l'Aube, une candidature vacante. M. Dambreuse, réélu а la Législative, appartenait а un autre arrondissement.

-- " Veux-tu que je m'en occupe ? "

Il connaissait beaucoup de cabaretiers, d'instituteurs, de médecins, de clercs d'étude et leurs patrons.

-- " D'ailleurs, on fait accroire aux paysans tout ce qu'on veut ! "

Frédéric sentait se rallumer son ambition.

Deslauriers ajouta :

-- " Tu devrais bien me trouver une place а Paris. "

-- " Oh ! ce ne sera pas difficile, par M. Dambreuse. "

-- " Puisque nous parlions de houilles " , reprit l'avocat, " que devient sa grande société ? C'est une occupation de ce genre qu'il me faudrait ! -- et je leur serais utile, tout en gardant mon indépendance. "

Frédéric promit de le conduire chez le banquier avant trois jours.

Son repas en tête-а-tête avec Mme Dambreuse fut une chose exquise. Elle souriait en face de lui, de l'autre côté de la table, par-dessus des fleurs dans une corbeille, а la lumière de la lampe suspendue ; et, comme la fenêtre était ouverte, on apercevait des étoiles. Ils causèrent fort peu, se méfiant d'eux-mêmes, sans doute ; mais, dès que les domestiques tournaient le dos, ils s'envoyaient un baiser du bout des lèvres. Il dit son idée de candidature. Elle l'approuva, s'engageant même а y faire travailler M. Dambreuse.

Le soir, quelques amis se présentèrent pour la féliciter et pour la plaindre ; elle devait être si chagrine de n'avoir plus sa nièce ? C'était fort bien, d'ailleurs, aux jeunes mariés de s'être mis en voyage ; plus tard, les embarras, les enfants surviennent ! Mais l'Italie ne répondait pas а l'idée qu'on s'en faisait. Après cela, ils étaient dans l'âge des illusions ! et puis la lune de miel embellissait tout ! Les deux derniers qui restèrent furent M. de Grémonville et Frédéric. Le diplomate ne voulait pas s'en aller. Enfin, а minuit, il se leva. Mme Dambreuse fit signe а Frédéric de partir avec lui, et le remercia de cette obéissance par une pression de main, plus suave que tout le reste.

La Maréchale poussa un cri de joie en le revoyant. Elle l'attendait depuis cinq heures. Il donna pour excuse une démarche indispensable dans l'intérêt de Deslauriers. Sa figure avait un air de triomphe, une auréole, dont Rosanette fut éblouie.

-- " C'est peut-être а cause de ton habit noir qui te va bien ; mais je ne t'ai jamais trouvé si beau ! Comme tu es beau ! "

Dans un transport de sa tendresse, elle se jura intérieurement de ne plus appartenir а d'autres, quoiqu'il advоnt, quand elle devrait crever de misère !

Ses jolis yeux humides pétillaient d'une passion tellement puissante, que Frédéric l'attira sur ses genoux, et il se dit : " Quelle canaille je fais ! " en s'applaudissant de sa perversité.

Chapitre IV. ------------------------------------------------------

Monsieur Dambreuse, quand Deslauriers se présenta chez lui, songeait а raviver sa grande affaire de houilles. Mais cette fusion de toutes les compagnies en une seule était mal vue ; on criait au monopole, comme s'il ne fallait pas, pour de telles exploitations, d'immenses capitaux !

Deslauriers, qui venait de lire exprès l'ouvrage de Gobet et les articles de M. Chappe dans le Journal des Mines, connaissait la question parfaitement. Il démontra que la loi de 1810 établissait au profit du concessionnaire un droit impermutable. D'ailleurs, on pouvait donner а l'entreprise une couleur démocratique : empêcher les réunions houillères était un attentat contre le principe même d'association.

M. Dambreuse lui confia des notes pour rédiger un mémoire. Quant а la manière dont il payerait son travail, il fit des promesses d'autant meilleures qu'elles n'étaient pas précises.

Deslauriers s'en revint chez Frédéric et lui rapporta la conférence. De plus, il avait vu Mme Dambreuse au bas de l'escalier, comme il sortait.

-- " Je t'en fais mes compliments, saprelotte ! "

Puis ils causèrent de l'élection. Il y avait quelque chose а inventer.

Trois jours après, Deslauriers reparut avec une feuille d'écriture destinée aux journaux et qui était une lettre familière, où M. Dambreuse approuvait la candidature de leur ami. Soutenue par un conservateur et prônée par un rouge, elle devait réussir. Comment le capitaliste signait-il une pareille élucubration ? L'avocat, sans le moindre embarras, de lui- même, avait été la montrer а Mme Dambreuse, qui, la trouvant fort bien, s'était chargée du reste.

Cette démarche surprit Frédéric. Il l'approuva cependant ; puis, comme Deslauriers s'aboucherait avec M. Roque, il lui conta sa position vis-а-vis de Louise.

-- " Dis-leur tout ce que tu voudras, que mes affaires sont troubles ; je les arrangerai ; elle est assez jeune pour attendre ! "

Deslauriers partit ; et Frédéric se considéra comme un homme très fort. Il éprouvait, d'ailleurs, un assouvissement, une satisfaction profonde. Sa joie de posséder une femme riche n'était gâtée par aucun contraste ; le sentiment s'harmonisait avec le milieu. Sa vie, maintenant, avait des douceurs partout.

La plus exquise, peut-être, était de contempler Mme Dambreuse, entre plusieurs personnes, dans son salon. La convenance de ses manières le faisait rêver а d'autres attitudes ; pendant qu'elle causait d'un ton froid, il se rappelait ses mots d'amour balbutiés ; tous les respects pour sa vertu le délectaient comme un hommage retournant vers lui ; et il avait parfois des envies de s'écrier : " Mais je la connais mieux que vous ! Elle est а moi ! "

Leur liaison ne tarda pas а être une chose convenue, acceptée. Mme Dambreuse, durant tout l'hiver, traоna Frédéric dans le monde.

Il arrivait presque toujours avant elle ; et il la voyait entrer, les bras nus, l'éventail а la main, des perles dans les cheveux. Elle s'arrêtait sur le seuil (le linteau de la porte l'entourait comme un cadre), et elle avait un léger mouvement d'indécision, en clignant les paupières, pour découvrir s'il était lа. Elle le ramenait dans sa voiture ; la pluie fouettait les vasistas ; les passants, tels que des ombres, s'agitaient dans la boue ; et, serrés l'un contre l'autre, ils apercevaient tout cela confusément, avec un dédain tranquille. Sous des prétextes différents, il restait encore une bonne heure dans sa chambre.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  _angie_ le Jeu 15 Nov - 20:41

C'était par ennui, surtout, que Mme Dambreuse avait cédé. Mais cette dernière épreuve ne devait pas être perdue. Elle voulait un grand amour, et elle se mit а le combler d'adulations et de caresses.

Elle lui envoyait des fleurs ; elle lui fit une chaise en tapisserie ; elle lui donna un porte-cigares, une écritoire, mille petites choses d'un usage quotidien, pour qu'il n'eût pas une action indépendante de son souvenir. Ces prévenances le charmèrent d'abord, et bientôt lui parurent toutes simples.

Elle montait dans un fiacre, le renvoyait а l'entrée d'un passage, sortait par l'autre bout ; puis, se glissant le long des murs, avec un double voile sur le visage, elle atteignait la rue où Frédéric en sentinelle lui prenait le bras, vivement, pour la conduire dans sa maison. Ses deux domestiques se promenaient, le portier faisait des courses ; elle jetait les yeux tout а l'entour ; rien а craindre ! et elle poussait comme un soupir d'exilé qui revoit sa patrie. La chance les enhardit. Leurs rendez-vous se multiplièrent. Un soir même, elle se présenta tout а coup en grande toilette de bal. Ces surprises pouvaient être dangereuses ; il la blâma de son imprudence ; elle lui déplut, du reste. Son corsage ouvert découvrait trop sa poitrine maigre.

Il reconnut alors ce qu'il s'était caché, la désillusion de ses sens. Il n'en feignait pas moins de grandes ardeurs ; mais pour les ressentir, il lui fallait évoquer l'image de Rosanette ou de Mme Arnoux.

Cette atrophie sentimentale lui laissait la tête entièrement libre, et plus que jamais il ambitionnait une haute position dans le monde. Puisqu'il avait un marchepied pareil, c'était bien le moins qu'il s'en servоt.

Vers le milieu de janvier, un matin, Sénécal entra dans son cabinet ; et, а son exclamation d'étonnement, répondit qu'il était secrétaire de Deslauriers. Il lui apportait même une lettre. Elle contenait de bonnes nouvelles, et le blâmait cependant de sa négligence ; il fallait venir lа-bas.

Le futur député dit qu'il se mettrait en route le surlendemain.

Sénécal n'exprima pas d'opinion sur cette candidature. Il parla de sa personne et des affaires du pays.

Si lamentables qu'elles fussent, elles le réjouissaient ; car on marchait au communisme. D'abord, l'Administration y menait d'elle-même, puisque, chaque jour, il y avait plus de choses régies par le Gouvernement. Quant а la Propriété, la Constitution de 48, malgré ses faiblesses, ne l'avait pas ménagée ; au nom de l'utilité publique, l'Etat pouvait prendre désormais ce qu'il jugeait lui convenir.

Sénécal se déclara pour l'Autorité ; et Frédéric aperçut dans ses discours l'exagération de ses propres paroles а Deslauriers. Le républicain tonna même contre l'insuffisance des masses.

-- " Robespierre, en défendant le droit du petit nombre, amena Louis XVI devant la Convention nationale, et sauva le peuple. La fin des choses les rend légitimes. La dictature est quelquefois indispensable. Vive la tyrannie, pourvu que le tyran fasse le bien ! "

Leur discussion dura longtemps, et, comme il s'en allait, Sénécal avoua (c'était le but de sa visite, peut-être) que Deslauriers s'impatientait beaucoup du silence de M. Dambreuse.

Mais M. Dambreuse était malade. Frédéric le voyait tous les jours, sa qualité d'intime le faisant admettre près de lui.

La révocation du général Changarnier avait ému extrêmement le capitaliste. Le soir même, il fut pris d'une grande chaleur dans la poitrine, avec une oppression а ne pouvoir se tenir couché. Des sangsues amenèrent un soulagement immédiat. La toux sèche disparut, la respiration devint plus calme ; et, huit jours après, il dit en avalant un bouillon :

-- " Ah ! ça va mieux ! Mais j'ai manqué faire le grand voyage ! "

-- " Pas sans moi ! s'écria Mme Dambreuse, notifiant par ce mot qu'elle n'aurait pu lui survivre.

Au lieu de répondre, il étala sur elle et sur son amant un singulier sourire, où il y avait а la fois de la résignation, de l'indulgence, de l'ironie, et même comme une pointe, un sous-entendu presque gai.

Frédéric voulut partir pour Nogent, Mme Dambreuse s'y opposa ; et il défaisait et refaisait tour а tour ses paquets, selon les alternatives de la maladie.

Tout а coup, M. Dambreuse cracha le sang abondamment. " Les princes de la science " , consultés, n'avisèrent а rien de nouveau. Ses jambes enflaient, et la faiblesse augmentait. Il avait témoigné plusieurs fois le désir de voir Cécile, qui était а l'autre bout de la France, avec son mari, nommé receveur depuis un mois. Il ordonna expressément qu'on la fоt venir. Mme Dambreuse écrivit trois lettres, et les lui montra.

Sans se fier même а la religieuse, elle ne le quittait pas d'une seconde, ne se couchait plus. Les personnes qui se faisaient inscrire chez le concierge s'informaient d'elle avec admiration ; et les passants étaient saisis de respect devant la quantité de paille qu'il y avait dans la rue, sous les fenêtres.

Le 12 février, а cinq heures, une hémoptysie effrayante se déclara. Le médecin de garde dit le danger. On courut vite chez un prêtre.

Pendant la confession de M. Dambreuse, Madame le regardait de loin, curieusement. Après quoi, le jeune docteur posa un vésicatoire, et attendit.

La lumière des lampes, masquée par des meubles, éclairait la chambre inégalement. Frédéric et Mme Dambreuse, au pied de la couche, observaient le moribond. Dans l'embrasure d'une croisée, le prêtre et le médecin causaient а demi-voix ; la bonne soeur,, а genoux, marmottait des prières.

Enfin, un râle s'éleva. Les mains se refroidissaient, la face commençait а pâlir. Quelquefois, il tirait tout а coup une respiration énorme ; elles devinrent de plus en plus rares ; deux ou trois paroles confuses lui échappèrent ; il exhala un petit souffle en même temps qu'il tournait ses yeux, et la tête retomba de côté sur l'oreiller.

Tous, pendant une minute, restèrent immobiles.

Mme Dambreuse s'approcha ; et, sans effort, avec la simplicité du devoir, elle lui ferma les paupières.

Puis elle écarta les deux bras, en se tordant la taille comme dans le spasme d'un désespoir contenu, et sortit de l'appartement, appuyée sur le médecin et la religieuse. Un quart d'heure après, Frédéric monta dans sa chambre.

On y sentait une odeur indéfinissable, émanation des choses délicates qui l'emplissaient. Au milieu du lit, une robe noire s'étalait, tranchant sur le couvre-pied rose.

Mme Dambreuse était au coin de la cheminée, debout. Sans lui supposer de violents regrets, il la croyait un peu triste ; et, d'une voix dolente :

-- " Tu souffres ? "

-- " Moi ? Non, pas du tout. "

Comme elle se retournait, elle aperçut la robe, l'examina ; puis elle lui dit de ne pas se gêner.

-- " Fume si tu veux ! Tu es chez moi. "

Et, avec un grand soupir :

-- " Ah ! sainte Vierge ! quel débarras ! "

Frédéric fut étonné de l'exclamation. Il reprit en lui baisant la main :

-- " On était libre, pourtant ! "

Cette allusion а l'aisance de leurs amours parut blesser Mme Dambreuse.

-- " Eh ! tu ne sais pas les services que je lui rendais, ni dans quelles angoisses j'ai vécu ! "

-- " Comment ? "

-- " Mais oui ! Etait-ce une sécurité que d'avoir toujours près de soi cette bâtarde, une enfant introduite dans la maison au bout de cinq ans de ménage, et qui, sans moi, bien sûr, l'aurait amené а quelque sottise ? "

Alors, elle expliqua ses affaires. Ils s'étaient mariés sous le régime de la séparation. Son patrimoine était de trois cent mille francs. M. Dambreuse, par leur contrat, lui avait assuré, en cas de survivance, quinze mille livres de rente avec la propriété de l'hôtel. Mais, peu de temps après, il avait fait un testament où il lui donnait toute sa fortune ; et elle l'évaluait, autant qu'il était possible de le savoir maintenant, а plus de trois millions.

Frédéric ouvrit de grands yeux.

-- " Ça en valait la peine, n'est-ce pas ? J'y ai contribué, du reste ! C'était mon bien que je défendais ; Cécile m'aurait dépouillée, injustement. "

-- " Pourquoi n'est-elle pas venue voir son père ? " dit Frédéric.

A cette question, Mme Dambreuse le considéra ; puis, d'un ton sec :

-- " Je n'en sais rien ! Faute de coeur, sans doute ! Oh ! je la connais ! Aussi elle n'aura pas de moi une obole ! "

Elle n'était guère gênante, du moins depuis son mariage.

-- " Ah ! son mariage ! " fit en ricanant Mme Dambreuse.

Et elle s'en voulait d'avoir trop bien traité cette pécore-lа, qui était jalouse, intéressée, hypocrite. " Tous les défauts de son père ! " Elle le dénigrait de plus en plus. Personne d'une fausseté aussi profonde, impitoyable d'ailleurs, dur comme un caillou, " un mauvais homme, un mauvais homme ! "

Il échappe des fautes, même aux plus sages. Mme Dambreuse venait d'en faire une, par ce débordement de haine. Frédéric, en face d'elle, dans une bergère, réfléchissait, scandalisé.

Elle se leva, se mit doucement sur ses genoux.

-- " Toi seul es bon ! Il n'y a que toi que j'aime ! "

En le regardant, son coeur s'amollit, une réaction nerveuse lui amena des larmes aux paupières, et elle murmura :

-- " Veux-tu m'épouser ? "

Il crut d'abord n'avoir pas compris. Cette richesse l'étourdissait. Elle répéta plus haut :

-- " Veux-tu m'épouser ? "

Enfin, il dit, en souriant :

-- " Tu en doutes ? "

Puis une pudeur le prit et, pour faire au défunt une sorte de réparation, il s'offrit а le veiller lui-même. Mais comme il avait honte de ce pieux sentiment, il ajouta d'un ton dégagé :

-- " Ce serait peut-être plus convenable. "

-- " Oui, peut-être bien " , dit-elle, " а cause des domestiques ! "

On avait tiré le lit complètement hors de l'alcôve. La religieuse était au pied ; et au chevet se tenait un prêtre, un autre, un grand homme maigre, l'air espagnol et fanatique. Sur la table de nuit, couverte d'une serviette blanche, trois flambeaux brûlaient.

Frédéric prit une chaise, et regarda le mort.
avatar
_angie_
Admin

Nombre de messages : 1039
Age : 31
Location : Véliko Tarnovo
Date d'inscription : 09/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://litterature.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gustave Flaubert - L'Éducation sentimentale

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum